compteur

samedi 28 février 2015

Meurtre de Patricia Bouchon : un suspect mis en examen

Patricia Bouchon a été tuée à l’issue d’une violente agression à Bouloc le 14 février 2011 vers 4h30.

Serait-ce le fantôme qui a réveillé NEMROD34 à cette même heure le 11 février dernier ?

Un suspect venait d’être mis en examen et placé en détention pour ce meurtre deux jours plus tôt.


http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-meurtre-de-patricia-bouchon-la-joggeuse-de-bouloc-7776618645

Le meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc

REPLAY – Le 9 février dernier, après quatre ans d’enquête infructueuse, un suspect a été mis en examen pour l’homicide de Patricia Bouchon. C’est peut-être le premier pas vers la résolution de ce crime mystérieux.



le crime de la joggeuse de bouloc Crédit : Jacques Pradel Télécharger

par Jacques Pradel , Laure Broulard publié le 17/02/2015 à 10:23 mis à jour le 17/02/2015 à 15:34

L’enquête vient en effet de connaître un important rebondissement avec la mise en examen et l’incarcération, la semaine dernière, de l’auteur présumé de cette assassinat qui a bouleversé toute la région il y a 4 ans.

L’édito de Jacques Pradel


Meurtre de Patricia Bouchon : un suspect mis en examen dans Crime 7771347349_jacques-pradel
Crédit : Elodie Grégoire
Jacques Pradel

On s’approche peut-être de l’épilogue d’une enquête qui semblait dans l’impasse, malgré plus de 8.000 pièces de procédures, 1.500 personnes entendues, plus de 800 prélèvements ADN et une dizaine de suspects successifs mis en garde-à-vue. L’homme qui vient d’être mis en examen avait été suspecté dès le début de l’affaire mais laissé en liberté faute de preuves. Il est présenté comme quelqu’un de fragile psychologiquement et le procureur de Toulouse parle d’indices graves et concordants qui pèsent sur lui.

Nous revenons sur l’ensemble de l’affaire avec Patrick Isson, correspondant de RTL à Toulouse et Frédéric Abela de La Dépêche du Midi.

La fin d’une enquête hors du commun ?


L’enquête autour du meurtre de Patricia Bouchon, ce sont des dizaines de policiers, et une cellule spéciale de la section de recherche de Toulouse. En quatre ans, les enquêteurs ont procédé à des centaines d’auditions, et à des dizaines de gardes à vue… Ce meurtre incompréhensible a beaucoup touché la région: chaque année, plusieurs centaines de personnes se rassemblent aux alentours du 14 février pour des marches en mémoire de cette mère de famille de 49 ans. Ses enfants, son mari, et ses sœurs n’ont jamais baissé les bras, jamais perdu espoir…Cependant aujourd’hui, même après la mise en examen de Laurent Dejean, les gendarmes restent très prudents : il est accusé « d’homicide volontaire » sur la base « d’indices  graves et concordants », mais aucune preuve sérieuse ne peut être à ce jour retenue contre lui…

Un suspect fragile psychologiquement


La question principale qui se pose aujourd’hui est celle de la santé mentale de Laurent Dejean. Il sera examiné par des experts psychologues dans le courant de la semaine. Mais pour l’instant, ses voisins et ses connaissances décrivent un homme gravement perturbé, chômeur et toxicomane, qui a pour habitude d’errer, la nuit, près de la zone où le corps de Patricia Bouchon a été retrouvé. Il a déjà mentit aux enquêteurs au sujet de son véhicule, et a tenu des propos étranges et décousus au sujet de la victime….

Nos invités


Frédéric Abela, journaliste à la Dépêche du Midi
Patrick Isson, correspondant RTL à Toulouse,
Me Hatoum, avocat de Laurent Dejean,  et Me Juillard, avocat de la famille Bouchon
Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l’équipe de l’émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L’Heure du Crime.


http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/10/2046923-ce-que-l-on-sait-du-suspect-presume.html

Ce que l’on sait du suspect présumé

Publié le 10/02/2015 à 07:50

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31)

Les équipes d'identification à la recherche d'indices, , un jour après la disparition de Patricia Bouchon (à gauche)/ DDM, Nathalie Saint-Affre.
Les équipes d’identification à la recherche d’indices, , un jour après la disparition de Patricia Bouchon (à gauche)/ DDM, Nathalie Saint-Affre.
zoom dans Folie

Reclus dans son modeste appartement, à Bouloc et vivant d’une allocation adulte handicapé en raison de ses troubles du comportement, Laurent Dejean, 35 ans, est officiellement accusé du meurtre de Patricia Bouchon, la joggeuse tuée à Bouloc, au matin du 14 février 2011. Comme pour la famille de cette femme adepte de la course à pied et secrétaire dans un cabinet d’avocats toulousain, il y a, pour cet homme, que beaucoup de choses accableraient aujourd’hui, un avant et un après février 2011.

Solitaire, artisan bien noté par ses patrons, Laurent Dejean fait figure d’employé modèle comme plaquiste, dans cette commune qui l’a vu grandir. Avant le meurtre, ce trentenaire célibataire, «impulsif et sans histoire», fait des allées et venues entre son appartement, dans une résidence bien tenue et la maison de sa mère, à la sortie du village vers Fronton. C’est d’ailleurs sur cette route qu’il aurait pu croiser la joggeuse. Il aurait été vu par un témoin à bord de sa Clio, jamais retrouvée. Ponctuel, consciencieux, Laurent Dejean a des amis et une vie sociale limitée, des plus ordinaires. C’est l’homme que l’on croise sans vraiment regarder. Entretenant, peut-être, sa part de mystère.

Après le 14 février 2011, la face cachée du modeste plaquiste se dévoile peu à peu. Et l’image de l’employé modèle se fissure étrangement, loin des soupçons de ceux qui le côtoient. Quelques jours après le meurtre, Laurent Dejean entame sa descente aux enfers. Les premiers arrêts maladie atterrissent en cascade dans le bureau de son employeur qui ne le reverra qu’une semaine. Interrogé par les gendarmes, il explique qu’il s’était blessé à l’épaule. Il souffrait en réalité de problèmes psychiatriques qui le conduisent, neuf jours après le meurtre à consulter un spécialiste. Suivent de longues périodes d’absence et une solide prise en charge psychiatrique. Laurent Dejean décroche. À l’automne 2011, il est interné. Il suit un traitement lourd. Il est coupé du monde et se fait oublier. Entre deux séjours dans les pavillons psychiatriques, il revient à Bouloc mais n’est plus qu’une sorte de fantôme errant dans les rues, multipliant les comportements troublants. Il est vu en plein jour, sur son vélo, ou à pied lisant la Bible tout en marchant. Ses accès de colère inquiètent ses proches. Parfois violent, il se défoule contre des portes. Décrit comme «volcanique» et «sanguin», Laurent Dejean est une boule de nerfs cultivant parfois l’autodestruction dans son rapport complexe à la mort. Happé pas ses idées noires, il vit cloîtré chez lui, sous curatelle renforcée. Fin 2013, la diffusion publique du portrait-robot agit comme un déclic. À Bouloc, les langues se délient à la vue de ce croquis représentant, a priori, Monsieur-Tout-Le-Monde. Mais ils sont nombreux à reconnaître, derrière ces traits anodins, le visage familier de Laurent Dejean, guetté par l’amnésie. Comme si la diffusion officielle du portrait du tueur avait libéré les consciences à un moment où le principal suspect, isolé, poursuit son enfermement dans sa prison sociale et psychiatrique. Dès lors, tout semble le désigner. Le fameux faisceau d’indices accablerait cet homme au casier vierge qui a toujours nié le moindre lien avec le meurtre. Placé en garde à vue en janvier et juin 2014, il n’a jamais reconnu sa participation. Déni ? Amnésie ? Folie ? Quatre ans après, cette nouvelle étape judiciaire pourrait lever le voile sur la véritable personnalité de cet homme désormais accusé de meurtre.

Frédéric Abéla


 
Laurent Dejean, «un enfant de Bouloc»
 
Publié le 10/02/2015 à 07:49 
 

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31) – Reportage

Christian Faurie, l'ancien maire de Bouloc./Photo DDM Thierry Bordas 
Christian Faurie, l’ancien maire de Bouloc./Photo DDM Thierry Bordas
Meurtre de Patricia Bouchon : un suspect mis en examen dans Crime zoom 

«Ce serait Laurent ? Super ils l’ont pris !» Hier matin, la nouvelle de l’arrestation de Laurent Dejean n’a surpris personne dans le voisinage immédiat de son petit appartement. Rama le côtoie depuis 2010. «Il a changé du jour au lendemain après le meurtre, note celle qui, parfois, lui apportait à manger. Il était dans son monde, j’ai commencé à l’éviter. Il a pété les plombs, il disait que je faisais du vaudou contre lui et il sonnait chez moi.» Comme tout le monde à Bouloc, les voisins ont parlé du meurtre de Patricia Bouchon. «Il m’a dit que, jamais, il n’aurait pu faire ça. Mais quand on m’a montré le portrait-robot, j’ai tremblé.» Ses anciens employeurs, chez lesquels il a travaillé deux ans, confirment : «Il parlait de cette affaire. Des copains à lui avaient eu leur ADN prélevé. Il se sentait donc en lien avec cette affaire mais voulait s’en éloigner. Après le meurtre, il a repris une semaine puis s’est mis en arrêt.» Les enquêteurs leur ont aussi présenté le portrait-robot : «Quand on cache la bouche, on a l’impression de le voir en face.» Au travail, il ne faisait pas parler de lui : «On l’a pris car il méritait de travailler. Il était vaillant mais psychologiquement faible».

Laurent Dejean a grandi à Bouloc. L’ancien maire, Christian Faurie, décrit «un enfant d’une famille ancienne boulocaine» qui a perdu tôt son père maçon. «Il a fréquenté nos écoles. Mais c’est un jeune qui nous a été signalé à plusieurs reprises en difficulté.» Afin de l’aider, «je l’ai employé au sein d’un chantier d’insertion au syndicat intercommunal. Les personnes y sont encadrées pour réaliser des travaux. Ça se concrétise par des stages. Lui s’était orienté vers le montage de cloisons.» À cette période, Laurent Dejean vit chez sa mère. «J’avais été alerté par un membre de la famille car il était un peu violent avec sa mère et qu’il lui prélevait de l’argent. On a fini par lui trouver un logement social sur la commune. C’était à peu près au moment de l’affaire.»

Dans son nouveau quartier, il se fait vite remarquer : «Il avait un comportement particulier. Il faisait des déclarations le soir fort sur son balcon, c’était des incantations. Les gens commençaient à être inquiets. On a pris une mesure d’internement d’office. Ça a été laborieux. Il s’est échappé en sautant par le balcon. Il est resté plusieurs semaines à l’hôpital.»

Après cet épisode, le maire a recroisé Laurent Dejean : «Il m’a remercié et m’a dit qu’il se sentait mieux.» Idem avec ses voisines : «Quand il sortait de l’hôpital, il s’excusait.» La nuit de l’agression de Patricia Bouchon, les voisins de l’impasse avaient entendu un homme s’excuser.

Claire Lagadic


http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/11/2047582-joggeuse-bouloc-arrestation-suspect-est-aussi-pari.html

Joggeuse de Bouloc : l’arrestation du suspect est aussi un pari

Publié le 11/02/2015 à 07:48

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31) – Enquête

Lors de sa conférence de presse lundi, le procureur Pierre-YvesCouilleau a répondu à tous les médias. Cette communication peut-elle entraîner de nouveaux témoignages ?/Photo DDM, Michel Labonne
Lors de sa conférence de presse lundi, le procureur Pierre-YvesCouilleau a répondu à tous les médias. Cette communication peut-elle entraîner de nouveaux témoignages ?/Photo DDM, Michel Labonne
zoom dans NEMROD34

La mise en examen et l’incarcération d’un suspect, lundi, dans la mort de Patricia Bouchon en 2011, à Bouloc en Haute-Garonne, ressemble à un pari. La suspicion, même appuyée sur des indices «graves et (ou) concordants», ne fait pas les preuves mais

Laurent Dejean dort désormais en prison. L’homme qui était soupçonné depuis plus d’un an par les enquêteurs de la gendarmerie nationale, a été mis en examen lundi pour «homicide volontaire». Il est officiellement mis en cause dans la mort de Patricia Bouchon, disparu le 14 février 2011 alors qu’elle effectuait un jogging à Bouloc, en Haute-Garonne. Son corps a été retrouvé six semaines plus tard, dissimulé sous un pont à Villematier, à 12 kilomètres du chemin de terre où cette femme avait été violemment agressée.

Ses avocats, Mes Hatoum et Darribère ont beau dénoncer un dossier «sans charge réelle», leur client dort en prison. Va-t-il le supporter, lui déjà décrit comme psychologiquement «instable» ? Cet enfermement le poussera-t-il à aller au-delà de ses déclarations déjà enregistrées dans le cadre de ses deux gardes à vue, en janvier et en juin ? Ou se renfermera-t-il à nouveau, privant les juges d’instruction, et les enquêteurs, d’un nouveau fil à exploiter ? Quand, après la diffusion du portrait-robot, le profil de Laurent Dejean s’est peu à peu imposé comme une nouvelle hypothèse sérieuse — plus de 50 ont été traitées depuis quatre ans -, les gendarmes de la section recherches de Toulouse ont redoublé vérifications, investigations, recherches après la première garde à vue, en janvier 2014. Objectif : retrouver cette fameuse Renault Clio, aperçue par un témoin la nuit de l’agression et que Laurent Dejean est soupçonné d’avoir conduite. Lui, pourtant, affirme le contraire. Il refuse obstinément tout lien avec ce véhicule même si les investigations des gendarmes ont permis de recueillir de nombreux témoignages, une vingtaine, liant ce véhicule et leur suspect.

Pendant l’été, après le deuxième passage en garde à vue début juin qui n’a pas permis de progression particulière, le Frontennais a été scruté dans tous les sens. «Nous avons sondé, survolé, inspecté lacs, rivières et retenues d’eau», résume le colonel Éric Matyn, patron de la section de recherches. Sans succès. Si elle existe vraiment — pas un gendarme de la cellule n’en doute — où se trouve cette Renault Clio ? La mise en examen du suspect, objet de multiples articles et reportages, peut-elle déclencher des souvenirs chez de nouveaux témoins ? Quatre ans après, le pari paraît ambitieux. C’est vite oublier le choc d’octobre 2013 et la publication du portrait-robot. Beaucoup de proches de l’ancien plaquiste ont soudain réalisé le lien possible entre Laurent Dejean et l’homme crayonné à partir des souvenirs d’un chauffeur-livreur. Dans cette affaire, les enquêteurs n’ont pas eu beaucoup de chance — Patricia Bouchon encore moins. Quatre ans après, le processus peut-il s’inverser ? Cela aussi motive le pari pris de concert par les gendarmes, le parquet et les juges d’instruction.

Que reste-t-il de l’ADN retrouvé sur le corps ?

Pendant des semaines, après la disparition de Patricia Bouchon, les gendarmes ont fouillé Bouloc et ses environs. Finalement, c’est en cherchant un chien égaré qu’un chasseur a découvert le corps de cette mère de famille, flottant sous un petit pont à Villematier (notre photo DDM).

Les spécialistes de l’IRCGN, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, ont passé 48 heures à réaliser méthodiquement des prélèvements sur la scène de crime. Un travail laborieux mais, au final, trois ADN ont été révélés. L’un d’eux a longtemps intéressé les enquêteurs. En effet, il a été retrouvé sur le bras de Patricia Bouchon, entre le coude et l’épaule. Comme si une main avait tenu la joggeuse lors d’une altercation.

Cet élément technique a, entre autres, permis d’écarter la responsabilité d’un illuminé qui s’était présenté en juin 2012 à la gendarmerie de Vielmur-sur-Agout comme le «tueur de Bouloc». Un Tarnais qui, en réalité, ne savait même pas où se situait cette petite commune sur la carte de la Haute-Garonne.

Quatre ans après la nuit du 14 février 2011, l’ADN n’a pas du tout été évoqué par le procureur Couilleau, pourtant très précis sur les indices «graves et, ou, concordants» qui ont motivé le placement sous mandat de dépôt du suspect. En réalité cet ADN, qualifié parfois reine des preuves, constitue aussi un piège. En l’occurrence, celui retrouvé sur les vêtements de Patricia est partiel ce qui rend son utilisation compliquée. Et il peut également s’agir d’un ADN de contact, «apporté» par exemple par un gant porté par l’agresseur mais qui aurait touché une autre personne. Cette possibilité évite d’établir un lien entre l’ADN et Laurent Dejean…

J. C.
Jean Cohadon


http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2015/02/17/affaire-patricia-bouchon-le-suspect-ete-conduit-sur-le-lieu-suppose-du-crime-de-la-joggeuse-de-bouloc-657565.html

Affaire Patricia Bouchon: le suspect a été conduit sur le lieu supposé du crime de la joggeuse de Bouloc

Mardi soir à 19h15, les enquêteurs ont procédé à la « mise en situation » du suspect sur le petit chemin supposé être le lieu du crime de Patricia Bouchon.

Les enquêteurs vont tenter d’analyser les réactions de l’homme mis en examen il y a quelques jours.

  • Par Michel Pech
  • Publié le 17/02/2015 | 20:49, mis à jour le 18/02/2015 | 16:20

Un périmètre policier a été mis en place autour du site © Delphine Gérard  France 3 
© Delphine Gérard France 3 Un périmètre policier a été mis en place autour du site

C’est à la nuit tombée, vers 19h15, que les enquêteurs ont débuté cette « mise en situation, à la demande du juge d’instruction » et en présence du procureur de la République de Toulouse.

Cette mise en situation est une pratique usitée parfois par les enquêteurs qui essaient de faire réagir le suspect, et cela dans le cadre de l’instruction.

La presse était maintenue à bonne distance du chemin en gravier où des traces de sang et de pneus avaient été relevées il y a quatre an.

La Clio blanche

Nos journalistes sur place ont pu noter la présence d’une voiture Clio blanche, une voiture qui a son importance.

En effet, parmi les indices « concordants » relevés par le procureur, figure notamment le fait que le suspect a été reconnu par un témoin sur portrait-robot et qu’il a toujours nié avoir eu une Clio claire, comme celle signalée, alors que de nombreuses personnes de son entourage l’associent à cette voiture.

Le suspect a toujours nié

L’homme qui réside à Bouloc est célibataire. Il n’a jamais été arrêté mais faisait l’objet depuis un an d’une surveillance particulière des enquêteurs. Selon nos informations, il correspond au portrait-robot diffusé en 2013.

Rappel des faits

Le 14 février 2011, Patricia Bouchon, 49 ans, secrétaire dans un cabinet d’avocats toulousains et mère de famille, était partie vers 04H30 faire son jogging autour de Bouloc, à 25 km au nord de Toulouse.

Son corps avait été retrouvé un mois et demi après, vertèbres et crâne enfoncés, un gant en latex enfoncé dans la gorge. Son meurtrier avait aussi essayé de l’étrangler mais aucun abus sexuel n’avait pu être mis en évidence.

Vidéo : le reportage d’Emmanuel Wat, Delphine Gérard et Denis Hémardinquer

Mise en situation à Bouloc


http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/18/2051509-meurtre-joggeuse-bouloc-suspect-lieux-crime.html

Meurtre de la joggeuse de Bouloc : le suspect conduit sur les lieux du crime

Publié le 18/02/2015 à 07:29, Mis à jour le 18/02/2015 à 10:15

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31) – Haute-Garonne

Hier soir, à l'entrée du chemin où Patricia Bouchon avait été agressée. / Photo DDM, Michel Labonne
Hier soir, à l’entrée du chemin où Patricia Bouchon avait été agressée. / Photo DDM, Michel Labonne
zoom dans Perversité

Une mise en situation de l’homme suspecté d’avoir tué Patricia Bouchon, la joggeuse de Bouloc, le 14 février 2011, a eu lieu hier. Il a été conduit sur les lieux de l’agression.

empty
Une Clio blanche à l’entrée d’un petit chemin privé à la sortie de Bouloc dans la nuit froide de février. Hier soir, à partir de 19 heures, les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse, accompagnés du juge d’instruction Fabrice Rives et du procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau, ont procédé à une mise en situation du meurtrier présumé de Patricia Bouchon, la joggeuse tuée le 14 février 2011 à Bouloc.

Laurent Dejean, 35 ans, mis en examen pour homicide volontaire la semaine dernière et écroué dans la foulée a été extrait de sa cellule et transporté sur les lieux de la violente agression. Une mise en situation rapide décidée dès la mise en examen du suspect.

Dans quel but ? Essayer de provoquer un déclic chez cet homme qui, lors des deux gardes à vue qu’il a subies, en janvier et juin 2014, puis, lorsqu’il était face au juge d’instruction, la semaine dernière, a toujours nié sa participation au meurtre.

Hier, le suspect a d’abord été conduit à la gendarmerie de Fronton. Avant son arrivée à Bouloc, sur les lieux du drame, les gendarmes ont minutieusement marqué chaque endroit où des indices avaient été retrouvés à l’époque.

Les indices matérialisés

Traces de pneu dans l’herbe, chouchou, boucle d’oreille de Patricia Bouchon et enfin l’importante flaque de sang, au fond du chemin ont ainsi été matérialisés et le scénario de l’agression envisagé. Une Renault Clio, du type de celle que conduisait l’agresseur décrit par un témoin, a été transportée sur les lieux. Pendant plus de deux heures, soutenu par ses avocats, Mes Darribère et Hatoum, Laurent Dejean a écouté. À Bouloc, la circulation a été coupée et un important dispositif de gendarmes a bouclé le secteur.

Peu avant 22 heures, le cortège s’est de nouveau ébranlé, cette fois en direction de Villematier à 12 kilomètres de là, au niveau d’un petit pont sous la route dans lequel le corps de Patricia Bouchon avait été retrouvé par hasard six semaines plus tard.

Hier soir, à l’heure où nous écrivions ces lignes, rien n’avait filtré du comportement du suspect.

En quelques dates

Lundi 14 février 2011 vers 4 h 30, comme chaque jour, Patricia Bouchon, 49 ans, part faire son jogging. Elle ne rentrera jamais.

Mardi 15 février des traces de sang sont retrouvées dans une impasse à la sortie de Bouloc. Un chouchou et une boucle d’oreille également.

29 mars, découverte du corps à Villematier.

Octobre 2011, Laurent Dejean est entendu pour la première fois.

Octobre 2013, diffusion du portrait-robot.

Janvier puis juin 2014, le suspect est placé en garde à vue.

Lundi 9 février 2015, Laurent Dejean est interpellé, mis en examen et placé en détention.

Claire Lagadic


http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/19/2052163-pas-de-declic-le-suspect-continue-de-nier.html

Pas de déclic, le suspect continue de nier

Publié le 19/02/2015 à 07:56, Mis à jour le 19/02/2015 à 10:22

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31)

Mardi soir, les lieux du crime ont été matérialisés./Photo DDM Michel Labonne
Mardi soir, les lieux du crime ont été matérialisés./Photo DDM Michel Labonne
zoom

La mise en situation, mardi soir, à Bouloc n’a pas déclenché de réaction chez le suspect n°1 qui a continué de clamer son innoncence dans le meurtre, en 2011, de Patricia Bouchon.

«Il n’y a pas eu d’avancée notable, notre client se dit toujours étranger aux faits.» Les avocats de Laurent Dejean, 35 ans, l’homme suspecté du meurtre de Patricia Bouchon, le 14 février 2011 à Bouloc (nos éditions précédentes) n’ont pas noté de différences, mardi soir, dans le comportement de leur client, pourtant transporté sur les lieux du crime à la demande du juge d’instruction.

Pour Mes Darribère et Hatoum, cette mise en situation n’a pas fait avancer les choses. «Notre client a été très coopératif, décrit Me Hatoum. Mais il n’y a pas eu de changement de position de sa part.»

Il clame son innocence

De 19 heures à 1 heure du matin, enquêteurs, magistrats et défense, ont reproduit et suivi le parcours du meurtrier présumé (notre édition d’hier), du petit chemin à la sortie de Bouloc où la joggeuse avait été agressée et tuée, jusqu’à Villematier et ce pont sous la route principale où le corps de la victime avait été retrouvé six semaines plus tard.

C’est à la nuit tombée, dans les conditions dans lesquelles Patricia Bouchon avait été agressée le 14 février 2011 que tout a débuté, derrière un large périmètre de sécurité. «Nous avons visité tous les lieux. Notre client est resté sur sa position. Il continuait de clamer son innocence.»

L’instruction va se poursuivre avec de nouvelles étapes. Le suspect devrait ainsi être auditionné à plusieurs reprises.

Laurent Dejean, un Boulocain de 35 ans, avait été interpellé le lundi 9 février au domicile d’un ami à Fronton. Il avait été immédiatement présenté au juge d’instruction, mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention.

En janvier et juin 2014, il avait déjà été placé à deux reprises en garde à vue et relâché à chaque fois, faute d’aveux et de preuves.

Claire Lagadic


http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/20/2052794-meurtre-de-la-joggeuse-le-temoin-capital-reconnait-le-suspect.html

Meurtre de la joggeuse : le témoin capital reconnaît le suspect

Publié le 20/02/2015 à 07:45, Mis à jour le 20/02/2015 à 10:15

Meurtre de Patricia Bouchon – Bouloc (31)

La Clio, lors de la mise en situation mardi./Photo DDM Michel Labonne
La Clio, lors de la mise en situation mardi./Photo DDM Michel Labonne
zoom

Laurent Dejean, le suspect du meurtre de la joggeuse de Bouloc, a été confronté, mardi soir, lors de sa mise en situation sur les lieux du crime (nos éditions précédentes), à l’auteur du portrait-robot diffusé en octobre 2013 par les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Toulouse. Selon nos informations, ce chauffeur livreur a formellement reconnu celui qu’il avait croisé cette nuit du 14 février 2011, jour de l’agression de Patricia Bouchon.

Mardi soir, la mise en situation a consisté à recréer, dans les conditions de l’époque, la scène de crime et ses à-côtés dont la rencontre entre les deux hommes. Cette nuit-là, cet homme avait croisé une Renault Clio à proximité immédiate du petit chemin. Il roulait vers Fronton lorsqu’il a aperçu une femme qui faisait son jogging face à lui, sur le côté gauche de la chaussée, à la sortie de Bouloc.

Quelques instants plus tard, il a dû freiner brutalement. Une voiture, une Clio «grise ou claire» était en arrêt au milieu de la route, tous feux éteints. Grâce à la lumière de ses propres phares, il a pu distinguer le conducteur, un homme d’une trentaine d’années, mal rasé, qui portait un bonnet. Lorsqu’il s’est présenté à la gendarmerie après avoir appris la disparition de Patricia Bouchon, il a pu établir un portrait-robot de l’homme. Ce témoignage capital fait aujourd’hui partie des indices qui ont mené à la mise en examen de Laurent Dejean.

Pourtant, le dessin n’a été diffusé qu’en octobre 2013, près de trois ans après les faits, à la demande insistante de la famille de la victime. À partir de là, les langues se sont déliées et Laurent Dejean a été placé en garde à vue à deux reprises, en janvier puis juin 2014.

La confrontation des deux hommes, dans les conditions de leur rencontre, n’a pas infléchi le récit du témoin qui a reconnu l’homme qu’il avait croisé.

Claire Lagadic


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/20/01016-20150220ARTFIG00189-meurtre-de-patricia-bouchon-l-obscur-profil-du-principal-suspect.php

Meurtre de Patricia Bouchon : l’obscur profil du principal suspect


Les policiers préparent la reconstitution du drame
 
Placé en détention provisoire depuis le 9 février, l’homme continue de nier les faits. Toxicomane, psychotique et violent, il doit toutefois faire face à un nombre important d’indices permettant de douter de sa version des faits. Il vient notamment d’être reconnu par un témoin-clé de l’affaire.

Il est celui que tout désigne mais que rien n’accable. Déjà deux fois mis en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’une joggeuse en février 2011 à Bouloc, près de Toulouse, Laurent a été relâché autant de fois faute d’élément. Cette fois ci, le suspect a été mis en examen et placé en détention provisoire depuis le 9 février dernier, sur la base «d’ indices graves et concordants» selon l’expression du procureur de la République. Ce dernier a toutefois reconnu ne pas avoir de preuve formelle de sa culpabilité.

Laurent est donc officiellement soupçonné d’être l’auteur du meurtre de Patricia Bouchon, qui avait l’habitude d’aller courir tous les matins à l’aube. Le 14 février 2011, elle n’est jamais revenue de sa course. Son corps avait été retrouvé un mois et demi après, vertèbres et crâne enfoncés, un gant en latex enfoncé dans la gorge. Son meurtrier avait aussi essayé de l’étrangler mais aucun abus sexuel n’avait pu être mis en évidence.

Laurent, 35 ans, est un artisan du bâtiment, vivant à Bouloc comme Patricia. Selon les informations de La Dépêche, parmi les indices étudiés par les enquêteurs, figure son changement drastique de comportement après le meurtre de la mère de famille. Si Laurent a toujours vécu légèrement à la marge de la société à cause de troubles psychologiques, ces derniers se seraient largement accentués dans les semaines suivant le meurtre. Il est aujourd’hui considéré comme «psychotique» par les enquêteurs. Juste après les faits, l’homme enchaîne les arrêts maladie, ne se présente plus que pendant une semaine à son travail, lui qui était jusqu’alors apprécié par ses patrons. A un ami, il glisse «si j’étais impliqué dans cette histoire je me serais fait enfermer chez les fous», avant d’être effectivement placé en hôpital psychiatrique à l’automne 2011. La presse locale le décrit alors comme un fantôme, qui, lors de ses retours à Bouloc erre dans les rues, récitant des passages de la Bible à haute voix. Il lui arrive d’avoir des accès de violence et de frapper les murs, les portes. Aujourd’hui encore, l’homme avale chaque jour une forte dose de médicaments. Selon le parquet, Laurent a longtemps été adepte des «paradis artificiels», pour les désigner joliment.

Laurent reconnu par le témoin-clef

C’est à la fin de l’année 2013 qu’il entre dans le collimateur des enquêteurs. Un portrait robot du tueur est diffusé dans la presse locale et de nombreux témoins y reconnaissent Laurent. Placé en garde à vue en janvier 2014, il nie sa participation, mais tient des propos intrigants. «J’ai fait mon deuil pour Patricia Bouchon, je n’y pense plus», a-t-il ainsi confié avant d’embrasser une photo de la victime. Mais aussi: «C’est vrai que j’ai dit à mon travail que je me sentais responsable de cette affaire» ou «je n’ai aucun remords de cette affaire, je la connaissais à peine». Autre élément à charge, un témoin qui a croisé Patricia Bouchon dans les minutes précédent sa mort assure avoir aperçu une Clio claire aux sièges rabattus au même moment. Or, 24 personnes au total ont indiqué aux enquêteurs que Laurent avait une Clio blanche et neuf d’entre elles ont précisé qu’il avait pour habitude de rabattre les sièges. Lui assure ne plus savoir où est sa voiture. Il a même été reconnu, selon La Dépêche, par un témoin-clé de l’affaire lors d’une confrontation.

Reste aux enquêteurs à passer des indices aux preuves. Le suspect a ainsi été conduit mardi soir sur les lieux drames pour «une mise en situation», dans l’espoir de provoquer un déclic chez Laurent. Ce dernier n’a rien laissé filtré.

vendredi 27 février 2015

Des statistiques de Petitcoucou et Justinpetitcoucou

Depuis quelques semaines, comme j’en ai déjà parlé au début du mois, j’observe de curieuses perturbations des mises à jour des tableaux de statistiques de mes deux blogs Justinpetitcoucou, seul actif lorsque le phénomène a débuté, et Petitcoucou, dont l’activité a repris par la suite après trois semaines de suspension au cours desquelles de mystérieux visiteurs ont continué à alimenter les statistiques du blog de manière corrélée aux variations que subissaient celles de Justinpetitcoucou.

J’en ai régulièrement informé le public par des avis publiés pour chacun des deux blogs dans sa colonne de droite.

Les voici :


Justinpetitcoucou

Avis

Les statistiques de ce blog sont bloquées depuis le 21 janvier 2015. Plus aucun compteur n’est incrémenté, ceux des visites du jour restent à zéro, les mises à jour ne se font plus.
 

Avis du 24 janvier 2015

Mes statistiques « avancées » sont de retour et font apparaître un record de visites le 21 janvier 2015 – record très modeste, mais néanmoins record pour ce blog nouveau-né. En revanche, les statistiques « basiques » sont toujours bloquées. Tout cela m’évoque bien évidemment les petites manies de Cyprien Luraghi qui n’a jamais pu supporter de voir s’envoler le nombre de mes lecteurs, qu’il surveille comme le lait sur le feu depuis la création de mon premier blog, sur Le Post, début septembre 2009.
 

Avis du 26 janvier 2015

Mes statistiques « basiques » sont de retour. Tout se passe normalement. Le Chinois de Thaïlande est inactif sur ce blog.
 

Avis du 31 janvier 2015

Mes statistiques « basiques » sont de nouveau bloquées depuis le 29 janvier.
 

Avis du 1er février 2015

Retour de mes statistiques « basiques ».
 

Avis du 3 février 2015

Statistiques « basiques » de nouveau bloquées depuis le 1er février.
 

Avis du 6 février 2015

Mes statistiques « basiques » sont de retour. Tout fonctionne.
 

Avis du 11 février 2015

Mes statistiques « basiques » sont de nouveau bloquées depuis le 8 février.
 

Avis du 26 février 2015

Statistiques « basiques » enfin débloquées !
 

Avis du 27 février 2015

Statistiques « basiques » de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n’en voit pas l’intérêt… Complément de 22 h: merci de m’avoir rendu ces statistiques !


Ainsi que :

Avis du 3 février 2015

Ce blog a été créé le 6 janvier 2015 pour prendre le relais du Petitcoucou venant d’être suspendu sans préavis ni avertissement en milieu de journée. Ayant eu cette fonction jusqu’au 1er février 2015, il devient un doublon du Petitcoucou suite à la réouverture de ce dernier après trois semaines de suspension, et sa reprise d’activité à compter du 2 février 2015.


Petitcoucou

  • 5 février 2015

    Mes statistiques sont bloquées depuis le 2 février 2015.
     
  • 7 février 2015

    Mes statistiques sont de retour, tout fonctionne.
     
  • 16 février 2015

    Statistiques « basiques » de nouveau bloquées depuis le 12 février.
     
  • 22 février 2015

    Mes statistiques « basiques » ont été débloquées hier soir après la publication de mon dernier article concernant NEMROD34. Belle reprise simultanée de l’activité du Chinois.
     
  • 23 février 2015

    Statistiques « basiques » toujours sujettes à blocages : le 21 février au soir, à peine étaient-elles débloquées, puis à nouveau hier, 22 février, à peine étaient-elles débloquées.
     
  • 24 février 2015

    Statistiques « basiques » débloquées. Pas de nouveau pic d’activité du Chinois depuis le 21 février.
     
  • 25 février 2015

    Je n’ai pas mes statistiques « basiques » du jour, ça bloque encore… et Justinpetitcoucou est toujours bloqué depuis le 8 février… Faudrait penser à le débloquer, lui aussi, il y a du laisser-aller, là…
     
  • 26 février 2015

    Statistiques « basiques » des deux blog débloquées. Merci pour Justin, il était temps !
     
  • 27 février 2015

    Statistiques « basiques » des deux blogs de nouveau bloquées depuis le 26 février. Ce petit jeu pourrait-il cesser ? On n’en voit pas l’intérêt… Complément de 22 h: merci de m’avoir rendu ces statistiques !


Le pirate qui s’amuse avec ces statistiques au gré de mes publications lorsqu’elles excitent le duo de cyberdélinquants Cyprien Luraghi / NEMROD34 répond donc fort bien à ces annonces publiques.

Lequel est-ce ?

Je laisse chacun conclure comme bon lui semble.

Voilà par ailleurs l’essentiel de ces statistiques pour les trente derniers jours :


Justinpetitcoucou


graph.php_type_month justin 2


Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
27/02/2015 13 12 9
26/02/2015 32 32 25
25/02/2015 30 30 25
24/02/2015 30 30 22
23/02/2015 24 23 19
22/02/2015 15 12 9
21/02/2015 22 20 18
20/02/2015 25 25 19
19/02/2015 19 19 14
18/02/2015 28 25 21
17/02/2015 31 29 28
16/02/2015 27 26 15
15/02/2015 20 20 17
14/02/2015 18 17 16
13/02/2015 16 16 15
12/02/2015 12 12 11
11/02/2015 12 12 10
10/02/2015 12 12 8
09/02/2015 11 11 8
08/02/2015 14 10 10
07/02/2015 21 17 10
06/02/2015 18 17 12
05/02/2015 14 13 8
04/02/2015 17 11 13
03/02/2015 25 16 14
02/02/2015 12 11 10
01/02/2015 24 22 19
31/01/2015 22 20 19
30/01/2015 26 23 19
29/01/2015 21 15 11
Unique TOTAL Somme: 558 Moyenne: 19


Petitcoucou


graph.php_type_month 18


Visiteurs – 30 derniers jours

Date Visites Unique Rebonds
27/02/2015 29 26 24
26/02/2015 36 36 24
25/02/2015 48 46 41
24/02/2015 42 40 35
23/02/2015 45 38 33
22/02/2015 33 31 21
21/02/2015 30 27 25
20/02/2015 39 37 31
19/02/2015 50 48 37
18/02/2015 39 33 28
17/02/2015 32 31 21
16/02/2015 30 28 17
15/02/2015 42 40 33
14/02/2015 33 33 23
13/02/2015 59 56 44
12/02/2015 61 59 43
11/02/2015 58 51 41
10/02/2015 33 28 22
09/02/2015 55 52 37
08/02/2015 35 30 23
07/02/2015 38 32 22
06/02/2015 31 28 19
05/02/2015 32 24 18
04/02/2015 23 23 20
03/02/2015 36 27 23
02/02/2015 12 11 10
01/02/2015 14 14 10
31/01/2015 11 10 9
30/01/2015 10 10 8
29/01/2015 14 14 10
Unique TOTAL Somme: 963 Moyenne: 32


Hormis un petit coup de chauffe du Chinois de Thaïlande après la publication de mon dernier article concernant NEMROD34, le 21 février 2015, nous n’observons rien de très significatif.

Les moyennes cumulées de visites réelles des deux blogs correspondent approximativement aux moyennes de ces visites pour Petitcoucou avant sa suspension le 6 janvier 2015.

samedi 21 février 2015

NEMROD34 se fait discret depuis dix jours

Depuis le 11 février dernier, jour où il a été réveillé assez brutalement par un fantôme à 4h30, NEMROD34 s’est montré fort discret.

Il n’a pas laissé plus de trois nouveaux commentaires sur le site de ses amis les Sataniques Sceptiques du Québec.

Les voici :


Auteur Message
 Forum: Discussions générales   Sujet: Islam et islamisme
NEMROD34
 Sujet du message: Re: Islam et islamisme
Publié: 20 Fév 2015, 14:56
Réponses: 153
Vus: 1158
Il y en d’autres qui risquent de mourir:
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/ … _3236.html
Eradiquer la connerie … seul un dieu pourrait le faire… :evil:
NEMROD34 se fait discret depuis dix jours dans Folie spacer
 Forum: OBE, NDE et paralysie du sommeil   Sujet: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
NEMROD34
Publié: 12 Fév 2015, 14:26
Réponses: 71
Vus: 602
Lalala n’est pas la même chose que Dalaha. C’est l’image que j’ai de vous: la main sur les oreilles chantant « lalala j’entends rien je m’en fous j’ai raison! ». Je vous deux autres liens: Ironie: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ironie Caricature: http://fr.wikipedia.org/wiki/Caricature – Les …
spacer dans Insolent - Insolite
 Forum: OBE, NDE et paralysie du sommeil   Sujet: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
NEMROD34
Publié: 12 Fév 2015, 08:38
Réponses: 71
Vus: 602
Peut être un problème de dyslexie… au vue de l’écriture de mon pseudo .. Je ne vois pas en quoi votre pseudo indique une possible dyslexie chez vous. :shock: phrase prélevée hors texte … En fait y a pas de miracle avec une pierre magique, ou l’édition d’un dico traducteur .. La pierre de rosett…


Il s’agit donc, en date du 12 février 2015, de la poursuite de ses discussions vaseuses avec Dalaha :


spacer dans LCR - NPA
Dalaha
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 07:47
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 19 Juin 2005, 12:19
Messages: 1045
Localisation: France
;)
Citer:
NEMROD34 <<<<Vu que beaucoup discutent depuis un bon moment avec Lalala je conclus qu’il existe un genre de pierre de rosette ou un dictionnaire de traduction (parce que moi je ne comprends même pas une de ses phrases).
Où peut on le trouver ?
Par exemple que veut dire:
Peut être un problème de dyslexie… au vue de l’écriture de mon pseudo ..
Citer:
Non… mais nous de l’expérimenter personnellement oui.. seulement sur l’après, ça probante continuité ne demeure qu’une supposition ..
Citer:
NEMROD34<<<<Parce que vraiment j’y entrave que dalle! :mrgreen:
Alors … possible dyslexie + phrase prélevée hors texte … En fait y a pas de miracle avec une pierre magique, ou l’édition d’un dico traducteur .. Mais vous le saviez déjà … n’Est-ce pas ?… :)
:china:
_________________
Amicalement Michèle

Haut
 Profil
spacer dans NEMROD34
toniov
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 08:00

Inscrit le: 08 Fév 2015, 20:51
Messages: 17
Dalaha a écrit:
Qu’entendez-vous dans ce terme ?… svp
C’est difficile à définir…
Je dirai: être conscient c’est être présent à la réalité ( et être inconscient c’est donc être absent à la réalité ).
Édité par la modération: prière de ne pas faire inutilement des citations complètes. Voir ce message pour d’autres informations.

Haut
 Profil
spacer dans Perversité
switch
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 08:12
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 18 Nov 2010, 04:46
Messages: 1555
Localisation: n. f. [Didactique] Action de localiser, de se localiser
je dirais être conscient c’est ne pas être inconscient ! j’ai bon ?
_________________
« Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve »
Euclide

Haut
 Profil
spacer dans Politique
Dalaha
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 08:27
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 19 Juin 2005, 12:19
Messages: 1045
Localisation: France
:)
Citer:
toniov <<< C’est difficile à définir…
Je dirai: être conscient c’est être présent à la réalité ( et être inconscient c’est donc être absent à la réalité ).
Oui … en quelque sorte .. :)
Mais .. Quel nom est donné .. lorsque consciemment on vit deux réalités en même temps … un dédoublement ?? … svp.
Et en ce cas .. qu’est ce que la conscience si elle ce départage.. ?..
:china:
_________________
Amicalement Michèle

Haut
 Profil
spacer dans Rue89
NEMROD34
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 08:38
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 21 Mar 2008, 10:45
Messages: 3879
Citer:
Peut être un problème de dyslexie… au vue de l’écriture de mon pseudo ..
Je ne vois pas en quoi votre pseudo indique une possible dyslexie chez vous. :shock:
Citer:
phrase prélevée hors texte … En fait y a pas de miracle avec une pierre magique, ou l’édition d’un dico traducteur ..
La pierre de rosette une pierre magique ? :shock: Cherchez 10 secondes sur google, et puis non je vous le donne:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Rosette
Vous avez déjà essayé d’écrire une phrase en français correct et qui aurait du sens ? :mrgreen:
_________________
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Haut
 Profil
spacer dans Sceptiques du Québec
Chanur
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 08:44
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 14 Déc 2013, 05:58
Messages: 714
Dalaha a écrit:
Mais .. Quel nom est donné .. lorsque consciemment on vit deux réalités en même temps … un dédoublement ?? … svp.
La Schizophrénie ?
_________________
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n’est pas une preuve. :chat:

Haut
 Profil
spacer dans Troll
Sainte Ironie
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 10:26
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 09 Juil 2009, 04:56
Messages: 1412
Localisation: Trouperduland
Le LSD.
_________________
« Et je vous dis encore : Il est plus aisé qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille, qu’il ne l’est qu’un riche entre dans le royaume de Dieu. » Matthieu 19:24Le Blog des Maîtres du Monde

Haut
 Profil
spacer
Cogite Stibon
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 10:36

Inscrit le: 16 Fév 2012, 08:19
Messages: 1158
Le double compte ?
_________________
Pour les échantillons statistiques, comme dans d’autres domaines, il n’y a pas que la taille qui compte.
Raisonner a l’instinct sur des problemes de probabilites, c’est le desastre assuré. (Spin Up)
Une graphe sans échelle, c’est bon pour la poubelle

Haut
 Profil
spacer
toniov
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 11:34

Inscrit le: 08 Fév 2015, 20:51
Messages: 17
Dalaha a écrit:
Mais .. Quel nom est donné .. lorsque consciemment on vit deux réalités en même temps … un dédoublement ?? … svp.
On peut vivre plusieurs réalités. Mais pas en même temps, non ?…
Ou bien alors on peut vivre une réalité, plus ou moins en profondeur, avec plus ou moins d’accuité.
Maintenant si on vit plusieurs réalités à la fois et qu’on ne sait plus laquelle est la  » bonne  » alors…c’est qu’on a pété un câble, non ?…
Édité par la modération: prière de ne pas faire inutilement des citations complètes.

Haut
 Profil
spacer
Dalaha
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 12:44
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 19 Juin 2005, 12:19
Messages: 1045
Localisation: France
:)
NEMROD34 a écrit:
Je ne vois pas en quoi votre pseudo indique une possible dyslexie chez vous. :shock:
Non .. c’est chez Vous la dyslexie .. Lalala n’est pas la même chose que Dalaha.
Citer:
phrase prélevée hors texte … En fait y a pas de miracle avec une pierre magique, ou l’édition d’un dico traducteur ..
NEMROD34 a écrit:
La pierre de rosette une pierre magique ? :shock: Cherchez 10 secondes sur google, et puis non je vous le donne:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_RosetteVous avez déjà essayé d’écrire une phrase en français correct et qui aurait du sens ? :mrgreen :
Merci ..pour le lien.. ce nom me disait quelque chose ..en dehors du saucisson .. :a1:
- Les sens d’une phrase sont souvent, là où on veux les voir… Et ça surtout lorsqu’ont l’a sort, de son contexte.
Dalaha a écrit:
Mais .. Quel nom est donné .. lorsque consciemment on vit deux réalités en même temps … un dédoublement ?? … svp.
Chanur a écrit:
La Schizophrénie ?
la Schizophrénie.. Il me semble que ce sont des personnalités qui prennent possession du corps, chacune leurs tours, , et non, les sens de ma question .. qui sera deux, ou même trois consciences distinctes rattachées en même temps, à un même corps.
Quelqu’un aurait-il une info sérieuse (?) (ça changerait )
:china:
_________________
Amicalement Michèle

Haut
 Profil
spacer
Chanur
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 13:45
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 14 Déc 2013, 05:58
Messages: 714
Dalaha a écrit:
la Schizophrénie.. Il me semble que ce sont des personnalités qui prennent possession du corps, chacune leurs tours, , et non, les sens de ma question .. qui sera deux, ou même trois consciences distinctes rattachées en même temps, à un même corps.
Non, mais c’est une erreur assez fréquente de confondre personnalités multiples et schizophrénie.
Wikipedia a écrit:
Ainsi, la schizophrénie ne doit pas être confondue avec le phénomène de personnalités multiples (qui peut concerner les troubles dissociatifs de l’identité). L’amalgame est pourtant courant, et le terme schizophrénie (ou ses dérivés) est souvent utilisé à tort, notamment dans la presse ou le cinéma, pour désigner une entité aux facettes multiples, parfois antagonistes, ou un tiraillement entre des propos contradictoires.
Je pensais effectivement à la schizophrénie. Mais, bien sûr, il est impossible de dresser un tel diagnostic sur un forum, et je ne serais de toute façon pas compétent pour ça.
Je pense que vous devriez consulter un psychiatre.
_________________
Le fait que je sache que quelque chose est vrai n’est pas une preuve. :chat:

Haut
 Profil
spacer
Dalaha
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 14:02
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 19 Juin 2005, 12:19
Messages: 1045
Localisation: France
:)
Dalaha a écrit:
Mais .. Quel nom est donné .. lorsque consciemment on vit deux réalités en même temps … un dédoublement ?? … svp.
toniov a écrit:
On peut vivre plusieurs réalités. Mais pas en même temps, non ?…
Ou bien alors on peut vivre une réalité, plus ou moins en profondeur, avec plus ou moins d’accuité.
Maintenant si on vit plusieurs réalités à la fois et qu’on ne sait plus laquelle est la  » bonne  » alors…c’est qu’on a pété un câble, non ?…Édité par la modération: prière de ne pas faire inutilement des citations complètes.
J’ai donnée ce terme de dédoublement .. parce que c’est l’effet produit.. Après, lorsqu’on regarde la définition wiki a ce mot.. il est clair que ça n’est pas la même chose .. :)
Durant certaines expériences en projection. il m’arrive d’être scindée en 2, et une seule fois 3 conscientes distinctes .. Mais sur ma question, ce sont celles d’être entrain de Voir ce qui est devant moi dans ma réalité dite effective, et en même temps transportée, en étant consciente de voir et d’être vue dans un ailleurs .
En ces moments je suis en 2 consciences distinctes, parce que séparée… Pendant un cours laps de temps, avant que la partie de cette réalité dite effective, ne vienne rejoindre l’autre …Ailleurs..
Lorsque je vis ces expériences, elles sont indépendante de mes volontés.. Et quant l’expérience ce met en route, je pourrais être entrain de regarder quelque chose dans l’ici, que je continue de voir (partie gauche), mais en même temps, je me sens « aspirée » en extérieure derrière (partie droite) puis vois 2 réalités en même temps.. Une avec mes sens physique vision gauche, et l’autre avec une vision psychique, coté droit…
Lorsque je prend conscience d’être en cette séparation, la partie gauche rejoins la partie droite, avec les mêmes sensations « élastiques » seulement ça va a l’opposé du corps physique… et là ça me donne une pleine conscience, de ce que je vis et vivrais en l’expérience .
Donc l’explication aux sens de ma question étant ci-dessus .. me répète :)
En ces cas .. qu’est ce que la conscience si elle ce départage.. ?..
:china:
_________________
Amicalement Michèle

Haut
 Profil
spacer
NEMROD34
 Sujet du message: Re: Qu’y a t-il après la mort? (Bis)
MessagePublié: 12 Fév 2015, 14:26
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 21 Mar 2008, 10:45
Messages: 3879
Citer:
Lalala n’est pas la même chose que Dalaha.
C’est l’image que j’ai de vous: la main sur les oreilles chantant « lalala j’entends rien je m’en fous j’ai raison! ».
Je vous deux autres liens:
Ironie: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ironie
Caricature: http://fr.wikipedia.org/wiki/Caricature
Citer:
- Les sens d’une phrase sont souvent, là où on veux les voir…
Ce qui ce conçoit bien, s’exprime bien.
Vos phrases sont décousues, n’ont aucun sens, les mots servent à communiquer, se comprendre, si chacun leur donne le sens qu’il veut comment se comprendre ?
Si vous voulez être comprise, exprimez vous de façon à l’être, exprimez vous d’une autre façon si vous n’êtes pas comprise la première fois, ne répondez pas « je me comprends », parce que dans ce cas discutez avec vous et n’attendez rien de l’autre.
Je reprend le début de ma réponse: si je vous explique pas mon « Lalala » vous ne le comprenez pas, mais je prends de vous l’expliquer, je vous réponds pas « je me comprends » ou « Les sens d’une phrase sont souvent, là où on veux les voir. » . :mrgreen:
_________________
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Haut
 Profil
spacer


Et hier, 20 février 2015, il s’agissait de la mention de menaces contre une journaliste de Charlie Hebdo :


NEMROD34
 Sujet du message: Re: Islam et islamisme
MessagePublié: 20 Fév 2015, 14:56
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 21 Mar 2008, 10:45
Messages: 3879
Il y en d’autres qui risquent de mourir:
http://www.lemonde.fr/actualite-medias/ … _3236.html
Eradiquer la connerie … seul un dieu pourrait le faire… :evil:
_________________
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Haut
 Profil
spacer


Notons au passage que ces menaces sont de même type et même nature que celles que NEMROD34 lui-même et ses complices de la bande de Cyprien Luraghi m’ont publiquement adressées à maintes reprises à compter du mois de juin 2010, tout en révélant au public mon identité, mes coordonnées et celles de mes proches, et en aussi lançant de multiples appels au meurtre et au viol à mon encontre – et je passe sur tous les autres détails de ma vie privée, vrais ou faux, qui ont pu être révélés au public par les mêmes délinquants :


Une collaboratrice de « Charlie Hebdo » victime d’appels au meurtre sur Twitter

Le Monde.fr avec AFP | 20.02.2015 à 19h20 • Mis à jour le 20.02.2015 à 19h45

La sociologue et collaboratrice à Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui et son mari sont visés par des menaces de mort sur Twitter. Des informations sur leur vie privée sont diffusées sur le réseau social depuis plusieurs jours. Des syndicats et fédérations de journalistes ont dénoncé, vendredi 20 février, ces appels au meurtre.

« Aujourd’hui, Zineb El Rhazoui et son mari sont visés. Les menaces sont accompagnées de la photo et d’informations sur le domicile et le lieu de travail de son mari, et diffusées sur le réseau social » Twitter, explique la Fédération internationale des journalistes (FIJ).
« Les syndicats français, membres de la FIJ et de la FEJ [Fédération européenne des journalistes], appellent à la solidarité envers notre consœur et son mari. Quelques semaines après la tuerie perpétrée à Paris contre l’équipe de “Charlie Hebdo”, et encore ce week-end après les attaques à Copenhague, ces appels au meurtre montrent que les inspirateurs de ces discours de haine n’ont pas désarmé. »
SOLIDARITÉ CONTRE « TOUTES MENACES TERRORISTES »

Pour sa part, le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), cité par la FIJ, « exprime sa solidarité avec Zineb El Rhazoui et son mari Jaouad Benaissi contre toutes menaces terroristes » et « considère que ces attaques sont dans le droit fil des actes barbares, perpétrés contre les journalistes de Charlie Hebdo ».
« Le SNPM demande aux autorités marocaines et françaises de mettre en œuvre toutes les mesures pour assurer la protection de l’intégrité physique de la journaliste et de son mari, face à un vrai danger. »
Zineb El Rhazoui, sociologue des religions franco-marocaine, militante contre Mohammed VI et les intégristes, actuellement en France, est notamment la scénariste de La Vie de Mahomet, dessinée par Charb. Elle bénéficie d’une protection policière, a-t-on appris de source proche du dossier. Les appels au meurtre visent aussi son mari, resté au Maroc et toujours pas protégé, alors que certains messages divulguent son lieu de travail, fait-on savoir de même source.


Pour ma part, je ne suis pas sociologue, mais seulement ingénieur, et n’ai donc jamais bénéficié d’aucune protection policière. Pire : je suis condamnée quand j’ose me plaindre…

Enfin, passons, ce n’est pas l’objet de cet article.

NEMROD34 habituellement si prompt à communiquer sur ses affaires judiciaires, surtout celles qu’il a volontairement provoquées dans le but de voir ensuite son nom dans les journaux, reste donc curieusement muet sur les résultats de sa convocation en date du 19 février 2015 devant Monsieur le Délégué du Procureur de la République de Béziers, qu’il avait pourtant fièrement affichée dès le 19 décembre 2014 sur le site de ses amis les Sataniques Sceptiques du Québec, et le 23 janvier 2015 sur le site Rue89.

Ce même 23 janvier 2015, il avait ajouté sur le premier site :


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  Page 2 sur 2  [ 32 messages ] Aller à la page Précédent  1, 2
  Imprimer Sujet précédent | Sujet suivant
Auteur Message
NEMROD34
 Sujet du message: Re: Quand on lis ca…(aide SDF dans certain patelins au USA
MessagePublié: 23 Jan 2015, 16:47
Avatar de l’utilisateur
Inscrit le: 21 Mar 2008, 10:45
Messages: 3879
Seconde couche à la mairie ce jour!Salle d’attente pour refaire faire ma carte d’identité: Image
Et un sur notre emblème Lou Camel pour qu’il porte ça aussi dans le hall d’entrée (il est à la place de la crèche):
Image
:mrgreen:
_________________
Image
NEMROD34 S.A.R.L de démolition minutieuse de foutaises.
Siret : 123456789
Capital 3 millions de brouzoufs
Certifié sans chat.

Haut
 Profil
spacer


Alors, cette composition pénale, de quoi s’agit-il ?

Des travaux d’intérêt général ? Lesquels ? Combien de jours ?

Sont-ils assortis d’une amende ?

Ou bien d’une obligation de soins psychiatriques ?