compteur

samedi 30 juillet 2016

Fausse rousse et vraie connasse, Julie Le Goïc récolte ce qu'elle a semé

Depuis mardi 26 juillet 2016, cette élue brestoise qui s’affiche sans aucun complexe avec la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et d’autres extrême-gauchistes de la même eau fait le buzz en raison d’un tweet prétendument « humoristique » qu’elle a posté à peine deux heures après l’assassinat du père Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Le Télégramme ayant consacré à cette affaire un article paru dans l’édition papier d’aujourd’hui, j’ai enfin découvert ce jour ce qui jusque-là m’avait échappé. Il est donc inutile de m’accuser d’avoir pris part d’une quelconque manière aux réactions violentes que sa « plaisanterie » a pu susciter, je n’étais même pas au courant.

En revanche, maintenant que je le suis, je réagis par l’unique canal que j’ai toujours utilisé pour m’exprimer depuis le 27 mars 2010, à savoir un blog portant la signature de Petitcoucou en précisant, si besoin était, que je n’ai aucun rapport avec une quelconque chapelle d’extrême-droite.

Je fais juste partie des innombrables victimes de la criminelle Josette Brenterch et de ses amis de l’extrême-gauche, dont Julie Le Goïc, fille de Pierre Le Goïc, ancien militant de la LCR de Brest et professeur d’histoire décédé en 2011 que je n’ai jamais eu l’heur de connaître, pas plus que sa fille dont j’observe depuis 2013 les diverses violences publiquement assumées, de la même veine que celles de l’égérie du groupe Josette Brenterch, qui doit bien les inspirer pour une bonne part.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour lire les textes.


2011-11-26 Josette Brenterch de nouveau en deuil en ce mois de novembre 2011 - Un petit coucou


Connaissant bien ce groupe d’extrême-gauchistes et ses pratiques habituelles, donc, je suis en mesure d’affirmer que la seule élue qu’il compte actuellement parmi ses rangs, à savoir Julie Le Goïc, n’est certainement pas plus écologiste que les autres, qui bien au contraire ont toujours combattu les vrais écologistes, d’une part en s’attaquant très violemment à leurs personnes et celles des différents membres de leurs familles, notamment leurs enfants dès l’école avec l’aide de leurs nombreux militants et sympathisants de l’Education nationale, et d’autre part en faisant de l’entrisme dans toutes leurs organisations afin de les pourrir ou de les détruire de l’intérieur, une stratégie habituelle de la LCR contre toutes ses cibles, politiques, étatiques ou autres.

Je rappelle également que toute expression publique individuelle a toujours été proscrite pour les différents membres de ce groupe dont les provocations diverses et variées sont toujours calculées et décidées collectivement, « démocratiquement » sur ordre de la délirante et hystérique Josette Brenterch dont l’autoritarisme n’a jamais souffert aucune contradiction.

Je ne puis donc croire une seconde à la spontanéité du tweet qui en retour vaudrait à Julie Le Goïc une avalanche de menaces semblables à celles, innombrables, que j’ai reçues de la part de ses amis après avoir commencé à m’exprimer anonymement sur Internet en 2008.

Je ne crois pas davantage à son innocence et rappelle encore ce qui suit :

- en vertu d’un arrêt de la Cour d’Appel de Rennes du 2 décembre 2015 devenu définitif le 8 mars 2016, j’ai été définitivement blanchie de toutes les accusations mensongères de ma persécutrice de très longue date Josette Brenterch qui avaient entraîné une première condamnation à mon encontre à Brest le 11 juin 2013 alors que mon avocat comptant obtenir l’annulation de toute sa procédure à mon encontre ne m’avait même pas défendue sur le fond, laissant à cet égard s’exprimer pleinement sans aucunement la contrarier celle qui n’a jamais souffert la moindre contradiction pour aucun de ses délires, surtout lorsque ceux-ci me concernent;

- comme je l’avais dès lors prédit, sachant que Josette Brenterch n’est pas du genre à s’avouer vaincue et remet sans cesse l’ouvrage sur le métier quand il s’agit de me calomnier, elle a bien planifié une nouvelle saloperie à mon encontre pour la rentrée et prépare le terrain avec de nouveaux « coups », comme elle l’a toujours fait;

- les innombrables menaces de viols, de lapidation ou autres formes de meurtres que j’ai reçues à compter de l’année 2010 de la part de ses complices cyberdélinquants de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi n’avaient été provoquées, de ma part, que par quelques commentaires publics anonymes sur le sujet du harcèlement moral en entreprise sur le site Rue89 et la diffusion d’articles de presse relatifs aux condamnations prononcées en son absence dans le Finistère, fin 2007, pour viols et agressions sexuelles sur plusieurs de ses patients handicapés mentaux, contre un psychiatre brestois pédophile très proche de l’extrême-gauche brestoise qui avait disparu depuis 2005;

- au mois de janvier 2010, cet ancien psychiatre brestois, Serge Rodallec, qui à l’automne 2005 avait pris la fuite à l’étranger en raison d’une nouvelle plainte d’une de ses victimes, venait d’être retrouvé en Thaïlande sous une fausse identité; il avait donc bénéficié de l’aide d’un réseau criminel pour échapper à la justice française; comme toujours dès lors qu’un extrême-gauchiste de Brest se trouve sur la sellette (cf. par exemple les émeutes de banlieues de l’automne 2005, directement consécutives à des exactions de Josette Brenterch et de ses amis de la LCR contre les chômeurs, précaires et exclus, notamment dans et à travers le réseau de colletifs AC !), le scandale qui menaçait d’éclater fut immédiatement couvert par une bronca très importante à travers toute l’Europe, touchant cette fois les prêtres pédophiles; je venais aussi de me faire bannir du site Le Post à la demande des cyberdélinquants de la bande de Cyprien Luraghi pour avoir soi-disant « diffamé » cet ancien psychiatre en relayant sur ce média des informations le concernant déjà publiées ailleurs, alors qu’il venait d’être retrouvé en Thaïlande; naturellement, je protestais;

- le 8 janvier 2015, entre deux coups de feu terroristes à Paris, un blog où avaient été copiés divers propos publics de Cyprien Luraghi sur la pédophilie ou sur des pédophiles qu’il défend toujours envers et contre tout fut supprimé par son hébergeur pour apologie de la pédophilie;

- en ce qui me concerne, Josette Brenterch ne s’est jamais contentée de menaces; j’ai bien été victime de nombreuses agressions physiques dont elle a toujours été complice, voire instigatrice ou commanditaire, comme nombre de ses amis, et ce bien avant qu’il fût jamais question de la pédophilie de certains d’entre eux;

- ces agressions physiques comprennent plusieurs tentatives d’assassinat effectives;

- plusieurs de mes proches et d’autres témoins des exactions de Josette Brenterch à mon encontre ont aussi subi de ces agressions criminelles ou tentatives d’assassinat, à diverses époques, avec plus ou moins de succès;
 
- la « justice » française a quasiment toujours cautionné tous ces crimes que Josette Brenterch et ses amis ont toujours eux-mêmes qualifiés de « plaisanteries » ou de « moqueries », comme tous leurs lynchages publics à mon encontre, comprenant, outre d’incessantes injures et inventions calomnieuses, nombre de menaces de mort et de viols, d’appels au meurtre, au viol.

Enfin, Julie Le Goïc ayant dit elle-même avoir « fait une connerie » ne pourra de ce fait me tenir grief de la traiter de « connasse », d’autant qu’elle assure l’assumer et l’a en fait répétée sans craindre d’apparaître ainsi incohérente.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/saint-etienne-du-rouvray-deferlement-de-haine-apres-un-tweet-provocateur-de-julie-le-goic-29-07-2016-11165049.php

Saint-Etienne-du-Rouvray. Julie Le Goïc provoque et récolte la tempête


Publié le 29 juillet 2016 à 11h22
Modifié le 29 juillet 2016 à 11h51 
 
 
 
Fausse rousse et vraie connasse, Julie Le Goïc récolte ce qu'elle a semé dans AC ! Brest


L’élue brestoise d’opposition de gauche Julie Le Goïc se retrouve au centre d’un ouragan de tweets haineux depuis son post, mardi, d’un tweet provocateur et unanimement condamné à propos de l’assassinat du père Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? ».


Une blague très « Charlie Hebdo », qu’elle reconnaît avoir « eu tort de mettre sur les réseaux sociaux », mais qu’elle n’a pas effacé : « J’ai fait une connerie, maintenant j’assume ».

Appels au meurtre, au viol… 
 
Et l’assumer, c’est du temps plein : c’est par milliers que les réactions hostiles (c’est un euphémisme) ont déferlé depuis. Toute la panoplie des insultes disponibles, des menaces, des appels au viol, à s’en prendre à ses enfants… On a même vu des gens s’inscrire sur Twitter uniquement pour l’insulter ! Bilan, le sujet Julie Le Goïc a un temps été parmi les 10 plus discutés en France sur le réseau, hier.

Des tweets venus de toute la France et attisés notamment par plusieurs relais d’extrême-droite, dont les sites FdeSouche et Breiz Atao ou, plus institutionnelle, la page Facebook du chef de file du FN breton Gilles Pennelle.

Condamnation de François Cuillandre

Mais la polémique, prenant de l’ampleur, a nettement dépassé ces frontières. Le maire de Brest François Cuillandre s’est ainsi désolidarisé, rappelant que l’élue, qui a rendu ses délégations en 2015 à la suite d’un énième désaccord politique, ne « fait plus partie de sa majorité », et qualifiant ses propos « d’inacceptables, imbéciles et indécents », tout en condamnant les menaces à son encontre.

Le patron du PS brestois Marc Coatanéa a lui demandé à Julie Le Goïc « des excuses, sans délai », tout en précisant condamner « les tweets haineux autant que son propre propos, totalement inqualifiable ». L’élu d’opposition de droite Marc Berthelot a aussi condamné sur Twitter « ce tweet de haine et d’ignorance ».

Les appels à la démission se sont également multipliés. Au standard de la mairie de Brest, on n’enregistrait toutefois qu’une activité de son standard téléphonique « légèrement supérieure, mais sans commune mesure avec l’affaire de la galette des rois« ). Une pétition en ligne a été lancée sur mesopinions.com (3.800 signatures ce vendredi matin). Mais de démission ou d’excuses, il n’y aura pas : « Je ne vais quand même pas démissionner pour une blague ! »

#FautSeCalmer

Les soutiens sont restés peu nombreux. Seul élu à s’être engagé, l’adjoint au maire de Brest Yann Guével (« avec lequel je me suis pourtant souvent accrochée », précise Julie Le Goïc), qui, tout en précisant ne pas partager cet « humour déplacé », a posté son étonnement sur les réseaux : « Voir toute la fachosphère se déchaîner contre @JulieLeGoic pour une blague de mauvais goût. Soutien devant tant de haine. #FautSeCalmer ! »

Actualisé à 13h30 avec l’activité téléphonique de la mairie de Brest et le point sur la pétition.

Actualisé à 14h avec le tweet de Marc Berthelot.




http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/une-tartufferie-a-la-frangipane-12-01-2013-1969416.php

Brest. Une tartufferie à la frangipane [Billet]


Publié le 12 janvier 2013 à 10h40
 


Un roi sans couronne, c’est comme une messe sans prière: ça n’existe pas. Enfin, ça n’existait pas jusqu’à ce que la mairie de Brest décide, de toute urgence, de révoquer les merveilles dorées en carton recyclé qui surplombaient les galettes des rois, servies cette semaine dans les cantines scolaires.

Le motif invoqué fleure bon la sacro-sainte trouille de voir débouler une horde de laïcards intransigeants en colère, dans les services municipaux.

« Cette année, sur la couronne était inscrit le mot ‘Épiphanie’, explique-t-on sérieusement. À nos yeux, c’était faire rentrer le religieux à l’école, ce qui est interdit par la loi ». Alors, les enfants ont quand même mangé la galette. Certains ont même trouvé la fève, fort heureusement vierge de tout motif sulfureux, mais personne n’a été sacré pour de faux. Et la reine d’un jour, en attente du bisou de son roi éphémère, a été se faire coiffer ailleurs.

Reste que dans la symbolique, qu’on le veuille ou non, les enfants ont quand même célébré l’Épiphanie sans pouvoir la nommer et sans pouvoir davantage expliquer les raisons justifiant l’absence de coiffure royale cette année. À une possible petite leçon sur les rites qui nous entourent, a été préféré le silence total, protégé par les immenses parapluies de la loi et reposant sur le dos large et polymorphe de la laïcité, accommodée à toutes les pâtes frangipanes possibles. Puisque la porte est ainsi ouverte, est-il possible alors de militer pour le retrait des oeufs en chocolat à Pâques ? Est-il envisageable de manifester pour que le jeudi de l’Ascension soit travaillé sous peine de compromission avec l’Évêché? Est-il raisonnable d’éditer une pétition réclamant le retrait du programme de l’étude des textes fondateurs en classe de sixième? Allez savoir.

Ce qui est en revanche certain est qu’à force de se méfier de tout, l’ignorance sur le fait religieux, quel qu’il soit, crée des haines et des dogmes de chaque côté de la liberté de conscience. De celles qui sacrent des rois obscurs, couronnés d’épines de violence.



http://www.bfmtv.com/politique/saint-etienne-du-rouvray-une-elue-brestoise-dans-la-tourmente-pour-un-tweet-douteux-1020835.html

Saint-Etienne-du-Rouvray: une élue brestoise insultée et menacée après un tweet douteux


29/07/2016 à 13h47 
 
le-goïc-brest-attentat-eglise-twitter-blague-polemique
Julie le Goïc en 2011. – Michel Briand via Wikimedia Creative Commons.

« Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de choeur au Paradis? » C’est par ce tweet publié deux heures après l’égorgement du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet que Julie Le Goïc s’est signalée. Cette élue brestoise est depuis l’objet d’insultes, de menaces et d’appels à la démission.


Certes, Julie Le Goïc, conseillère municipale de la ville de Brest, n’a démontré ni son sens du timing ni la qualité de son humour le 26 juillet. Deux heures à peine après le meurtre du père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en Seine-Maritime, elle tweetait ainsi:


Mais le torrent d’insultes suscité s’est avéré bien plus consternant. Comme le note Le Télégramme, les injures numériques qui ont suivi la publication douteuse de Julie Le Goïc  proviennent en général de l’extrême-droite ou d’identitaires bretons. Et le terme d’ « injures » est sans doute un peu léger pour certains de ces commentaires qui lui promettent le viol ou la mort:

Isolée au sein du conseil municipal


Si les responsables politiques locaux ont tous désavoué cette violente campagne, l’ancienne militante d’Europe Ecologie-Les Verts, aujourd’hui élue d’opposition au sein du conseil municipal, n’a pas trouvé tellement de soutien parmi eux.

Le maire socialiste de Brest, François Cuillandre, a ainsi jugé ses propos « inacceptables, imbéciles et indécents » tout en rappelant que Julie Le Goïc ne faisait plus partie de sa majorité. Marc Coatanéa, un cadre local du PS, lui a demandé des excuses « sans délai ». D’ailleurs Julie Le Goïc a reconnu depuis que son tweet n’était pas du meilleur goût et a regretté d’avoir fait cette blague « sur les réseaux sociaux » tout en l’assumant.

Le FN veut sa démission


Dans Le Lab d’Europe 1, on apprend cependant que Gilles Pennelle, président du groupe FN de Bretagne, réclame désormais la démission de Julie Le Goïc:

« C’est un véritable scandale faire ça après cet attentat horrible. Ça dépasse l’entendement. Elle ne peut pas rester élue en tenant de tels propos. » D’après les mots de Gilles Pennelle, il s’agissait aussi pour lui de s’en prendre à « une famille politique, la gauche au sens large, qui ne se prive jamais d’épingler un tweet polémique. Donc retour à l’envoyeur. »

Apparemment, Julie Le Goïc, loin de se retirer, a décidé d’appuyer le trait en retweetant ce jeu de mots.

Pas sûr que son fil twitter retrouve la paix de sitôt.

Par R.V



http://lelab.europe1.fr/a-brest-le-fn-reclame-la-demission-dune-elue-ex-eelv-apres-une-blague-douteuse-sur-lassassinat-du-pretre-jacques-hamel-2809873

À Brest, le FN réclame la démission d’une élue ex-EELV après « une blague de mauvais goût » sur l’assassinat du prêtre Jacques Hamel


Publié à 18h50, le 28 juillet 2016 , Modifié à 19h10, le 28 juillet 2016


À Brest, le FN réclame la démission d'une élue ex-EELV après "une blague de mauvais goût" sur l'assassinat du prêtre Jacques Hamel
© Capture d’écran Twitter
 
Image Sylvain Chazot
Sylvain Chazot
sylvain.chazot@europe1.fr


Elle le reconnaît volontiers auprès du Lab : « J’ai fait une blague de mauvais goût, et j’ai eu la bêtise de la faire sur Twitter… J’ai un peu réveillé la fachosphère du coup. » Elle, c’est Julie Le Goïc, élue brestoise, anciennement Europe-Écologie-Les Verts aujourd’hui non encartée. Mardi 26 juillet, juste après l’annonce de l’assassinat du prête Jacques Hamel, tué dans l’église de Saint-Étienne-du Rouvray par deux terroristes, l’élue, qui siège aujourd’hui dans l’opposition, a posté ce message sur Twitter :

Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ?

Un tweet de mauvais goût, comme elle reconnaît elle-même, mais que l’élue assume : le message n’a pas été supprimé. « Je regrette juste de l’avoir fait sur un réseau public. Je pense que le droit à l’humour est plus que nécessaire », explique Julie Le Goïc.

Certains n’ont cependant goûté ce tweet écrit juste après l’annonce de la mort de Jacques Hamel et notamment le Front national. Gilles Pennelle, président du groupe des élus FN de Bretagne, demande ainsi la démission de Julie Le Goïc. Contacté par Le Lab, l’élu FN explique :

C’est un véritable scandale de faire ça après cet attentat horrible. Ça dépasse l’entendement. Elle ne peut pas rester élue en tenant de tels propos.

Gilles Pennelle souligne également que Julie Le Goïc appartient « une famille politique, la gauche au sens large, qui ne se prive jamais d’épingler un tweet polémique » venant du FN. « Donc retour à l’envoyeur. Et je le relaye parce que j’ai été profondément choqué », ajoute l’élu frontiste.

Julie Le Goïc a reçu depuis mardi des « environ 1.000 menaces de mort, de viol, etc. » Un tour sur sa time-line Twitter en donne un bref aperçu :

@JulieLeGoic  un conseil quitte la Bretagne, et n’y remet plus jamais les pies ou le FLB ce chargera de ton cas.
— TNT666 (@breizh666) 28 juillet 2016
@JulieLeGoic a faire égorger à la mode salafiste, ce déchet démoniaque ne mérite pas de vivre, gauchiasse anar regarde derriere toi ordure
— Gédéon (@an06000) 28 juillet 2016

Des menaces que dénonce Gilles Pennelle. « Je condamne totalement. On ne répond pas à l’insulte par l’insulte« , dit-il.

Julie Le Goïc explique, pour sa part, avoir reçu « le soutien personnel de plusieurs élus de la majorité » après ces attaques.



http://www.dreuz.info/2016/07/29/julie-le-goic-menacee-de-mort-elle-et-sa-famille-pour-une-remarque-infame/

Julie Le Goïc, menacée de mort, elle et sa famille, pour une remarque infâme

Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 juillet 2016


CodjurrWYAAoFaN


Une jeune femme emplie de haine, Julie Le Goïc, gauchiste et idiote, défenseur de l’islam qui lui mettra le voile, fielleuse envers la culture judéo-chrétienne qui lui a apporté sa liberté d’expression et la démocratie, n’a pas pu s’empêcher, en bonne nihiliste, d’insulter le prêtre égorgé par deux islamistes.


On la voit assise à côté de Daniel Cohn Bendit, « l’expert en petits garçons et petites filles » qui lui a sans doute soufflé son tweet :

« Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? »


julie_goic-1140x493


Non seulement ce qu’écrit la perverse est infâme, mais ce qu’elle ne dit pas l’est plus encore : c’est la haine derrière le sourire hypocrite, la haine vivace envers ceux que leurs cerveaux incapables de nuance aiment appeler extrême droite, cette haine aux lèvres qui habite ceux-là mêmes qui dénoncent la haine, le dégoût pour la diversité de pensée de ceux qui disent vouloir défendre la diversité.

Seulement voilà que la pigiste est l’objet de menaces physiques.

Et c’est là que je tire l’alarme et trace une ligne rouge. Les insultes, oui, bien entendu, elle les vaut bien puisqu’elle a insulté — avec ce qu’elle appelle craneuse de l’humour (si elle avait de l’humour, elle aurait écrit que Clément Méric, qui a perdu la vie dans une rixe de fascistes contre fascistes, avait une tête à claques)

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Mais les menaces de violences, de mort, de coups, non, sous aucun prétexte. Ni je ne cautionne, ni je n’excuse, ni j’accepte, tolère et supporte.

Des propos comme « on sait ou tu travaille, une bouteille d essence et un briquet, c est rapide…. Tu ne sera plus sereine » m’inspirent un immense dégoût pour la vermine qui les a tenus. Dans la vilenie, quelqu’un dit « peut on aller lui crever sa voiture ou jetter des pierres sur sa fille », et j’en passe.

Cette Julie Le Goïc est la première à justifier les coups de couteau de Palestiniens « désespérés » contre des petites filles dans leur sommeil à qui ils volent la vie. La première à légitimer les violences des antifas, ces fascistes qui se font appeler antifascistes. Elle voue une adoration d’idolâtre aux bourreaux qui ont tué 100 millions d’insubordonnés sous le communisme, et c’est tout ce qui fait la différence avec moi.

Elle appartient à l’engeance qu’elle excuse. Rien de plus épais qu’une feuille de papier à cigarette ne la sépare des bolchéviques, des islamistes, des terroristes palestiniens et des nazis, elle est de leur clan. Moi pas.

Je ne soutiens donc pas, je ne peux soutenir, ceux qui lui ressemblent et trouvent comment justifier le sort qu’ils lui réservent. Car il n’est qu’une seule violence, quel que soit son habillage. Attaquer l’ennemi, l’anéantir, le neutraliser, le tuer avant qu’il ne vous atteigne, voilà la violence saine et indispensable, car elle protéger la vie qu’il ôtera si l’on ne fait rien. Mais la violence pour des idées ? C’est faire partie du camp bolchévique, islamiste, terroriste palestinien et nazi, son clan.

L’infâme idiote avec son tweet de championne, elle ne menace physiquement personne. Personne ne peut justifier physiquement la toucher. L’insulter, l’humilier, oui mille fois, car il est évident qu’elle n’est pas capable d’accéder au dialogue. La toucher jamais. C’est si difficile à comprendre ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.



http://www.breizh-info.com/2016/07/28/47278/saint-etienne-rouvray-julie-goic-elue-de-gauche-a-brest-ironise-mort-pere-hamel

Saint-Etienne du Rouvray. Julie Le Goïc, élue de gauche à Brest, bafoue la mémoire du père Hamel [MAJ]


il y a 2 jours
 
 
julie_goic


MAJ : 29/07/2016 19h : Selon le Lab d’Europe 1, Julie Le Goïc aurait reçu le soutien de plusieurs élus de la majorité brestoise, eu égard des menaces qu’elle a reçues. Aucun élu brestois n’a par ailleurs – à l’heure qu’il est – condamné son tweet polémique.

A noter que toute la journée, le standard de la mairie de Brest a été pris d’assaut par des internautes en colère, certains menaçant même d’empêcher la tenue du prochain congrès municipal, en octobre prochain.

MAJ 29/07/2016 – 14h : François Cuillandre, maire de Brest, a déclaré sur twitter : « Julie Le Goic n’est pas élue de la majorité. A l’inverse de tels propos, nos pensées vont aux victimes et aux proches. » sans toutefois condamner fermement les propos de Julie Le Goïc. Cette dernière, qui maintient son tweet, continue à répondre avec provocation – comparant même le père Hamel à un Pokemon – aux nombreux message qu’elle reçoit :

gouic

29/07/2016 – 6H45 Brest (Breizh-info.com) – Julie Le Goïc, élue municipale à Brest du groupe « partage solidarité » et anciennement de la majorité de François Cuillandre, vient de commettre un nouveau dérapage public. Le 26 juillet 2016, à 12h04, soit deux heures à peine après l’égorgement du père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray, l’élue d’extrême gauche écrivait sur Twitter : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de choeur au paradis ? ».

Julie Le Goïc  a depuis supprimé son tweet ( rectificatif : elle nous indique ne pas l’avoir fait ) et s’est réfugiée sous l’excuse de la « blague potache » devant le flot d’injures et de menaces qu’elle a reçu depuis. Il faut dire que beaucoup n’ont pas apprécié, deux heures après l’attentat islamiste, qu’une « bouffeuse de curé » revendiquée vienne le traiter de pédophile jusque dans sa tombe. L’élue a ensuite indiqué avoir porté plainte pour des  « menaces de viols » qu’elle aurait reçu suite à son tweet infamant.

DSC_0101
Julie le Goïc en compagnie d’Eva JolY

Julie Le Goïc n’en est pas à son « coup d’essai ». En mars 2016 déjà, elle pilotait un groupe d’immigrés clandestins venus perturber le conseil municipal de Brest – sans que les élus de droite ne réagissent d’ailleurs. Adhérente de l’organisation marxiste “Ras l’Front” en 1995 puis à la CNT en 2000, elle fût par la suite élue au Conseil Administratif de l’Université de Bretagne Ouest – UBO – sous l’étiquette CNT FAU. En 2006 elle adhère chez les Verts puis intègre la majorité de François Cuillandre, jusqu’en juin 2015. Cette dernière jugeait en effet que la majorité brestoise de gauche dérivait trop à droite (sic).

Militante chevronnée ( LGBT, migrants ..), Mademoiselle Le Goïc – pourtant loin de faire l’unanimité y compris à gauche – est une des pièces maîtresses de l’activisme d’extrême-gauche brestois. Ses propos visant le père Hamel rejoignent le tweet tout aussi ignoble que le journaliste de Libération Alexandre Hervaud a posté après l’annonce de l’égorgement du prêtre : « dans le but d’apaiser les tensions entre communautés, j’espère que les deux assaillants étaient deux anciens scouts abusés par le prêtre ».

« On peut faire de l’humour, bien entendu » nous confie celui qui nous a transmis le tweet. « Mais ces gens là sont les premiers à espionner, à traquer, à dénoncer le moindre propos qu’ils jugent «phobes » , les premiers à faire des procès pour un oui ou pour un non. Les premiers à combattre la liberté d’expression et d’opinion. Il ne faut pas les louper quand ils dérapent».

hervaud
Crédit photo : Wikimedia commons (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine



http://www.breizh-info.com/2016/07/29/47352/brest-julie-le-goic-hamel-front-national-cuillandre

Brest. Le Front national demande la démission de Julie Le Goïc


il y a 1 jour
 
 
Julie_le_goic


29/07/2016 – 14H30 Brest (Breizh-info.com) –Le Front national – par la voix de Gilles Pennelle, président du groupe FN au conseil régional de Bretagne – vient de demander officiellement la démission de Julie Le Goïc du conseil municipal de Brest. Cette dernière – militante d’extrême gauche, ancienne élue de la majorité de François Cuillandre –  est au coeur d’une polémique révélée hier matin par Breizh-info. Polémique qui a pris énormément d’ampleur sur les réseaux sociaux.

« Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? » a-t-elle publié, mardi 26 juillet, deux heures après que le père Hamel se soit fait égorger par deux islamistes. Ce tweet polémique a  été parmi les 10 plus discutés en France sur la toile – avec des milliers de commentateurs et de citoyens qui se sont indignés d’un tel mépris, d’une telle provocation – émanant d’une personnalité bien connue de l’extrême gauche brestoise. Julie le Goïc n’a – jusqu’ici – pas supprimé son tweet, qu’elle assume pleinement, soutenue, dit-elle, par des élus de la majorité socialiste brestoise après les nombreuses menaces qu’elle a reçues notamment via twitter.

Mademoiselle Le Goïc – qui est par ailleurs Professeur, fonctionnaire détachée de l’Education nationale – a reçu également le soutien d’une partie de la presse subventionnée. Celle-ci n’avait rien trouvé à redire concernant son tweet, mais s’est empressé d’évoquer « un déferlement de haine » aussitôt que la polémique eut éclaté.

« On a connu Julie le Goïc beaucoup plus sévère et indignée lorsqu’il s’agit de polémiques à caractère islamophobe ou homophobe », écrit Alex, un internaute qui s’interroge : « Ceux qui prennent sa défense aujourd’hui auraient-ils réagi de la même façon si un élu du Front national avait fait une « blague » après la profanation d’une mosquée , par exemple ? ». Et Alex de poursuivre : « quand on lit un tel commentaire alors que le cadavre du père Hamel était encore chaud, on peut supposer que Melle Le Goïc ne devait pas être atterrée – comme la majorité des Français – par cet attentat. Les anticléricaux sont indécrottables ».

Le Front national réclame la démission de l’élue : « Le jour même de l’horrible attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, Julie le Goïc a posté un tweet scandaleux : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ? ». Julie le Goïc, conseillère municipale de Brest, élue sur la liste du maire PS, était déjà connue pour ses excentricités. Elle a dépassé les limites de l’ignoble en salissant la mémoire du père Jacques Hamel égorgé par des islamistes. Je demande officiellement la démission, du conseil municipal de Brest, de cette élue irresponsable.» écrit Gilles Pennelle.

Marc Berthelot, conseiller municipal (LR) a lui twetté : « Je condamne avec la plus grande fermeté ce tweet de haine et d’ignorance de @JulieLeGoic. Indigne d’un élu.@RPBrest @TLGBrest @OuestFrance» ce qui lui a valu une réponse cinglante de Christian Perrot, militant des « alternatifs » à Brest : « @marcberthelot condamne aussi avec fermeté le tweet stupide et d’ignorance de @avingttrois? »

François Cuillandre, maire de Brest, a qualifié les termes de ce tweet « d’inacceptables, imbéciles et indécents », tout en condamnant les menaces proférées à l’encontre Julie Le Goïc. Marc Coatanea, patron du Parti socialiste à Brest, a lui aussi condamné le tweet, réclamant des excuses, tout en dénonçant les menaces. Des menaces pour lesquelles des plaintes pourraient être déposées, bien que l’élue municipale soit traditionnellement et idéologiquement loin de porter les forces de l’ordre dans son coeur.

Du côté de l’intéressée, soutenue notamment par Yann Guével, adjoint au maire de Brest, pas question de démissionner : « Je ne vais quand même pas démissionner pour une blague ! ». Le prochain conseil municipal est programmé le mercredi 5 octobre à 17H. Sur les réseaux sociaux, certains appellent déjà à se mobiliser afin d’empêcher l’élue d’y accéder. Affaire à suivre …

Crédit photo : wikimedia commons (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

vendredi 29 juillet 2016

Lutte contre le terrorisme : deux grandes nouvelles ce jour


Pour commencer, le gouvernement reconnaît un « échec » judiciaire pour la dernière attaque de l’EI sur le territoire français.

Il y en a eu bien d’autres, mais il faut un début à tout, et enfin l’un de ces « échecs » est reconnu.

Aujourd’hui est donc à cet égard un grand jour.

Et puisqu’il est reconnu à propos d’une remise en liberté, je rappelle que ce type de décision n’est pas un jugement mais une ordonnance d’un juge. La seule appréciation de ce monsieur ou de cette dame est théoriquement soumise au contrôle de la chambre de l’instruction en cas d’appel, mais quasiment jamais remise en cause par cette formation de trois magistrats qui la plupart du temps s’en tiennent aux décisions du juge, même les plus délirantes.

On se demande souvent à quoi sert le juge d’instruction, mais l’inutilité de la chambre de l’instruction est encore plus flagrante : à quelques exceptions près, elle entérine tout et n’importe quoi sans jamais rien contrôler.

Par ailleurs, la presse française rapporte aujourd’hui que l’Allemagne s’est déclarée en guerre contre l’EI.

Par conséquent, la grande question qui vient immédiatement à l’esprit et doit désormais se poser et s’exposer au grand jour est celle-ci :

A quand la prochaine déclaration de guerre France-Allemagne ?


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/29/01016-20160729ARTFIG00076-pretre-egorge-valls-reconnait-un-echec-judiciaire-pour-l-un-des-tueurs.php#

Prêtre égorgé : Valls reconnaît un «échec» judiciaire pour l’un des tueurs



Manuel Valls arrive à l'Élysée pour un Conseil de sécurité, le 22 juillet.

Dans un entretien au Monde, le premier ministre répond aux critiques adressées il y a quelques jours par le chef de file des Républicains, Nicolas Sarkozy, sur la gestion de la menace terroriste. Il se prononce pour une interdiction temporaire du financement étranger des mosquées.

Face aux critiques, le chef du gouvernement fait valoir ses arguments. Dans un entretien au journal Le Monde, le premier ministre Manuel Valls s’exprime longuement sur les mesures prises par le gouvernement pour empêcher des attaques terroristes et agir contre la radicalisation. Ces réponses interviennent alors que la majorité est sous le feu des critiques de la droite, Nicolas Sarkozy en tête, qui l’accuse de ne pas prendre la mesure de la situation, alors que deux attentats ont frappé le pays à Nice et Saint-Étienne-du-Rouvray.

• Nicolas Sarkozy accusé de «perdre ses nerfs»


Pour le premier ministre, «certains cherchent à discréditer la gauche en alimentant les peurs pour se constituer un capital politique», ce qui n’est pas justifiable, juge-t-il. Une référence aux critiques adressées par la droite depuis plusieurs jours, après l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray ainsi que celui de Nice. «Nicolas Sarkozy perd ses nerfs. Être lucide face à la menace, ce n’est pas basculer dans le populisme», affirme également Manuel Valls, en réponse directe à l’entretien donné par le chef de file des Républicains au Monde deux jours auparavant.

Nicolas Sarkozy y prônait le rétablissement de la double peine et la rétention administrative des personnes soupçonnés de terrorisme. Des mesures irrecevables, pour le premier ministre. «Nous avons un triptyque à casser: la peur, la surenchère et le populisme», attaque-t-il, estimant que «notre bouclier, c’est la démocratie» et qu’«il y a une ligne infranchissable: l’État de droit. À ce titre, l’enfermement d’individus dans des centres sur la base du seul soupçon est moralement et juridiquement inacceptable. Il ne serait d’ailleurs pas efficace.» Et de poursuivre: «Mon gouvernement ne sera pas celui qui créera des Guantanamo à la française».

• Un «échec» avec la remise en liberté de Kermiche


L’un des deux assaillants de Saint-Étienne-du-Rouvray, Adel Kermiche, avait été arrêté après une deuxième tentative de départ en Syrie avant d’être libéré, assigné à résidence et portant un bracelet électronique. La décision «a été confirmée en cour d’appel par trois juges, également expérimentés», rappelle Manuel Valls. «C’est un échec, il faut le reconnaître.»

Pour le premier ministre, «cela doit conduire les magistrats à avoir une approche différente, dossier par dossier, compte tenu des pratiques de dissimulation très poussées des djihadistes». Il se refuse toutefois à tomber «dans la facilité de rendre ces juges responsables de cet acte de terrorisme».

• «Nous devons changer nos comportements»

Rappelant que la police des polices a conclu que les mesures de sécurité n’étaient pas sous-dimensionnées à Nice le 14 juillet, Manuel Valls estime que «les accusations graves et nauséabondes sur un prétendu mensonge d’État» doivent cesser. Il souligne toutefois un changement «d’époque» qui implique de «changer nos comportements». «Pour chaque événement, il faut se demander: est-il indispensable? Pouvons-nous y consacrer des moyens exceptionnels en termes de forces de sécurité qui pourraient être utilisées à d’autres fins?» Pour le chef du gouvernement, «il faut sortir aussi du réflexe du bouc émissaire, qui voudrait, à chaque fois, qu’il y ait eu une faille. Le risque zéro n’existe pas.»

• «Favorable» à une interdiction temporaire du financement étranger des mosquées


Pour lutter contre la radicalisation, «c’est bien un nouveau modèle que nous devons bâtir», juge Manuel Valls. Le premier ministre prône notamment «que les imams soient formés et France» et se dit «favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l’étranger pour la construction des mosquées».

Pour Manuel Valls, «la lutte contre la radicalisation sera l’affaire d’une génération» et doit impliquer «tous les acteurs: l’Etat, les collectivités locales, l’éducation nationale, les familles, le milieu carcéral, les entreprises privées mais aussi les structures de santé mentale qui devront opérer une révolution sur ces sujets». Il estime nécessaire de «bâtir un puissant contre-discours qui ne doit pas être que le travail de l’État, mais de toute la société civile».



http://www.atlantico.fr/pepites/angela-merkel-declare-que-allemagne-est-en-guerre-contre-etat-islamique-2778649.html

Défense

Publié le 29 Juillet 2016

Angela Merkel déclare que l’Allemagne est en guerre contre l’État islamique


Jeudi 28 juillet, après plusieurs attaques, commises notamment par des réfugiés, la chancelière allemande a enfin affirmé que l’Allemagne est en guerre contre EI.


Angela Merkel déclare que l'Allemagne est en guerre contre l'État islamique


Après une semaine sanglante, Angela Merkel a jugé pour la première fois que l’Allemagne était en guerre contre l’Etat islamique (EI).  »  Je crois que nous sommes dans une lutte ou, si vous voulez, dans une guerre contre l’EI « , a déclaré Angela Merkel, sans pour autant annoncer de nouvelles initiatives militaires après les attentats qui ont touché son pays.  » C’est incontestable « , a-t-elle ajouté. Mais  » nous ne nous trouvons pas dans une guerre ou une lutte contre l’islam « .

Jusqu’à présent, Angela Merkel évitait d’employer le terme de  » guerre « , contrairement à François Hollande pour qui la France se trouve en  » guerre  » contre Daech depuis les attentats djihadistes de l’an dernier.

Elle a toutefois apporté son soutien militaire à la France dans le cadre de la lutte contre l’organisation djihadiste en Syrie ou au Mali.

 » Une grande insécurité « 

Angela Merkel a également  jugé que les réfugiés qui commettent des attaques  » se moquent du pays qui les a accueillis « . Accusée par certains opposants – voire certains de ses alliés de la CSU bavaroise  – d’être coresponsable de cette série noire après avoir laissé venir l’an dernier un million de réfugiés dans le pays, Angela Merkel a répondu qu’elle avait conscience de la difficulté et que la décision avait été collective.  » Je n’ai pas dit, il y a onze mois, que ce serait une chose facile que nous réussirons comme si de rien n’était « , a-t-elle précisé, en référence à sa devise prononcée alors :  » Nous y arriverons.  »

Face à  » une grande insécurité « , Angela Merkel a présenté un plan en neuf points pour mieux contrer le terrorisme. Priorité : l’introduction d’un système d’alerte pour prévenir la radicalisation de réfugiés. L’auteur de l’explosion qui a fait neuf blessés dimanche à Ansbach avait fait l’objet d’un rapport médical dans lequel il était présenté comme suicidaire et potentiellement dangereux. Ce rapport n’avait pas été transmis à la police. Parmi les autres points figurent également une révision du budget pour intégrer le besoin de forces de l’ordre supplémentaire ou un renforcement des efforts de rapatriement des demandeurs d’asile refoulés.

MH370 : des Chinois manifestent contre l'arrêt des recherches


On les soutient en rappelant que les victimes de la première attaque revendiquée par Daesch en Allemagne, lundi 18 juillet 2016, sont toutes chinoises.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/29/97001-20160729FILWWW00064-mh370-des-proches-des-disparus-manifestent-a-pekin.php

MH370: des proches des disparus manifestent à Pékin


  • Par lefigaro.fr avec Reuters
  • Mis à jour le 29/07/2016 à 08:58
  • Publié le 29/07/2016 à 08:56

Des proches des passagers du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu en mars 2014 alors qu’il effectuait la liaison Kuala Lumpur-Pékin, ont réclamé aujourd’hui la poursuite des recherches de l’épave du Boeing que les trois pays impliqués dans l’enquête, Malaisie, Chine et Australie, menacent de suspendre.

Dans un communiqué commun, les autorités des trois pays ont déclaré il y a une semaine qu’elles suspendraient leurs recherches si rien n’est trouvé dans la zone de 120.000 km2 actuellement passée au peigne fin dans le sud de l’océan Indien. Il reste moins de 10.000 km2 à inspecter.

Les recherches pourraient néanmoins reprendre si de nouvelles informations devaient émerger, ont précisé les ministres du Transport des trois pays. Une trentaine de proches, certains en pleurs, se sont rassemblés vendredi à Pékin devant le ministère chinois des Affaires étrangères pour remettre une pétition. « Nous nous opposons à cette décision. Nous ne l’admettons pas du tout. Cette décision n’a aucune justification », a déclaré Boa Lanfang, un Chinois âgé de 65 ans dont le fils, la belle-fille et le petit-fils étaient dans le Boeing 777 porté disparu avec 239 personnes à bord, dont une majorité de Chinois.

Les enquêteurs pensent que l’avion a été délibérément conduit hors de sa trajectoire prévue sur plusieurs milliers de kilomètres, vers le sud de l’océan Indien. Rien de suspect n’a été trouvé dans le passé financier, médical ou personnel des membres de l’équipage. Plusieurs débris du Boeing ont été découverts à la Réunion et au Mozambique mais n’ont pas permis d’éclaircir le mystère.


LIRE AUSSI

» MH370 : «Il reste au moins une vingtaine de scénarios possibles»
» L’idée ingénieuse d’un Français pour faire avancer les recherches du MH370


http://www.france24.com/fr/20160719-plusieurs-blesses-apres-attaque-hache-train-baviere-afghan

Quatre blessés graves après une attaque à la hache dans un train en Bavière


MH370 : des Chinois manifestent contre l'arrêt des recherches dans Attentats rsz_000_dc2nl
© Karl-Josef Hildenbrand, AFP | Des pompiers près des rails de Wuerzburg, en Bavière, à la suite de l’attaque à la hache dans un train régional, lundi 18 juillet 2016.

Texte par FRANCE 24
Dernière modification : 19/07/2016

Un jeune réfugié afghan de 17 ans a été abattu par la police après avoir attaqué à la hache les passagers d’un train en Bavière, lundi soir, faisant quatre blessés graves. Ses motivations ne sont pas claires à ce stade, selon le parquet.



Un homme a agressé à la hache et au couteau les passagers d’un train régional en Bavière (sud de l’Allemagne), dans la soirée de lundi 18 juillet, faisant quatre blessés graves – deux d’entre eux ont leur pronostic vital engagé – et un léger. L’agresseur, un Afghan de 17 ans, a été tué par la police allemande, selon un porte-parole de la police.

Les faits se sont produits vers 21 h 15 locale (19 h 15 GMT) à bord de ce train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchlingen et Würzburg, en Bavière.

« Certaines personnes sont maintenant entre la vie et la mort », a affirmé un peu plus tard dans la soirée le ministre de l’Intérieur de Bavière. Selon la presse allemande, les quatre blessés graves sont des touristes chinois venant de Hong Kong, trois membres d’une même famille ainsi qu’un ami qui les accompagnait. Quatorze personnes ont été traitées pour un choc psychologique sur place.

Scène de « boucherie »

Un riverain, qui a pu pénétrer dans le convoi, a décrit une « scène de boucherie » à l’intérieur du train, avec des traces de sang et des pansements laissés sur place par les équipes de secours.

« L’auteur des faits est parvenu à quitter le train, la police est partie à sa poursuite et dans le cadre de cette poursuite elle a tiré sur l’agresseur et l’a tué », a indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur bavarois.

Selon le ministre régional de l’Intérieur, Joachim Hermann, une unité spéciale d’intervention de la police allemande (SEK), qui l’avait pris en chasse, a fait feu lorsque le jeune homme a tenté de s’en prendre à elle avec ses armes blanches. Cette unité se trouvait par hasard, pour une autre mission, dans la ville, et a pu intervenir rapidement lorsque l’alerte a été donnée.

Le motif de l’agression pas clair à ce stade


L’auteur de l’agression est un « Afghan de 17 ans », demandeur d’asile arrivé seul, sans famille, en Allemagne, a indiqué le ministre de l’Intérieur de Bavière. Il vivait dans la localité d’Ochsenfurt, voisine de l’endroit où se sont déroulés les faits, et était pris en charge dans un foyer pour réfugiés mineurs.

Il aurait crié « Allahou Akbar ! » (Dieu est grand) en passant à l’acte, rapportent plusieurs chaînes de télévision, citant le ministère bavarois de l’Intérieur, mais l’information n’a été confirmée ni par le ministre lui-même ni par la police. Dans la matinée, les autorités bavaroises ont indiqué avoir retrouvé un drapeau de l’organisation État islamique dessiné à la main dans la chambre du jeune homme.

De quoi raviver le débat sur les réfugiés

Si la piste d’un attentat à motivation jihadiste devait se confirmer, venant de surcroît d’un demandeur d’asile, elle serait de nature à rallumer le débat en Allemagne sur la politique d’ouverture généreuse de la chancelière Angela Merkel à l’égard des réfugiés.

Même si les statistiques du ministère de l’Intérieur ne montrent aucune corrélation entre l’afflux de demandeurs d’asile et la hausse de criminalité ou du risque terroriste, la droite populiste allemande en particulier surfe sur les craintes à ce sujet dans l’opinion.

>> Focus à voir sur France 24 : « Allemagne : le défi de l’intégration des réfugiés »

Plus d’un million de réfugiés sont arrivés en Allemagne l’an dernier, dont une partie importante de Syriens fuyant guerres et persécutions. Les Afghans aussi constituent une part importante de ces nouveaux arrivants.

Jusqu’ici, l’Allemagne a été plutôt épargnée par les attentats jihadistes, à l’exception d’une attaque au couteau perpétrée contre un policier par une adolescente de 15 ans, d’origine turque, en février en garde de Hanovre (nord). L’enquête a démontré depuis la motivation islamiste de cette jeune fille, qui avait cherché peu avant à se rendre en Syrie via la Turquie pour rejoindre l’organisation État islamique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/07/2016


http://www.courrierinternational.com/article/allemagne-une-attaque-au-couteau-et-la-hache-revendiquee-par-daech

Allemagne. Une attaque au couteau et à la hache revendiquée par Daech


Publié le 19/07/2016 – 11:15

 dans Corruption
Les passagers de ce train ont été attaqué par un jeune réfugiés afghan en Bavière, le soir du 18 juillet 2016. PHOTO /KARL-JOSEF HILDENBRAND/DPA/AFP

Lundi soir, un homme de 17 ans a attaqué les voyageurs d’un train faisant cinq blessés. Il a ensuite été tué par les forces de l’ordre. Mardi matin, l’organisation Etat islamique a revendiqué l’attaque.

“Avec une hache et un couteau”, titre ce 19 juillet la Süddeutsche Zeitung de Munich après l’attaque survenue dans un train régional en Bavière la veille au soir et qui a laissé cinq personnes blessées, dont quatre graves.

Selon les témoins, un homme de 17 ans, identifié comme un réfugié afghan depuis, s’est jeté “sauvagement” sur les passagers près de la ville de Würzburg, en Bavière. Il a été abattu par une unité spéciale de la police lors de sa fuite dans la ville.

Un “soldat de Daech”


Selon plusieurs témoins ayant l’homme aurait crié “Allahu Akbar” avant de passer à l’acte. Mardi matin, l’agence de communication de Daech a publié un communiqué affirmant que le jeune homme était “un soldat de l’Etat islamique”.

“Lors de la perquisition de son logement, on a trouvé un drapeau de la milice terroriste Etat islamique, fait maison”, rapporte le quotidien de Munich en citant le ministre de l’Intérieur de la Bavière.

<em>Carte :  Google Maps</em>
Carte :  Google Maps

Mineur non accompagné


Les victimes sont toutes originaires de Hong Kong. Il s’agit d’une famille qui voyageait avec un ami, rapporte le South China Morning Post, et dont seul le fils est sorti indemne. Le chef de l’exécutif de Hong Kong, Leung Chun-ying, a fermement condamné l’attaque.

L’attaquant est entré en Allemagne comme mineur non accompagné et enregistré comme demandeur d’asile depuis mars. Après un séjour dans un centre d’accueil, il a été placé dans une famille d’accueil dans la région début juillet. Une situation courante dans la région, explique Spiegel Online : “En Bavière, un réfugié mineur non-accompagné sur deux vient d’Afghanistan. Selon le ministère des Affaires sociales, plus de 15 500 réfugiés mineurs ont été accueillis en Bavière.”

jeudi 28 juillet 2016

Suicide du commissaire Helric Fredou à Limoges le 8 janvier 2015 : qu'en est-il vraiment ?





On ne le sait toujours pas.

Officiellement, il s’agit toujours d’un suicide dont les raisons restent inconnues, quoique la mère et la soeur du commissaire aient protesté.

Depuis la publication des premiers articles y consacrés est paru un ouvrage du journaliste Alain Hamon sur les suicides dans la police et la gendarmerie.

Quelques extraits de ce livre sont disponibles sur Internet, dont certains concernent le cas du commissaire Helric Fredou et précédemment celui du commissaire Christophe Rivieccio dont il avait lui-même découvert le corps le lundi 18 novembre 2013.

Selon Alain Hamon, ces deux policiers de Limoges étaient perfectionnistes, exigeants, et auraient mal supporté de n’être pas suivis dans leurs enquêtes.

Le premier était originaire de Limoges et en avait été nommé directeur adjoint du Service Régional de Police Judiciaire (SRPJ) à l’été 2012.

Le second, n°3 de ce SRPJ, était son subordonné depuis huit mois lorsqu’il s’était suicidé dans son bureau, un dimanche, le 17 novembre 2013, au même âge de 44 ans. Il avait laissé une lettre pour expliquer son geste, ce que n’a pas fait le commissaire Fredou.



http://www.parismatch.com/Actu/Societe/Alain-Hamon-Les-policiers-ne-comprennent-pas-certaines-decisions-de-justice-845463

« Les policiers ne comprennent pas certaines décisions de justice »


Paris Match | Publié le 13/10/2015 à 17h59 |Mis à jour le 13/10/2015 à 18h08

 
Bernard Cazeneuve mardi, lors d'un discours devant les forces de l'ordre à l'Ecole militaire à Paris,
Bernard Cazeneuve mardi, lors d’un discours devant les forces de l’ordre à l’Ecole militaire à Paris, AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA
  
Grand reporter spécialisé police-justice, Alain Hamon sort «Le jour où j’ai mangé mon flingue», un ouvrage consacré au suicide des policiers et gendarmes (en librairie depuis le 8 octobre). Pour Paris Match, il décrypte la colère des policiers qui crient leur ras-le-bol mercredi devant le ministère de la Justice.

Paris Match. Les syndicats policiers ont appelé à un «rassemblement» mercredi place Vendôme sous les fenêtres de Christiane Taubira. Quelles sont les raisons de ce ras-le-bol ?

Alain Hamon. Une telle manifestation devant le ministère de la Justice est arrivée deux fois en 32 ans. La dernière datait de 1983 et ça c’est très mal terminé. Ce rassemblement de mercredi est une réaction à la fusillade de la semaine dernière près de Saint-Ouen. Le détenu abattu, qui a grièvement blessé un policier, était en cavale après une permission de sortie. Les policiers veulent dire à la justice que la situation actuelle ne leur convient pas du tout. Ils ne comprennent pas certaines décisions de justice et on ne leur explique pas.

Y’a-t-il d’autres raisons?

Ce braquage mortel est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Le ras-le-bol vient surtout du manque de moyens. La révision générale des politiques publiques de Nicolas Sarkozy a réduit les effectifs de 17 000 policiers. En parallèle, il y a eu l’instauration de la politique du chiffre, visant à faire baisser la délinquance. On demande aux forces de l’ordre de faire plus avec moins d’effectifs. Manuel Valls a supprimé la politique du chiffre, la remplaçant par la politique du résultat. Mais comment faire du résultat sans chiffre? Quant aux moyens, Bernard Cazeneuve a promis un réengagement de 500 policiers par an depuis 2012. Mais on reste loin du compte par rapport aux 17.000 supprimés.

S’ajoute également un épuisement lié au plan Vigipirate, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme

En effet, CRS et escadrons de gendarmes mobiles sont en permanence sollicités. Ils n’en peuvent tellement plus qu’avant l’été, plusieurs compagnies de CRS, ne pouvant faire grève, se sont mises en arrêt maladie. Les CRS me disent : «On est plus jamais chez nous, on ne voit plus nos familles. On rentre à la compagnie et on est rappelé immédiatement». Ils sont en déplacement perpétuel.

« Pour les policiers, les outils juridiques actuels ne sont plus adaptés à la criminalité d’aujourd’hui »


Quelles sont les principales revendications des forces de l’ordre avec la manifestation de mercredi?

En manifestant devant la Chancellerie, ils réclament un travail sur le volet pénal, avec notamment une réforme du Code de procédure pénal. Ils estiment en effet que les outils juridiques actuels ne sont plus adaptés à la criminalité d’aujourd’hui. La revendication sous jacente est de faire constater qu’ils ne peuvent plus assurer leurs missions.

La dévalorisation du métier est aussi l’une des raisons du ras-le-bol des policiers. Comment le revaloriser?

Il faut le revaloriser aux yeux de la population, des chefs et des policiers eux-mêmes. Dans le plan anti-suicide présenté par Bernard Cazeneuve fin janvier, un paragraphe à la fin fait état d’une campagne d’information de la direction générale de la police sur la dangerosité et les difficultés du métier de policier. Mais, on n’a pas encore vu la moindre trace de cette campagne. On peut peut-être supposer que c’est lié à un problème de financement. En Belgique ou encore à Montréal, il y a eu des mesures pour revaloriser le métier de policier, eux ont mis les moyens nécessaires.

  »Le suicide des policiers était tabou jusque chez les ministres »


Le ras-le-bol peut mener au burn out, voir au suicide, thème de votre dernier livre. Pourquoi le suicide chez les policiers reste un sujet tabou?

En 2014, il y a eu 55 suicides de policiers. En 2015, nous en sommes déjà à 32 selon mon décompte élaboré à travers la presse (le dernier date de dimanche lorsqu’un gardien du commissariat de Villeurbanne s’est donné la mort, chez lui, avec son arme de service, Ndlr). Un ancien membre de cabinet du ministère de l’Intérieur -qui a officié sous plusieurs ministres- m’a d’ailleurs confié un jour : «Ce n’est pas qu’on a rien fait, c’est qu’on ne voulait même pas savoir». Le sujet était tabou jusque chez les ministres. En 1996, il y a eu 77 suicides dans la police, à chaque fois on évoquait des problèmes personnels et non des raisons professionnelles. Manuel Valls, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, a été le premier à lever le tabou. A l’époque, il n’avait pas non plus les moyens alors il a fait des discours. De même, il n’est pas allé jusqu’à dénoncer officiellement les mauvaises conduites de responsables de la police et de la gendarmerie. Bernard Cazeneuve a aussi levé aussi le tabou mais n’est pas allé jusqu’au bout. Il n’a pas non plus les moyens de faire en sorte que ça change et ne s’attaque pas à bras le corps à certains comportements déviants dans la hiérarchie interne. L’administration continue à jouer sur les mots, évoquant surtout des divorces et autres problèmes personnels pour parler des suicides.

Dans votre livre, vous évoquez aussi la pression hiérarchique et de mauvaises relations humaines qui peuvent être l’une cause de passage à l’acte

Pendant longtemps, quand ça n’allait pas, on tapait sur les patrons, les commissaires de police. En tant que journaliste spécialisé police-justice, j’ai tapé joyeusement sur les commissaires de police. Certains le méritaient, d’autres peut-être pas. En travaillant sur le burn-out chez les policiers ces dernières années les témoignages faisaient ressortir que le harceleur était plutôt un officier (lieutenant, capitaine) ou un «petit chef» (brigadier, brigadier chef, brigadier major). La plupart des rescapés du suicide témoigne du comportement d’un brigadier chef par exemple. Dès qu’ils prennent du galon, ils oublient ce qu’ils ont été et deviennent imbuvables. Pourtant, ils sortent du même moule que les policiers qu’ils maltraitent. Parfois, on ne leur apprend pas à bien faire avec leurs hommes et on ne leur tape pas sur les doigts dans le cas contraire.

Le plan anti-suicide de Bernard Cazeneuve vous paraît-il efficace?

Ce sont des mesurettes. La mise en casiers individuels où déposer son arme à la fin du service -afin de contrer les suicides aux domiciles –  est une mesure qui fait rire les fonctionnaires. De même, il n’y a eu aucun retour d’expérience sur cette mesure depuis janvier.

Des journalistes indiens s'étaient très tôt intéressés à l'attentat contre Charlie Hebdo





A la suite de mon précédent article relatif à un lecteur indien venu me féliciter à sa manière pour mes publications du 25 juillet 2016 à propos des Chinois de Belleville, dont certains pourraient être liés au trafic de fausses Nike de Saïd Kouachi, en relation avec mon Chinois de Thaïlande, je rappelle que des journalistes indiens s’étaient très tôt intéressés à l’attentat contre Charlie Hebdo du 7 janvier 2015 à Paris et avaient même diffusé un reportage où ils traitaient de l’étrange suicide du commissaire Helric Fredou dans la nuit du 7 au 8 janvier 2015 à Limoges alors qu’il était chargé de mission à propos de cet attentat.

J’avais moi-même évoqué ce suicide dès le 15 janvier 2015, et encore le 22 juin 2015.

Ce reportage était le fait du Daily News and Analysis, un journal indien fondé en 2005 à Bombay, également publié à Bangalore, dans le Sud, et dans plusieurs grandes villes du Nord-Ouest, dont Jaipur, la capitale du Rajasthan, à environ 250 km du lieu de connexion de mon lecteur d’hier.

Il avait été diffusé par la chaîne indienne associée Zee News, de Zee Media, filiale de Essel Group, basé à Bombay.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Daily_News_and_Analysis

Daily News and Analysis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daily News.
Daily News and Analysis
Image illustrative de l'article Daily News and Analysis

Pays Drapeau de l'Inde Inde
Langue Anglais
Périodicité quotidienne
Format grand format
Prix au numéro 3 Rs
Diffusion 260 000 ex.
Date de fondation 30 juillet 2005
Ville d’édition Bombay

Propriétaire Diligent Media Corporation
Directeur de la rédaction Deepak Rathi
Rédacteur en chef C P Surendran
Site web http://www.dnaindia.com
modifier Consultez la documentation du modèle


Le Daily News and Analysis (DNA) est un quotidien anglophone grand format lancé en 2005 en Inde. Il est publié à Bombay, Ahmedabad, Pune, Jaipur, Bangalore et Indore par Diligent Media Corporation, une co-entreprise entre Zee Media et Dainik Bhaskar Group, et vise un lectorat jeune, de tendance progressiste. C’est le premier journal anglophone d’Inde à avoir proposé une première page entièrement en couleur.

Sommaire

Lancement


Le lancement du Daily News and Analysis en 2005 a été précédé par une grande campagne publicitaire, avec pour slogan « Speak up, it’s in your DNA » (littéralement : « Exprimez-vous, c’est dans votre ADN » – jeu de mots entre l’acronyme anglophone de l’Acide désoxyribonucléique et celui de journal). Les médias indiens ont décrit son contexte comme tumultueux, avec des réductions de coûts et une concurrence sévère1,2.

Suppression des éditoriaux


A la une de son numéro du 1er février 2010, son rédacteur en chef Aditya Sinha a annoncé que le DNA allait supprimer sa page d’opinions, la partie contenant les éditoriaux, les analyses et les points de vue3. Cette décision a été considérée comme audacieuse et a été accueillie par de nombreuses critiques[réf. souhaitée]. Le DNA a donc commencé à proposer, quand c’était nécessaire, les points de vue d’experts et les commentaires dans les différentes pages du journal.

Diffusion


Selon le Media Research Users Council’s Indian Readership Survey (IRS), le lectorat total du DNA est de 1 242 000 personnes à Bombay, et le lectorat moyen de ses six éditions est de 824 000. IRS a classé le journal au sixième rang des dix principaux quotidiens anglophones d’Inde. Il s’agit du second grand-format en anglais le plus lu à Bombay. Depuis le rapport de l’IRS du deuxième semestre 2006, son lectorat moyen par numéro a augmenté de 86% (il était alors de 444 000).

Il a aussi le plus grand pourcentage de lecteurs de la tranche d’âge 30-49 ans parmi les journaux anglophones à Bombay (36,3 %)et le second plus grand pourcentage de lecteurs diplômés (52,2 %) ou appartenant aux classes socioéconomiques A et B[Quoi ?] (73,5 %).

En février 2007, le DNA a annoncé que sa diffusion payante avait atteint 400 000 exemplaires à Bombay (après 300 000 en octobre 2006). Ces chiffres sont certifiés par Ernst & Young depuis mai 20064. Selon leur rapport de juillet 2006, la diffusion payante du DNA était alors de 270 000 exemplaires.

Aujourd’hui, le DNA est le journal préféré d’1 506 000 lecteurs dans la seule Bombay (lectorat total au quatrième trimestre 2012 selon l’IRS).

Éditions et suppléments


Le DNA est actuellement publié à Bombay, Ahmedabad, Pune, Jaipur, Bangalore et Indore. Il possède une section économique, DNA Money, et un supplément loisir, After Hrs.

Le DNA possède un site internet, www.dnaindia.com. Il est aussi présent sur les réseaux sociaux et sur téléphone mobile. L’édition du jour peut être lue en ligne (E-paper).

Marathon


Le DNA organise un marathon annuel à Bombay, le DNA I Can réservé aux femmes.

Notes et références

  1. Indiantelevision.com Team, « ‘DNA’ gears up for a price war », Indiantelevision.com,‎ 10 juin 2005 (lire en ligne [archive])
  2. Debashis Bhattacharyya, « Mumbai’s battle will quickly spill over to New Delhi », The Telegraph, Calcutta,‎ 21 août 2005 (lire en ligne [archive])
  3. Staff, « Invigorating world’s press » [archive], All About Newspapers, All About Newspapers, New Delhi,‎ octobre 2011 (consulté le 23 mai 2012)
  4. Bhupesh Trivedi, « DNA commissions E&Y to certify circulation » [archive], Indian Media Observer (issue #26),‎ 1er juin 2006

Liens externes

 [afficher]
v · m
Journaux de l’Inde


https://en.wikipedia.org/wiki/Zee_News

Zee News

From Wikipedia, the free encyclopedia
Des journalistes indiens s'étaient très tôt intéressés à l'attentat contre Charlie Hebdo dans Attentats 40px-Ambox_important.svg

This article has multiple issues. Please help improve it or discuss these issues on the talk page. (Learn how and when to remove these template messages)
This article may be unbalanced towards certain viewpoints. (March 2016)
This article needs additional citations for verification. (December 2015)

Zee News
ZeeNews.jpg
Public company
Industry Mass media
Founded 1999
Headquarters Noida, Uttar Pradesh, India[1]
Key people
Subash Chandra (Chairman)
Sudhir Chaudhary (CEO)
RK Arora (COO)[2]
Products Broadcasting, cable
Revenue
  • Increase ₹551 crore (US$82 million) (2015)
[3]
  • Decrease ₹-43.15 crore (US$−6.4 million) (2015)
[4]
Parent Essel Group
Slogan सोच बदलो,देश बदलो
Website zeenews.india.com


Zee News is an Indian news and current affairs channel founded in 1999 and is the flagship property of Zee Media Corporation company and a subsidiary of Essel Group.[5] The channel is allegedly tried to extort 100 crores from the Jindal Group[6][7][8] and allegedly fabricated video of Kanhaiya Kumar over 2016 JNU sedition controversy.[9]

Contents

Channels


It currently operates the following news and regional entertainment channels:[10]
 

Allegations of Fabrications

Zee News reported that some of the students from Democratic Students’ Union (DSU) raised slogans such as « Bharat Ki Barbadi » (« Destruction of India ») and  » Pakistan Zindabad » (« long live Pakistan ») [14] In a letter Vishwa Deepak, who later resigned from the channel after expressing reservations over its ‘biased coverage’ alleged that « Our biases made us hear Bhartiya Court Zindabad as Pakistan Zindabad. » (« long live Indian courts » as « long live Pakistan. »).[9][note 1] In response, Zee News Editor Sudhir Chaudhary said « Our channel only showed what was happening there, whatever we have shown is 100 per cent authentic.[15] Later, the Zee News showed the raw footage of JNU campus to prove it was not a doctored tape and reiterated that the students indeed chanted Pakistan Zindabad slogans.[17]


Another video, which showed a speech by JNU Students’ Union President Kanhaiya Kumar making anti-national slogans, appears to be doctored. According to India Today, « In the original video, Kanhaiya is asking to end social ills such as caste and communalism not anti national slogans. »[18][19] A judicial enquiry into the matters revealed that 5 out of 7 videos were genuine.[20]

On 14 February 2016, Union Home Minister Rajnath Singh alleged that the JNU incident has the support of the LeT chief Hafiz Saeed.[21] Doubts were soon expressed if this was tied to the discredited alert by Delhi Police that used a tweet from a fake/parody account.[22]

Controversy


The channel is tried for allegedly extorting 100 crores from the Jindal Group[6] and two senior journalist have been arrested so far.[7][8] Naveen Jindal accused Zee News of trying to extort 100 crores from him for not airing stories against his company in Coal Scam. Zee News refuted the charges and made counter charges of Jindal offering them 25 crores to halt their investigations against Jindal Steel in the coal scam.[23]

In December 2013, Arvind Kejriwal accused Zee News of showing the wrong information about his and Anna Hazare‘s relationship. Zee media banned Sonu Nigam after he shared a video that proved Dr. Kumar Vishwas voice about the farmer’s suicide in Aam Aadmi Party had Voice edited By Zee News to humiliated Dr. Kumar Vishwas image in public.[24][25][26]

References

  1. According to Vishwa Deepak, there is a pro-Modi bias at Zee News, and that Zee News « has abetted a riot-like situation. »[15] The misinterpretation was disclosed when the Aam Aadmi Party filed a complaint, alleging that ABVP-students raised « Pakistan Zindabad » slogans. The ABVP admitted that members of their organisation had been present, but shouted « Bharatiya Court Zindabad » and « Indian Army Zindabad, » and filed a counter complaint.[9] The police then declared that « the footage had been tampered with. »[16] In response, Zee News Editor Sudhir Chaudhary said « Our channel only showed what was happening there, whatever we have shown is 100 per cent authentic. How far will you push freedom of speech? »[15]

External links

[show]
Television news in India