compteur

samedi 22 janvier 2022

La criminelle et terroriste Céline Verdier parle de son quotidien au tribunal de Brest

 

Et pour la justiciable que je suis, son « témoignage » est totalement inacceptable.

Je vais donc livrer le mien moi aussi, en précisant bien qu’il s’agit d’un témoignage authentique et parfaitement sincère portant sur des faits réels dont je garantis l’exactitude, disposant le cas échéant des pièces de dossier nécessaires pour en attester, et certainement pas de diffamation de ma part.

Depuis que je suis harcelée par le pédophile, trafiquant de drogue et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, j’ai été auditionnée trois fois par Céline Verdier, toujours en qualité de partie civile, de victime, donc, la première fois au mois d’octobre 2012 – c’est d’ailleurs ce qui aura convaincu le cybercriminel de fermer provisoirement son blog au mois de décembre 2012, le temps de le modifier pour que les commentaires n’en soient plus publics et me soient désormais inaccessibles, les courriers que j’ai rédigés à l’attention de la juge à la suite de cette première audition, en novembre et décembre 2012, l’ayant grandement inquiété du fait que j’y pointais de ses commentaires publics me concernant, et je rappelle à cet égard que lui et sa bande de cybercriminels lisent tous mes courriers au fur et à mesure de leur rédaction, quasiment en temps réel, grâce à leurs piratages informatiques, contre lesquels les logiciels de sécurité standard ne sont d’aucune utilité, car ils les contournent tous.

Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il suffit alors d’utiliser un ordinateur qui n’est jamais connecté à Internet, j’ai déjà essayé par le passé et ça ne marche pas non plus tant qu’il n’est pas protégé par une cage de Faraday… Et encore faudrait-il dans ce cas être tout à fait sûr de l’inviolabilité de son domicile ou au moins du lieu où se trouve encagé l’ordinateur, alors qu’aucun verrou ne résiste au spécialiste…

Ces personnes du crime organisé disposent de tous les outils possibles et imaginables pour violer en continu des décennies durant l’intimité de la vie privée de leurs cibles. Seule la justice peut les arrêter, à la condition, bien sûr, qu’elle y soit disposée.

Je rappelle encore qu’en ce qui me concerne, cela a commencé au début des années 1990 suite à mon refus catégorique de mettre mes compétences d’ingénieur d’études en informatique au service du crime organisé, notamment pour commettre des crimes contre la Nation, puisque contrairement à mes employeurs harceleurs, des patrons bien connus comme « voyous », j’avais personnellement accès à des informations et logiciels classés Secret et Confidentiel Défense, ceux sur lesquels je travaillais ou avais travaillé et me trouvais encore potentiellement amenée à travailler.

La criminelle ultra militariste Josette Brenterch du NPA de Brest, qui avec ses camarades de l’extrême-droite la plus fasciste, dont une partie, comme les terroristes d’Action Directe, se réclame de l’extrême-gauche « révolutionnaire communiste », s’est toujours activée pour déclencher des conflits armés un peu partout dans le monde et avait donc besoin des produits de trafics d’armes que mon travail, pour partie, tendait à assécher, a toujours été complice de mes anciens employeurs harceleurs et mafieux depuis cette époque-là et s’était même chargée de surveiller illégalement tous les membres de ma famille résidant dans le Finistère alors que pour ma part je n’y étais pas encore. Avec l’aide de ses sbires de la LCR de Brest, notamment la dénommée Christiane Voisset, elle était allée jusqu’à infiltrer l’entourage amical de mon père pour pouvoir l’entraver au maximum tandis que de mon côté j’en étais rendue à subir des tentatives d’assassinat à répétition de la part de ses complices trafiquants d’armes.

Bien sûr, nous étions déjà tous abondamment calomniés partout où l’association de malfaiteurs le jugeait utile pour les affaires ou l’intérêt de ses membres.

Et bien évidemment, elle a toujours continué après m’avoir imposé un retour à Brest où, ne pouvant plus travailler, je dérangeais déjà nettement moins, mais encore trop tant qu’il me restait toute ma mémoire et mes facultés d’expression, d’où la poursuite de toutes les surveillances illicites dont j’ai continuellement été victime des années 1990 jusqu’à ce jour, ainsi que des campagnes de calomnies, toujours destinées à m’isoler autant qu’à me décrédibiliser, et des agressions et tentatives d’assassinat, ayant toujours pour but de me chasser ou de me faire reculer ou abandonner dès que je commence à m’intégrer à un groupe quelconque et/ou de me faire taire définitivement.

C’est bien le « travail » qu’elle a poursuivi à mon encontre à compter de l’année 2008, cette fois sur la toile et avec l’aide du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi et toute sa bande de cybercriminels alors que j’avais commencé à commenter anonymement des articles du site Rue89 (ce qu’elle a su dès mes premiers mots du fait qu’elle me faisait toujours surveiller illégalement, par piratage informatique comme par écoutes téléphoniques et autres, toutes illégales), « travail » pour lequel j’ai fini par porter plainte à compter de l’année 2010 alors que les exactions avaient encore monté d’un cran, mon identité et toutes mes coordonnées, et même celles de personnes m’étant très proches, ou d’autres que j’avais jadis fréquentées, notamment en 2004 et 2005 dans le cadre de l’association AC ! Brest, ayant été révélées au public avec des montagnes d’inventions calomnieuses quotidiennes et moult menaces de mort.

Le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi ayant de plus publiquement associé mon nom à l’affaire de l’attentat de Karachi dès le mois de juin 2010, il était certain que des crimes de sang en relation avec cette affaire allaient de nouveau être commis en pagaille, sauf à le mettre très rapidement hors d’état de nuire, mais ce ne fut pas le choix des magistrats brestois, bien au contraire, quoiqu’ils aient tout de suite été prévenus de la situation et aient toujours su quels en étaient tous les enjeux et tous les risques, comme j’en aurai plus tard confirmation, à travers les dossiers d’information judiciaire qui étaient détenus par la juge d’instruction ultra CORROMPUE Céline Verdier et dont je n’obtiendrai communication des premiers éléments qu’à compter de l’été 2014, les plus importants ne m’ayant été communiqués que par la Cour d’Appel de Rennes au cours de l’automne 2015, ce qui est très tardif et totalement anormal.

En effet, alors qu’en principe toutes les parties, la parte civile comme les autres, ont toujours accès au dossier de l’information judiciaire à compter de leur première audition, et même quelques jours avant cette première audition, ni mes avocats successifs ni moi-même n’avons jamais pu y accéder tant que l’information judiciaire était ouverte, car la pourriture Céline Verdier n’a jamais fait coter au dossier de l’information judiciaire l’essentiel des pièces dudit dossier avant d’avoir décrété la fin de l’information. Même sur demande de communication de l’entier dossier de l’information judiciaire après fin de ladite information, elle ne nous a jamais communiqué l’intégralité des dossiers en sa possession, que je ne découvrirai dans leur entièreté qu’en appel à Rennes au cour de l’automne 2015. C’est volontairement et de manière parfaitement illégale, dans le seul but d’entraver toute manifestation de la vérité, qu’elle nous a toujours caché des dossiers dont nous connaissions l’existence mais pas les contenus et lui avions donc à plusieurs reprises demandé la communication, sans aucun succès.

Il est ainsi avéré qu’elle a toujours été complice en toute connaissance de cause du pédophile, trafiquant de drogue et cybercriminel Pascal Edouard Cyprien Luraghi et de toute sa bande de criminels pour toutes leurs entreprises criminelles à mon encontre, visant aussi l’Etat français et son armée pour quelques contrariétés relatives à des trafics d’armes, les représailles organisées par la criminelle en chef Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices trafiquants d’armes étant toujours passées depuis les années 1990 par des attentats « islamistes », lesquels ont bien repris en 2012, après préparation dès le mois de juin 2010, simultanément aux premières publications sulfureuses du malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi à mon encontre.

Ces attentats étaient prévisibles dès le mois de juin 2010. Plusieurs éléments montrent de manière rétrospective que c’est bien à ce moment-là que commence leur préparation : Mohammed Merah commence bien à s’agiter à Toulouse dès le mois de juin 2010, tandis que se prépare le premier numéro du magazine Inspire d’Al-Qaïda. De plus, j’ai alerté les magistrats brestois à ce sujet à plusieurs reprises à compter de cet été 2010, et les documents que je leur transmettais ne permettaient de douter, ni de la réalité des infractions dont j’étais victime, ni de la réalité de la personnalité de mes agresseurs, à commencer par celle du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi. Cependant, ils ont bien toujours soutenu ces criminels et toutes leurs entreprises criminelles, et ce, donc, en parfaite connaissance de cause, comme le laissera très clairement entendre Céline Verdier à chacune de mes trois auditions dans son cabinet.

Je rappelle que la première de ces auditions n’aura lieu qu’en octobre 2012, alors que le malade mental Pascal Edouard Cyprien Luraghi s’activait depuis 2010, comme il l’a écrit à plusieurs reprises en 2010, 2011 et 2012 dans ses très nombreux textes publics me concernant, à rechercher et identifier toutes mes relations et connaissances passées et actuelles, afin d’éliminer tous ceux qui par leurs actes, avis ou comportements contrariaient ou ont un jour contrarié les entreprises criminelles de sa complice Josette Brenterch à mon encontre, et continuaient à les menacer, puisqu’il s’agissait désormais de faire rédiger et publier par ce malade mental, le pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, une version entièrement fausse et hautement calomnieuse et infamante de ma « biographie », concernant aussi, bien évidemment, tous mes proches, lesquels étaient donc les premiers visés par cette nouvelle chasse à l’homme ouverte en 2010 (nous avions en fait déjà tous fait l’objet de multiples tentatives d’assassinat par le passé).

Céline Verdier a donc fait assassiner ou au moins cautionné l’assassinat de très nombreuses personnes, dont plusieurs ingénieurs de ma famille.

Ceux qui restent ne peuvent même pas porter plainte, sachant que les commanditaires et/ou organisateurs de ces assassinats sont les magistrats eux-mêmes.

 

https://www.letelegramme.fr/dossiers/la-justice-face-a-ses-manques/justice-a-brest-c-est-du-bidouillage-a-chaque-fois-22-01-2022-12908781.php

Publié le 22 janvier 2022 à 06h00

« C’est du bidouillage à chaque fois » : trois magistrates brestoises témoignent

Réservé aux abonnés

Lecture : 6 minutes.

Ce qui les fait tenir ? Une certaine idée de la Justice. Système D, heures sup à gogo : Marie-Anne Kérisit, Céline Verdier et Nathalie Le Borgne, magistrates du pôle de l’instruction de Brest, ont accepté de raconter leur quotidien effréné.

 

Les trois juges d’instruction du pôle judiciaire de Brest, Marie-Anne Kérisit, Céline Verdier et Nathalie le Borgne. Elles se répartissent 280 dossiers criminels et délictuels et ont souvent l’impress
Les trois juges d’instruction du pôle judiciaire de Brest, Marie-Anne Kérisit, Céline Verdier et Nathalie le Borgne. Elles se répartissent 280 dossiers criminels et délictuels et ont souvent l’impression de vider un océan à la petite cuillère. (Photo T. C.)

 

Vous êtes toutes trois magistrates et composez le pôle de l’instruction de Brest. Quelle charge de travail vous répartissez-vous ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Nous suivons 280 dossiers pour nos trois cabinets. En 2021, nous avons eu 50 ouvertures de dossiers criminels pour Quimper et Brest. Beaucoup d’affaires de mœurs et d’homicides. Le criminel, ce sont des dossiers plus chronophages que le délictuel. Ils exigent un certain nombre d’investigations obligatoires. Les enjeux sont importants. Néanmoins, il y a aussi des dossiers délictueux lourds et complexes, comme les affaires de stupéfiants ou financières.

Au regard de cette charge de travail, combien de temps consacrez-vous à chaque dossier ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Arithmétiquement, nous devrions dédier deux jours et demi par an à chaque dossier. C’est totalement inadapté, irréaliste ! Ça ne nous permet pas d’approfondir, d’instruire correctement… Croyez-vous qu’il suffise d’un procès-verbal de synthèse pour apprécier un dossier ? Un dossier de stupéfiants qui nous arrive en quatre tomes, croyez-vous que nous ayons assez de deux jours et demi pour l’appréhender ?

Quels sont les actes à mener dans l’instruction d’un dossier ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Pour chaque mis en examen, l’interrogatoire de première comparution, l’interrogatoire au fond, l’audition de la partie civile (victime, NDLR), qui est un acte essentiel et souvent entouré d’une charge émotionnelle, la rédaction de la commission rogatoire, les expertises, les échanges avec les enquêteurs… Parfois, nous avons des dossiers avec dix mis en examen ! Comment tenir dans ce délai ? Sans compter que ces deux jours et demi, on doit aussi les passer à solliciter les experts, à négocier leurs délais de restitution. Ils sont extrêmement peu nombreux et on ne peut pas se dispenser d’une expertise psychiatrique ou psychologique.

Quel est le délai théorique pour boucler un dossier ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Nous allons dire aux gens que le délai d’achèvement, pour une procédure criminelle, c’est 18 mois. En ajoutant, en effet, que c’est théorique.

Pensez-vous que les justiciables entrevoient ce qu’est votre quotidien ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Non. Nous sommes confrontées à la fragilité humaine, à la souffrance. On nous voit dans une tour d’ivoire alors que nous avons les mains dans le cambouis.

Comment parvenez-vous à vous organiser ?

M.-A. K. : Nous travaillons quasiment tous les soirs, et les week-ends.

N. L. B. : Moi, je préfère finir tard en semaine et ne rien emmener à la maison. Mais c’est le soir, le week-end et une grande partie de mes vacances.

C. V. : Moi, c’est quand les enfants dorment. C’est coûteux pour la vie de famille. Le côté pernicieux, c’est qu’on en vient à se culpabiliser, à se dire qu’on est trop lent, d’autant qu’on nous renvoie l’idée que nous sommes peut-être trop exigeants.

Priorisez-vous certains dossiers ?

C.V. : Nous sommes obligées. Nous prenons en compte la gravité des faits. Nous traitons prioritairement les dossiers détenus, les dossiers les plus anciens, les dossiers de diffamation - car la prescription est de trois mois -. Puis les mineurs, les crimes et, ensuite, les délits d’atteinte aux personnes et les délits d’atteinte aux biens. Des dossiers en pâtissent forcément. Certains critères peuvent sembler subjectifs. C’est critiquable mais, à un moment, il faut trouver une échelle.

N. L. B. : La difficulté, c’est qu’une urgence chasse l’autre. Un exemple : ce vendredi après-midi, j’avais sanctuarisé une heure pour m’occuper d’un petit dossier. Un contrôle judiciaire non respecté s’est intercalé. C’est ça en permanence.

M.-A. K. : Cette course après le temps n’est pas propre à l’instruction. Pour un juge aux affaires familiales, par exemple, il est inenvisageable de bâcler un jugement attribuant la résidence des enfants chez l’un des parents en trois lignes.

N. L. B. : C’est vrai. Quand j’étais juge des enfants à Rennes, en 2018, j’avais 690 dossiers. Je finissais à minuit pour reprendre à 5 h du matin. Quand un cinquième poste s’est ouvert, on a trouvé ça génial de passer à 550 dossiers par magistrat !

La Cour des comptes a pointé l’obsolescence du parc informatique des tribunaux. Est-ce le cas à Brest ?

M.-A. K. et C. V. : Oui. Prenons le logiciel Cassiopée, qui permet de renseigner un tribunal sur les antécédents d’un mis en cause. Outre le fait qu’il n’est pas intuitif, sa trame n’est pas actualisée. Il y a des références dépassées ou inexistantes, des témoins assistés qui n’ont pas été intégrés… Sans compter l’enchaînement des réformes. Un exemple : pour la nouvelle justice pénale des mineurs, toutes les trames n’étaient pas prêtes. C’est tout l’art et la qualité des greffières d’arriver à aménager des trames adaptées. Mais c’est du bidouillage à chaque fois. Les moyens accordés à l’antiterrorisme nous font rêver. Nous n’avons même pas une imprimante chacune.

N. L. B. : Je n’ai même pas de téléphone portable dédié. C’est mon téléphone personnel. C’est ça, le fonctionnement de la Justice.

Qu’est-ce qui fait courir les magistrats ?

M.-A. K. et C. V. : C’est un métier passion et notre chance, c’est d’avoir une bonne ambiance et des greffières remarquables. On ne travaillerait sans doute pas de la même façon s’il n’y avait pas cette ambiance. On rit beaucoup dans ce service ! Faire ce métier dans une ambiance de travail délétère, c’est mission impossible. Nous partageons la même vision de notre métier, qui est d’accorder aux justiciables l’écoute, le respect de leurs droits, le temps nécessaire à la compréhension de leur dossier, les investigations à mener pour la manifestation de la vérité, la possibilité de leur donner du temps…

N. L. B. : Ça tient aussi parce que je trouve indécent de faire attendre des gens et de mal connaître le dossier. Ce n’est pas acceptable de rogner sur la qualité pour atteindre une quantité qu’on ne peut, de toute façon, pas absorber.

Comment va se passer la mise en place du nouveau pôle régional spécialisé en matière d’atteintes à l’environnement qui échoit au tribunal de Brest ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Nous avons demandé un quatrième poste. Notre inquiétude, c’est d’absorber ce nouveau pôle sans renforts. On nous a garanti que nous n’aurions pas de saisine avant.

Au vu de ce quotidien, comment recevez-vous les propos du garde des Sceaux, qui, après la manifestation du 15 décembre, disait « ne pas exclure une manipulation » ?

M.-A. K., C. V. et N. L. B. : Il ne nous surprend pas. Ce qui nous énerve, ce sont ses éléments de langage. La tribune des magistrats parue en novembre, dans Le Monde, a été signée par 7 000 des 8 200 magistrats français. La manipulation est difficile à entendre ! Et il a laissé entendre que c’était une rébellion de jeunes magistrats. C’est presque outrageant. Ce n’est pas une revendication catégorielle. Elle est portée par une haute idée de la Justice. Ça dépasse tous les clivages, toutes les opinions politiques.

 

mercredi 19 janvier 2022

Roger la brocante, du pays wallon en Belgique, tueur de touristes en Bretagne


 

 

J’avais évoqué cette affaire le 6 février 2019 :

http://petitcoucou.unblog.fr/2019/02/06/quadruple-meurtre-pour-un-trafic-doeuvres-dart-volees-dans-des-eglises-bretonnes-les-magistrats-passent-leponge-et-se-moquent-de-lenqueteur/

Aucune nouvelle de ce dossier depuis lors, il semble avoir été définitivement enterré.

En revanche, l’enquête sur la tuerie de Chevaline est toujours en cours et pourrait, pourquoi pas, étant donnée l’arme du crime, s’orienter vers un collectionneur d’armes à feu comme on en trouve plusieurs dans l’affaire des tueries du Brabant, à commencer par le brocanteur Xavier Sliman, dont le frère Thierry aurait de plus été un membre du SAC.

On rappelle qu’elle a déjà pris un tour nouveau au cours de l’année passée à la suite de la découverte de munitions spécifiquement destinées à cette arme ancienne chez le commanditaire présumé d’un autre assassinat (voir ci-dessous).

Rappelons encore que le brocanteur Jacques Fornès de Quimper dans le Sud-Finistère, grand fan d’Affaire conclue et grand ami de la famille Le Pen, tout comme de la criminelle Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices de la bande du pédophile Pascal Edouard Cyprien Luraghi, a aussi affiché avec ostentation bien des choses très intrigantes sur sa page Facebook : non seulement son goût très prononcé pour les très jeunes Thaïlandaises, mais également sa très grande satisfaction d’avoir toujours « travaillé » avec d’excellents résultats avec des individus qu’il dit être de la DGSE dans le cadre de ses activités « politiques » pour le Front national.

A noter : le meilleur ami du pédophile, trafiquant de drogue, et cybercriminel notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi, l’ancien conservateur en chef du patrimoine du château de Malmaison Alain Pougetoux, est devenu voisin du commanditaire d’assassinats Jean-Luc Avella Bagur à Velizy-Villacoublay depuis qu’il a pris sa retraite le 5 février 2018, comme il l’indique dans sa page Facebook, ici :

https://www.facebook.com/alain.pougetoux

La consultation de cette fiche est riche d’enseignements sur le personnage, quoiqu’il y soit peu prolifique : on observe d’abord qu’il s’y présente tout comme l’antiquaire finistérien Jacques Fornès avec son chien, quasiment le même, provenant peut-être du même élevage de camarades du parti, puis qu’il a fait son tour dans l’Himalaya lui aussi, au moins un, sans doute à l’invitation de son ami le pédophile et trafiquant de drogue Pascal Edouard Cyprien Luraghi, auquel il a rendu visite dans le Lot au cours de l’été 2010 (il l’a quitté le 12 septembre 2010 pour rentrer chez lui en région parisienne), alors que ce dernier publiait tous les jours des montagnes d’horreurs à mon sujet sur ses blogs personnels depuis le 19 juin 2010, et enfin, qu’il a commencé à travailler au château de Malmaison au mois de septembre 2001, soit à l’époque des attentats islamistes tant loués par son meilleur ami pédophile et trafiquant de drogue ayant vécu plusieurs années au Pakistan, un si bon ami qu’il lui a payé sa maison à Puy-l’Evêque en mars 2003 comme promis depuis 2001 au moins. Voir ici :

http://petitcoucou.unblog.fr/2016/04/03/cyprien-luraghi-a-de-fideles-amis-tres-riches-et-tres-genereux/

Extrait de sa fiche Facebook, du 11 septembre 2010 :

Je viens de réserver un billet Cahors-Paris pour demain 11 h. 30 et le site de la SNCF me propose tout de suite de le publier sur Fessebouc ; mais comment donc ! Pourquoi pas la Pléïade tout de suite ? Non mais franchement : ça intéresse quelqu’un, ce genre de nouvelle ? Si c’est le cas, j’arrive à 17 h 20 et je veux bien qu’on vienne me chercher à la gare d’Austerlitz (si possible en berline Jaguar, couleur bronze).

 

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_barbouzes_de_la_DGSE

    1. Affaire des barbouzes de la DGSE

      Roger la brocante, du pays wallon en Belgique, tueur de touristes en Bretagne dans AC ! Brest 45px-Scale_icon_white-orange.svg

      Cet article est lié à une ou plusieurs affaires judiciaires en cours.

      Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.

      Le titre et la description de l’acte concerné reposent sur la qualification juridique retenue lors de la rédaction de l’article et peuvent évoluer en même temps que celle-ci.

      N’hésitez pas à participer de manière neutre et objective, en citant vos sources et en n’oubliant pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
      La dernière modification de cette page a été faite le 12 janvier 2022 à 13:50.

      L’affaire des barbouzes de la DGSE est une affaire criminelle qui met en cause deux gardiens du camp de Cercottes (de la Direction générale de la Sécurité extérieure) qui auraient exécuté des contrats de tueurs pour différents commanditaires. Le premier de ces contrats est mené à son terme en 2018, par l’assassinat de Laurent Pasquali.

      Les enquêteurs envisagent l’hypothèse de leur participation dans une dizaine d’affaires, toutes n’ayant pas forcément conduit à des meurtres. Comme la surveillance d’un concurrent à la mairie de Saint-Maur-des-Fossés en 2014 par le maire alors en place Henri Plagnol ou encore la tuerie de Chevaline.

      Chronologie des différentes affaires

      2012 : tuerie de Chevaline

      La tuerie de Chevaline est un quadruple assassinat mystérieux le 5 septembre 2012 sur le bord d’un chemin forestier situé sur la commune de Doussard, à la limite de la commune de Chevaline.

      En février 2021, la police retrouve chez le commanditaire présumé du projet d’assassinat de Marie-Hélène Dini, Jean-Luc Avella Bagur, des munitions de Luger P06 . Ces munitions sont rares et ont été utilisées lors de la tuerie de Chevaline. Cette découverte entraîne le réexamen du dossier pour tenter de faire le lien entre les deux affaires1,2,3,4.

      2014 : affaire Henri Plagnol

      Henri Plagnol, qui fut secrétaire d’Etat de Jacques Chirac, aurait fait appel, avant les municipales de 2014 à Saint-Maur-des-Fossés, à la même cellule de barbouzes pour faire surveiller son concurrent, Sylvain Berrios qui est, à la suite de ces élections devenu maire. Par la suite, Henri Plagnol est condamné en 2017 à un an de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité. Il a été considéré comme complice d’un système de fausses factures payées par la mairie de Saint-Maur à une filiale de Bygmalion, la société impliquée dans la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 20125.

      Les enquêteurs semblent aussi faire un lien[évasif] avec l’agression de Jean-François Le Helloco, ami de Sylvain Berrios. Un matin d’octobre 2016, le conseiller départemental Jean-François Le Helloco est attaqué par deux hommes cagoulés dans le jardin de sa maison de Saint-Maur. S’ensuit une pluie de coups, des injonctions « Faut que tu arrêtes ! » et une photo souvenir6.

      2018 : meurtre de Laurent Pasquali

      Laurent Pasquali, pilote automobile, disparaît inexplicablement en 2018 à Levallois. Le 1er septembre 2019, un crâne et des ossements humains sont découverts dans un bois à Cistrières. Ils ne sont pas immédiatement identifiés7. On apprend par la suite qu’il s’agit du corps de Laurent Pasquali. Il a été abattu8 et enterré dans ce bois en Haute-Loire9,10,11. Laurent Pasquali aurait touché 200 000 euros pour apposer un logo sur sa voiture de rallye durant les courses et n’aurait pas respecté les termes du contrat12.

      2020 : affaire du syndicaliste d’Izernore

      Interpellé dans le cadre de l’affaire, un ancien journaliste au Dauphiné libéré, Frédéric Vaglio, reconnaît avoir reçu en janvier 2020 d’« amis » entrepreneurs dans le domaine de la plasturgie un versement de 75 000 euros, en règlement d’une mission d’élimination d’un syndicaliste appartenant à la CGT. Celui-ci n’aurait échappé à l’assassinat que par le repli rendu nécessaire par l’échec de la tentative de meurtre de Mme Dini, exposée ci-après. Mis en examen le 10 mai 2021 pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un crime », ces « amis » sont écroués ; ils démentent totalement les accusations qui pèsent sur eux.13,14,15

      2020 : projet d’assassinat de Marie-Hélène Dini

      Le 24 juillet 2020, Marie-Hélène Dini cheffe d’entreprise, à la tête d’une école de formation de coach sort de chez elle en retard à Créteil (Val-de-Marne) . Elle aperçoit une voiture de police avec des policiers en train d’interpeller deux hommes. On apprendra par la suite que les deux hommes étaient armés, qu’ils sont gardiens d’un camp de la DGSE. Ils auraient eu pour ordre d’éliminer Marie-Hélène Dini, supposée être un agent ou une informatrice du Mossad, mais surtout, initiatrice d’une tentative de structuration de la profession de coach en France. Le commanditaire, un de ses concurrents, avoue avoir demandé son exécution car il craignait que la création d’un syndicat national ne fasse de l’ombre à son affaire,8,16,17.

      Suspects

      Exécutants présumés

      Pierre B. et Carl E. seraient les deux exécutants présumés qui travaillent pour la DGSE. Ils n’appartiennent pas au service action de la DGSE mais ils sont simplement des gardiens du camp d’entrainement de la DGSE à Cercottes. Ils ont comme pseudonymes : Dagomar et Adelard18.

      Commanditaires présumés

      Les commanditaires présumés semblent avoir pour point commun d’appartenir à une loge maçonnique nommée « Athanor » (nom médiéval du fourneau des alchimistes). Cette loge appartient à l’obédience Grande Loge de l’Alliance maçonnique française (GL-AMF). Créée au printemps 2012 à la faveur de la scission d’une autre obédience, la GL-AMF compte quelque 15 000 membres et 680 loges en France. Le 4 février 2021, la loge mise en cause, installée à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, a été fermée par le nouveau grand maître19.

      Réaction des obédiences et des organes maçonniques

      Le journal Le Parisien qui évoque l’affaire en une, sous le titre « Victime des tueurs francs-maçons », voit ce titre qualifié de« racoleur et putassier » par l’auteur du blog maçonnique Hiram.be, jugeant l’amalgame entre les auteurs des méfaits et leur qualité de franc-maçon comme teinté d’antimaçonnisme et alimentant les fantasmes véhiculés contre la franc-maçonnerie dans les milieux qui lui sont hostiles20.

      La Grande Loge nationale française précise dans un communiqué que les noms des deux suspects apparaissent dans leur registre entre 2009 et 2012, année de leur départ de l’obédience, sans jamais avoir occupé de postes significatifs. Elle affirme son indignation devant des agissements putatifs qui salissent la franc-maçonnerie tout entière21,22.

      Le grand maître du Grand Orient de France, dans une publication précise que le Grand Orient n’a aucun lien, ni même aucune connaissance de l’existence de cette loge maçonnique n 1, mise en cause dans les chroniques criminelles des médias français. Il affirme, tout en respectant la présomption d’innocence, que de tels agissements sur lesquels toute la lumière doit être faite, rejaillissent sur la franc-maçonnerie qui reste un ordre et une association humaniste respectueuse sans conditions des lois de la République23,24.

      Pour sa part la Grande Loge de l’Alliance maçonnique française à laquelle appartenait la loge Athanor, dissoute en février et à laquelle sont rattachés plusieurs protagonistes de l’affaire, rappelle « qu’en tant qu’obédience maçonnique, elle prône le respect strict et absolu de toutes les lois en vigueur dans notre République ». Elle suspend les membres incriminés jusqu’au rendu de l’enquête 25.

      Notes et références

      Notes

      1. La loge maçonnique n’appartenant pas à son obédience.

      Références

    2. « Derrière les Blaireaux des légendes, des tentatives assassinat en série », Le Canard enchaîné,‎ 24 février 2021.

    3. « Le démantèlement d’un réseau va-t-il relancer l’enquête sur Chevaline ? » [archive], sur www.20minutes.fr, 25 février 2021 (consulté le 25 février 2021).

    4. « Enquête. Quel lien entre la tuerie de Chevaline et l’officine criminelle franc-maçonne ? » [archive], sur www.leprogres.fr (consulté le 25 février 2021).

    5. « Haute-Savoie. Tuerie de Chevaline : une nouvelle piste inattendue » [archive], sur www.ledauphine.com (consulté le 25 février 2021).

    6. Laurent Léger, « Un ancien ministre faisait surveiller son adversaire par des barbouzes » [archive], sur Libération (consulté le 19 février 2021).

    7. Le JDD, « Le maire de Saint-Maur a vécu sous la menace d’ex-militaires et francs-maçons » [archive], sur lejdd.fr (consulté le 2 mars 2021)

    8. Centre France, « Faits divers – Un crâne et des ossements humains découverts dans un bois à Cistrières (Haute-Loire) » [archive], sur www.lamontagne.fr, 1er septembre 2019 (consulté le 5 février 2021).

    9. Jacques Monin , Elodie Guéguen , Cellule investigation de Radio France, « Barbouzes, francs-maçons et crimes en série : plongée dans une affaire judiciaire hors normes » [archive], sur franceinter.fr, 1er mai 2021 (consulté le 2 mai 2021)

    10. Centre France, « Faits divers – Les ossements découverts à Cistrières ont enfin été identifiés, le début de « l’affaire Pasquali » » [archive], sur www.lamontagne.fr, 4 février 2021 (consulté le 5 février 2021).

    11. Le JDD, « ENQUETE. L’invraisemblable officine criminelle qui réunissait francs-maçons et gardiens affiliés à la DGSE » [archive], sur lejdd.fr (consulté le 21 février 2021).

    12. Par Timothée Boutry et Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê Le 3 février 2021 à 21h35, « Laurent Pasquali, pilote «boute-en-train» et première victime du réseau franc-maçon de tueurs » [archive], sur leparisien.fr, 3 février 2021 (consulté le 4 février 2021).

    13. Centre France, « Faits divers – Corps de Laurent Pasquali trouvé dans les bois de Cistrières : le pilote devait de l’argent à un sponsor » [archive], sur www.leveil.fr, 24 février 2021 (consulté le 26 février 2021)

    14. Christophe Labbé, « Derrière les Blaireaux des légendes, des tentatives d’assassinat en série », Le Canard Enchaîné,‎ 24 février 2021, p. 4

    15. Fatima Bouyablane, « AIN : des tueurs à gage en lien avec les renseignements devaient tuer un syndicaliste, une cheffe d’entreprise écrouée » [archive], sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes, 21 mai 2021 (consulté le 23 mai 2021)

    16. Thomas Prouteau, « Francs-maçons criminels : deux commanditaires d’un contrat présumé sur un syndicaliste interpellés » [archive], sur RTL, 19 mai 2021 (consulté le 23 mai 2021)

    17. Laurent Valdiguié, « Projet d’assassinat d’une coach : révélations sur les barbouzes de la DGSE et de la franc-maçonnerie » [archive], sur www.marianne.net, 2021-02-01utc13:39:35+0000 (consulté le 2 février 2021).

    18. Par Timothée Boutry et Jean-Michel Décugis et Jérémie Pham-Lê Le 2 février 2021 à 19h25, « Un réseau franc-maçon derrière la tentative de meurtre d’une coach par des agents de la DGSE » [archive], sur leparisien.fr, 2 février 2021 (consulté le 3 février 2021).

    19. Jean Guisnel, « Dagomar et Adelard : « gardes-barrières » à la DGSE et assassins ratés » [archive], sur Le Point, 14 février 2021 (consulté le 14 février 2021).

    20. « Tentative d’assassinat de Puteaux : « Athanor », une loge de la GL-AMF » [archive], sur Hiram.be, 5 février 2021 (consulté le 11 février 2021).

    21. Gérard Plumecoq (Geplu), « Un beau titre bien racoleur, bien putassier… » [archive], sur Hiram.be, 4 février 2021 (consulté le 11 février 2021) Inscription nécessaire.

    22. Jean-Laurent Turbet, « GLDF : Le Grand-Maître réagit concernant les présumés tueurs, francs-maçons et membres de la DGSE dont il est question dans la presse. » [archive], sur Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités (consulté le 11 février 2021).

    23. « Communiqué du Grand Maître » [archive], sur gldf.orf, 4 février 2021 (consulté le 24 mai 2021).

    24. Jean-Laurent Turbet, « GODF : Communiqué concernant l’affaire de la « Loge Puteaux » et les présumés assassins. » [archive], sur Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités (consulté le 25 février 2021).

    25. « Communiqué de Presse du 4 février 2021 » [archive], sur godf.org, 4 février 2021 (consulté le 24 mai 2021).

    26. Laurent Léger,

« Cellule criminelle de barbouzes : une loge franc-maçonne dissoute » [archive]

      , sur liberation.fr,

13 février 2021(consulté le 12 juin 2021)

      .

Enquête sur les brocanteurs d'Affaire conclue

 

Curieusement, tout comme Xavier Sliman, le brocanteur de Charleville-Mézières qui serait très impliqué dans les tueries du Brabant, les acheteurs de l’émission télévisée française Affaire conclue affectionnent eux aussi tout particulièrement la Belgique pour leurs activités (voir ci-dessous).

L’on notera par ailleurs que celui de mes harceleurs complices du cybercriminel Jean-Marc Donnadieu de Béziers qui répond au nom de Patrice Seray et dit pour sa part résider avec son épouse Francine Cordier à Harsault, près d’Epinal, ville natale de Thierry Sliman, frère du précédent, qui serait également très impliqué dans les tueries du Brabant, une ville où il a d’ailleurs lui-même été domicilié au moins en 2010 (voir ci-dessous), cet « ufosceptique » du nom de Patrice Seray, donc, affiche sur Facebook son amitié avec l’ex star de cette émission Pierre-Jean Chalençon, vieil ami du vieil ami du pédophile notoire Pascal Edouard Cyprien Luraghi Alain Pougetoux :

 

https://www.facebook.com/patrice.seray/about

Patrice Seray

N’oubliez jamais qu’un ressenti n’est pas une réalité !
Aucun lieu de travail à afficher
Aucune école à afficher
Aucune relation à afficher

 

 

https://ufo-scepticisme.forumactif.com/t1052-ex-repas-ufologique-grenoblois-modif-titre-231014

Ex- Repas Ufologique Grenoblois (modif titre 231014) Empty Re: Ex- Repas Ufologique Grenoblois (modif titre 231014) 28/02/10, 05:42 pm

François Hays

Nombre de messages : 16
Date d’inscription : 11/12/2009
COMPTE RENDU DU 13e RUG

Le jeudi 4 février dernier s’est tenu le 13e repas ufologique grenoblois qui clôturait pour l’occasion un deuxième exercice. Vingt-neuf personnes se sont donc retrouvées au restaurant « Fleurs de sel » à Grenoble pour profiter de l’opportunité de s’exprimer à loisir, aucun intervenant n’ayant été programmé. J’eus le plaisir de constater que l’ufologue nord isérois Bruno Mazzocchi avait fait le déplacement, ce qui n’est pas fréquent. Je remarquai aussi que plusieurs nouveaux avaient pris place dans l’assemblée, signe du dynamisme de notre repas.
J’installai sur un petit espace à part une vingtaine d’ouvrages et revues d’occasion ouverts à la consultation mais aussi à la vente.

La traditionnelle revue de presse me permit de présenter quelques magazines disponibles en kiosque (Top secret n° 47, Nexus n° 66, Monde inconnu n° 342) mais aussi les revues ufologiques Ufomania n° 61, LDLN n° 396 et Ufo Log n° 22, fraîchement sorti des presses, et dont le rédacteur en chef avait apporté quelques exemplaires. Il fut aussi question de l’ouvrage de Laurent Glauzy Extraterrestres : les messagers du new age et du film District 9, récemment sorti en DVD. En revanche je n’eus pas le temps de présenter le travail de l’ufologue Patrice Seray qui propose trois cd-rom comprenant les scans de tous les articles ufologiques contenus dans la revue Nostradamus des années 1974, 1975 et 1976. Ce type de travail est à encourager parce qu’il met à notre disposition des archives difficiles à réunir. A commander chez l’auteur (33 rue d’Olima 88000 Epinal) pour 5 € l’un, port compris.

 

https://www.programme-tv.net/news/tv/291971-exclu-enquete-les-acheteurs-daffaire-conclue-gagnent-ils-vraiment-de-largent/

Exclu. Enquête : les acheteurs d’Affaire conclue gagnent-ils vraiment de l’argent ?

 

Le 19/01/2022 à 12:04 par Eric Le Bourhis Modifié le 19/01/2022 à 14:33

 

S’il arrive parfois aux professionnels de l’émission d’enchères de France 2 de surpayer les objets à la télé, ils se rattrapent par ailleurs. Notre enquête.

Cités dans cet article

 

Faut-il prendre pour argent comptant ses déclarations ? Selon Julien Cohen, figure truculente d’Affaire conclue, ses quatre années de présence quasi-quotidienne à la table des enchères sur France 2, d’un strict point de vue comptable, ne lui ont pas permis de faire sauter la banque. À l’entendre, il y aurait même laissé du cash. « Sur les quelque 1850 objets acquis, je suis proche du seuil de rentabilité, mais je perds tout de même un petit peu d’argent », assène l’homme aux lunettes bleues, affirmant garder sur les bras 600 objets acquis dans l’émission. « Invendables pour la plupart, car achetés trop cher dans Affaire conclue, parfois pour faire plaisir aux participants qui ont traversé la France », précise celui qui est connu pour dégainer facilement son carnet de chèque. En attendant, ces derniers objets qui lui restent sur les bras continuent à orner ses boutiques. « J’espère les vendre au moins à prix coûtant « , affirme celui qui quittera définitivement l’émission dans quelques semaines.

Pas si rentable que ça, Affaire conclue ? Une affirmation en forme de trompe-l’œil pour le président des Puces de Saint-Ouen, François Casal : « Hormis quelques ‘coups de flambe’, il y a aussi de très bons achats à réaliser. Mais surtout, pour ces marchands passés de l’ombre à la lumière, l’émission s’est révélée être un vrai ascenseur promotionnel, certains s’imposant même aujourd’hui en caïds de la profession ! ». Un petit tacle à Julien Cohen, l’entrepreneur aux affaires par ailleurs florissantes ? Assurément.

« Comment revendre beaucoup plus cher un objet dont tout le monde connaît le prix d’achat initial pour l’avoir vu sur le petit écran ?« 

Autre figure emblématique de l’émission de France 2, l’antiquaire Caroline Margeridon, a aussi un avis affuté sur la question. Elle relativise d’abord l’effet « vu à la télé » : « Comment revendre beaucoup plus cher un objet dont tout le monde connaît le prix d’achat initial pour l’avoir vu sur le petit écran ? », ironise l’acheteuse qui, en général, « marge » par deux ou trois, selon les cas… et s’empresse justement d’exposer ses acquisitions en vitrine avant leur passage sur France 2. « Il m’arrive aussi souvent de casser les prix, pour faire plaisir ou tout simplement pour renouveler les objets de ma boutique « , précise-t-elle. Mais davantage que la plus-value sur la revente, la médiatique acheteuse, aujourd’hui suivie par plus de 100 000 followers sur Instagram – dix fois plus qu’il y a quatre ans –, affirme que sa nouvelle notoriété a surtout boosté comme jamais son accès aux marchandises, la matière première, le nerf de la guerre. « J’achète 50% d’objets en plus par rapport à 2017″, évalue-t-elle.

Même son de cloche du côté de ses collègues d’Affaire conclue, Caroline Pons et Diane Chatelet. « J’étais antiquaire depuis longtemps et bien avant la télé, mais c’est vrai que l’émission a été un vrai booster d’activité. Le message qu’elle renvoie à tous les téléspectateurs, c’est que si on a des choses à vendre, on peut les vendre et on peut aussi venir les acheter dans nos galeries. L’émission m’a donc value une énorme ouverture de clientèle, qui m’a vue dans l’émission et qui me fait confiance. A la base, je suis spécialiste d’art asiatique, un marché assez étroit. Aujourd’hui, on m’appelle tous les jours pour me proposer une porcelaine chinoise ou une laque du Vietnam. Affaire conclue a tout transformé de ce point de vue, vraiment ! « , développe Caroline Pons, qui, aujourd’hui, travaille moins en salon, mais davantage dans sa galerie du marché Serpette, aux puces de Saint-Ouen, récemment ouverte, et qui lui donne accès à une clientèle plus internationale.

Des ouvertures de boutiques en cascade

Sur cette ouverture phénoménale en visibilité et crédibilité, Diane Chatelet abonde. Antiquaire en chambre et courtier en oeuvres d’art avant l’émission, cette diplômée de l’Ecole du Louvre a profité de ce tremplin pour réorienter son activité en ouvrant une boutique au marché Serpette également, pour accéder à une clientèle internationale. « Grâce à l’émission, j’ai pu acheter et donc revendre beaucoup plus de mobilier ». La professionnelle s’est associée avec Gérald Watelet, le décorateur belge qu’on voit également dans Affaire conclue, et un autre marchand. Une organisation en trio qui lui donne de la souplesse pour continuer à chiner un peu partout.

Elle comme Caroline Pons sillonnent d’ailleurs régulièrement la France ou la Belgique, chacune de leur côté, allant même jusqu’à organiser des séances publiques d’expertise, avec option d’achat à la clé, indépendamment d’Affaire conclue. « On se signale quelques jours avant sur nos réseaux sociaux, on a une multitude de particuliers qui viennent nous voir avec leur objet« , détaille Diane Chatelet. Une activité avec les particuliers qui l’incite à ne pas acheter n’importe comment dans l’émission : « Quelque chose que j’achète 2000 euros à la télé, je ne peux pas me permettre de dire que ça en vaut 500 quand un particulier m’appelle pour un inventaire. C’est une question de crédibilité « .

Payés autour de 1000 euros par jour de tournage, à raison de six émissions par jour, les acheteurs de France 2 font donc une part importante de leur business dans la vraie vie avant tout. Et pour nombre d’entre eux, l’effet Affaire conclue a suscité l’ouvertures de boutiques. Julien Cohen, possède deux grands magasins à Saint-Ouen et Bruxelles, d’autres dans la Nièvre et en Angleterre, et projette de s’implanter aux USA, en parallèle de ses « maisons des brocanteurs » qu’il souhaite développer dans l’Hexagone. Caroline Margeridon, déjà implantée à Saint-Ouen, comme Diane Chatelet et Caroline Pons, projette d’ouvrir un ou deux autres lieux, à Bruxelles et au Luxembourg. Alexandra Morel, de son côté, vient d’ouvrir une surface de vente de 3000 m2, dans le quartier bruxellois des Marolles.

 

Nouveau lecteur très intéressé sur Satanistique !

 

Je ne sais pas ce qu’il cherche ni qui il est, il ne s’est pas présenté.

En attendant, il fait grimper mes stats…

 

Page View Activity

 


Date Heure
Système
Location / Language Host Name/Web Page/Referrer

18 Jan 21:41:21
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentats de janvier 2015 à Paris : éléments de preuves pour confondre le terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:41:08
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Comment Cyprien Luraghi exige mon exclusion de Rue89 en 2009 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:54
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Luraghi ou Lee Lucas ? 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:48
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentats de janvier 2015 à Paris : éléments de preuves pour confondre le terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:39
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentats de janvier 2015 à Paris : éléments de preuves pour confondre le terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:32
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Retour de mon spammeur fou à ses premières amours 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:20
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentats de janvier 2015 à Paris : éléments de preuves pour confondre le terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:40:11
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Cyprien Luraghi toujours aussi sûr de ses appuis… 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:39:54
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Ouagadougou : la revendication du GSIM peine à convaincre 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:39:47
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Sur mon état de santé 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:39:21
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentats de janvier 2015 à Paris : éléments de preuves pour confondre le terroriste Pascal Edouard Cyprien Luraghi 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:39:02
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: NPA, Front de gauche : l’assassinat ne paie pas 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:38:46
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: RIN-TIN-TIN 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:38:14
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Tunisian Connection(s) : de Marseille à Bruxelles en passant par l’Algérie, le Maroc et l’Afghanistan 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:38:03
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Mon Chinois de Thaïlande essaie de me faire rire… 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:37:55
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: De l’arrivée de Cyprien Luraghi sur Twitter le 14 février 2019 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:35:45
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Pourquoi Cyprien Luraghi me hait tellement 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:35:39
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: De l’arrivée de Cyprien Luraghi sur Twitter le 14 février 2019 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:34:29
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: De l’arrivée de Cyprien Luraghi sur Twitter le 14 février 2019 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:30:42
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Décès brutal du juge Raymond André à Brest 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:30:04
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Armée française : comment un communiste français inspira les tortionnaires de la guerre d’Algérie 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:29:13
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Elections départementales : 17,15 our Joël Roma à Pont-de-Buis-lès-Quimerch 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:28:50
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Quand des « sceptiques » perdent la foi… 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:28:37
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Terrorisme au Burkina Faso : six Chrétiens tués dans une église deux jours après la libération des otages 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:28:01
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Le pédophile étalon Gabriel Matzneff soutient autant Jean-Marie Le Pen qu’Olivier Besancenot et vote Jean-Luc Mélenchon 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:27:04
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Les « cagots » ne sont pas pareils : ils sont trop beaux ! 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:26:29
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Bernard Ripert a entamé une grève de la faim 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:24:55
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Cyprien Luraghi déteste les Juifs et leur crache dessus 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:24:22
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Menaces physiques de Jean-Marc Donnadieu… 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:23:25
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Tueries du Brabant : Patrick Verdin s’apprête à faire des révélations 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:22:56
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: La pourrie Ouenja a déjà prévenu ses complices qu’ils risquaient d’être sur écoute ! 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:22:04
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Agression d’un jeune handicapé mental diffusée sur Facebook 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 21:20:53
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Terrorisme : une gendarme et une fille de gendarme sur la sellette 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:38:48
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Mon Chinois de Thaïlande : la piste passe par Limoges et le commissaire Fredou 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:37:45
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Aux Etats-Unis, les relations intimes entre collègues ne sont plus tolérées 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:36:59
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: A Brest, un bras cassé de Sud-Solidaires porte plainte 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:28:29
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Attentat avorté de Villejuif du 19 avril 2015 : des liens avec la cellule du 13 novembre 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:27:25
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Pourquoi Josette Brenterch du NPA de Brest hait-elle tant mes anciens employeurs ? 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:24:36
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: Pourquoi Josette Brenterch du NPA de Brest hait-elle tant mes anciens employeurs ? 

https://r.search.yahoo.com/


18 Jan 19:23:55
Firefox 96.0
Win10
1600×900

Brest,
Bretagne,
France / fr
Orange ()  
 Satanistique: De quoi Josette Brenterch du NPA de Brest et ses complices ont-ils peur ? 

https://fr.search.yahoo.com/