compteur

samedi 22 octobre 2016

A Mulhouse, une ancienne enseignante à la tête d'un réseau de proxénétisme

Comme quoi le statut de professeur de l’Education nationale, en activité ou en retraite, comme l’est désormais Josette Brenterch du NPA de Brest, ne garantit en aucune manière que la personne qui en bénéficie ne puisse participer à des activités de proxénétisme aggravé, voire les organiser elle-même, comme il semblerait que ce soit le cas pour cette ancienne enseignante.

Les personnes qui à l’instigation de Josette Brenterch du NPA de Brest me vendent publiquement comme prostituée depuis 2010 seraient tout comme elle déjà toutes poursuivies, voire condamnées depuis longtemps, si – malheureusement – les magistrats brestois qui ont été saisis de mes plaintes ne participaient eux-mêmes exactement aux mêmes faits de proxénétisme aggravé.

A partir d’aujourd’hui, étant données toutes leurs exactions en vue de me contraindre à la prostitution, dont de nouveaux épisodes récents et particulièrement scandaleux, je les nomme sans plus aucune gêne.

A la suite du juge Raymond André, participant à de tels faits depuis le début des années 2000 au moins, il y a depuis 2012 deux femmes juges d’instruction qui ont multiplié les actes positifs s’inscrivant très clairement dans la même volonté de me conduire à la prostitution de force, puisque je refuse toujours de m’y livrer de gré, tandis que leurs complices de la bande du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi me vendaient publiquement comme prostituée : il s’agit de Mmes Céline Verdier et Muriel Corre.

Voilà qui est dit, je n’hésite plus à nommer publiquement les différents proxénètes auxquels j’ai toujours affaire à Brest et ailleurs, en précisant que leurs exactions à mon encontre deviennent de plus en plus violentes au fur et à mesure que le temps passe et que je m’obstine à refuser de me prostituer.


https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/mulhouse-une-ancienne-enseignante-la-tete-d-un-reseau-de-proxenetisme-1477063220

VIDEO | une ancienne enseignante à la tête d’un réseau de proxénétisme mulhousien


Par Céline Rousseau et Patrick Genthon, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu vendredi 21 octobre 2016 à 17:20

L'un des établissements de nuit fermé administrativement à Mulhouse.
L’un des établissements de nuit fermé administrativement à Mulhouse. © Radio France – Patrick Genthon

Un réseau de proxénétisme a été démantelé à Mulhouse. Trois établissements de nuit ont été fermés. Ils étaient dirigés par une enseignante à la retraite, septuagénaire.

La police judiciaire de Mulhouse a démantelé un réseau de proxénétisme. Trois établissements de nuit, situés dans le centre de la ville ont été fermés : « Le Marquis », « Le Diam’s » et « L’impérial ». Une dizaine de prostituées y officiaient, passant d’un bar à l’autre. Ils étaient dirigés de fait par une femme de 73 ans, une enseignante à la retraite, surnommée « Madame N. »

Trois mises en examen


Le procureur de la République de Mulhouse, Dominique Alzéari, parle (vidéo ci-dessous) d’une « organisation structurée » avec à sa tête Madame N, « qui tenait un rôle décisif ».





L’enquête de la police judiciaire a débuté en juin dernier. Neuf personnes ont finalement été interpellées dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 octobre. Trois ont été mises en examen, dont la « tête pensante » du réseau, la septuagénaire. Elle a été mise en examen pour proxénétisme aggravé a précisé le procureur de Mulhouse Dominique Alzéari ce vendredi après-midi.

La préfecture du Haut-Rhin a pris un arrêté de fermeture administrative pour six mois à l’encontre des trois établissements en question.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire