compteur

mardi 14 mars 2017

Affaire du meurtre de Jean-Jacques Le Page à Plougonvelin en 2009 : un verdict qui ne satisfait pas


Cette affaire riche en rebondissements débutée avec l’incendie de la maison de Jean-Jacques Le Page à Plougonvelin le 24 juillet 2009 a été examinée par la Cour d’assises du Finistère jusqu’à vendredi dernier, 10 mars 2017, à compter du mardi 28 février 2017.

La principale accusée a été condamnée à une peine de vingt ans de réclusion criminelle assortie de dix ans de sûreté.

Elle a sitôt fait connaître son intention de faire appel, et Jacques Pradel consacrait déjà à cette affaire l’une de ses émissions sur RTL, hier, lundi 13 mars 2017.

En effet, à l’issue de ce premier procès, de nombreuses zones d’ombre concernant l’ensemble des faits en question interrogent toujours, rendant la vérité judiciaire bien incertaine.

Pour ma part, je rappelle que j’avais été définitivement bannie du site Rue89 le 31 juillet 2009 alors que je commentais un article relatif à cette affaire et me faisais copieusement insulter par le « déconnologue » répondant au pseudonyme de « Homere ».

Originaire de l’Hérault et résidant en Thaïlande où il exerce notamment comme hôtelier depuis de nombreuses années, cet homme d’affaires très trouble se signalant depuis 2008 comme l’un des membres les plus éminents de la bande de cyberdélinquants du malade mental extrêmement dangereux Pascal Edouard Cyprien Luraghi tenait absolument à me faire taire sur le milieu dans lequel le crime s’était produit.

Par la suite, il se revendiquera « bras armé du NPA en Thaïlande » et avouera être l’organisateur de tous les harcèlements et campagnes de calomnies publiques dont j’étais victime depuis le mois de février 2009, ayant également concerné mon médecin-traitant, touché par ce crime de Plougonvelin.

Or, cette affaire criminelle a été instruite par les mêmes juges ultra CORROMPUS qui ont aussi toujours traité à l’envers toutes les affaires m’opposant à Josette Brenterch du NPA de Brest et ses divers complices, notamment ceux de la bande du psychopathe Pascal Edouard Cyprien Luraghi.

Leur instruction, terminée très précisément le jour de ma condamnation illégale, le 11 juin 2013, est aujourd’hui clairement mise en cause par les avocats de la défense.



http://www.letelegramme.fr/morbihan/affaire-le-page-vers-un-proces-aux-assises-en-2016-30-04-2015-10612476.php

Affaire Le Page. Vers un procès aux assises en 2016


Publié le 30 avril 2015
Modifié le 30 avril 2015 à 07h34

Revoilà le meurtre de Jean-Jacques Le Page, survenu dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009 dans sa résidence de Plougonvelin, en première ligne. Mais cette fois-ci, il s’agira d’en écrire l’épilogue puisque la cour d’appel de Rennes vient de confirmer, dans un arrêt du 27 mars, la décision du juge d’instruction brestois de renvoyer William Rolland et Laëtitia Monnier, dite « Lola », devant la cour d’assises du Finistère.

Lola nie les faits


En revanche, Habib, le troisième homme, un temps dénoncé par Laëtitia Monnier et suspecté d’être le « corbeau » de cette histoire à rallonge, n’est pas renvoyé devant la juridiction criminelle. Presque cinq ans après les faits, les deux jeunes gens renvoyés aux assises sont libres. Ce qui ne devrait pas inciter la cour d’assises à aller vite pour programmer un procès que l’on devine fleuve et qui pourrait occuper la juridiction entre une et deux semaines. Joint, l’avocat de William Rolland, Me Patrick Larvor, estime que le procès pourrait se tenir lors du premier semestre 2016. Mais pour l’heure, aucune date n’est arrêtée.

Reste que l’audience promet d’être animée, même quelques années après les faits et cette procédure qui n’en a jamais fini de rebondir. Car à cette heure, Lola nie en bloc et William Rolland joue toujours sur quelques incohérences qui lui sont favorables mais aussi sur la rétractation d’aveux passés une fois en garde à vue mais jamais renouvelés depuis. Bref, la tâche de la cour d’assises s’annonce des plus ardues.



http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/meurtre-de-plougonvelin-29-retour-sur-les-lieux-du-crime-diapo-09-11-2009-646687.php

Meurtre de Plougonvelin (29). Retour sur les lieux du crime [Diapo]


Publié le 09 novembre 2009 à 12h22
Modifié le 10 novembre 2009 à 07h43
 
Un pas de plus vers l'éclatement de la vérité.
Un pas de plus vers l’éclatement de la vérité.

Les juges d’instruction saisis de l’affaire Jean-Jacques LePage se sont rendus hier sur les lieux du meurtre, à Plougonvelin, en compagnie de tous les protagonistes de l’affaire. La reconstitution de la nuit du 23 au 24 juillet derniers a duré toute la journée.


> Le rappel des faits

«Faites venir mademoiselle Monier». La voix claire de la juge d’instruction Mathilde Boissy met fin aux conversations qui se tiennent aux abords de la grille de la villa de Jean-Jacques Le Page, fermée depuis le drame par des scellés et un cadenas. En une seconde, le silence devient lourd autour de la procession judiciaire qui se met en route le long du chemin de gravillons qui mène à la porte d’entrée de la belle demeure totalement sinistrée. Un camion de pompiers suit, une voiture de gendarmerie aussi. La bâche, battue par les vents et mangée par la pluie depuis le jour du sinistre, qui hier encore laissait voir le lieu du drame à travers sa béance, est à nouveau totalement déployée. Quatre gendarmes se postent devant. Il est 9h15, dans le matin clair illuminant ce lieu idyllique, juché au-dessus de la mer, au milieu de résidences cossues. La reconstitution du meurtre de Jean-Jacques Le Page commence. Circulez, il n’y aura plus rien à voir.

Lola se cache

Une heure avant l’entrée pesante du drôle de cortège. Une première voiture de gendarmerie arrive. Personne ne sait combien de temps va durer la reconstitution ordonnée dans le cadre de l’enquête par les juges Boissy et André. Petit à petit, le déploiement de gendarmes devient imposant. L’on s’affaire. Des plots sont disposés le long de la chaussée, un mannequin en mousse et un couteau en plastique sont apportés. Les avocats de la défense et des parties civiles arrivent au compte-gouttes, presqu’avec la procureure Lemoine. Les juges suivent. Laëtitia Monier, dite Lola aussi. En toute discrétion, ou presque. À l’arrière d’une voiture simple de la gendarmerie, la jeune fille cache son visage à l’aide d’un gros anorak sans forme. Un moment, elle sort de la voiture et montre brièvement, de dos, sa frêle silhouette. Elle porte des habits amples, et sa féminité n’apparaît qu’au hasard d’ongles vernis entraperçus.

Quel impact?

Le dernier à arriver est l’avocat de William Rolland, le prétendu complice libéré depuis le 12 octobre. Son client le suit, libre comme l’air. Il marche d’un pas lent. Grand, mince, les cheveux noirs dressés par du gel, il semble un peu perdu dans le cortège. Son rôle sera déterminant, pourtant. À son innocence proclamée, Laëtitia Monier continue de marteler son implication. Que s’est-il dit de plus dans le huis clos savamment pensé hier? Mystère. Le secret de l’instruction est impénétrable, mais il n’est pas besoin de sortir de Polytechnique pour savoir que la vérité mettra bien du temps à éclater, dans l’«affaire Le Page». Peut-être que cette reconstitution fleuve, achevée après 18h sur la plage où Laëtitia Monier a été vue le lendemain, permettra de faire avancer certaines convictions.



http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/meurtre-de-plougonvelin-29-la-liberation-de-lola-se-decide-aujourd-hui-04-02-2011-1196331.php

Meurtre de Plougonvelin (29). La libération de Lola se décide aujourd’hui


Publié le 04 février 2011
Modifié le 04 février 2011 à 07h24
 
Le corps de Jean-Jacques Le Page avait été retrouvé dans sa maison de...
Le corps de Jean-Jacques Le Page avait été retrouvé dans sa maison de Plougonvelin, le 24 juillet 2009. Photo archives Eugène Le Droff

Depuis 18 mois, Lola est en prison. Mise en examen pour l’assassinat d’un retraité de Plougonvelin (29), la jeune femme clame son innocence, crie à l’injustice, et veut être libérée. La cour d’appel de Rennes, qui dira aujourd’hui si la détention doit être prolongée.


C’est une jeune fille mince aux longs cheveux clairs et au visage d’adolescente. Seuls son regard sûr et la clarté de son élocution trahissent ses 26 ans. Sans doute reflètent-ils aussi les difficultés d’une vie peu commune: elle n’a jamais connu l’école durant dix ans de nomadisme à travers l’Europe, en compagnie de sa mère. Elle s’est installée seule à Brest à l’âge de 20 ans. Après avoir exercé des petits boulots, elle est embauchée dans un bar à hôtesses. C’est là qu’elle sombre dans l’alcool et les drogues dures et qu’elle rencontre Jean-Jacques Le Page.

Lola accuse son complice

Le 24 juillet 2009, trois semaines après leur rencontre, le corps carbonisé de Jean-Jacques Le Page est découvert dans les décombres de sa maison du Trez-Hir, à Plougonvelin. L’autopsie révèle qu’il est mort d’un «traumatisme cérébral majeur» suivi de coups de couteau. Plus tard, on devait aussi retrouver un plomb d’arme à grenaille dans l’une de ses orbites. Lola (Laëtitia Monier pour l’état civil) avait été aperçue la veille au soir non loin de là et le jour du drame, des témoins l’ont vue, l’air égaré, portant un sac contenant un couteau. Elle est interpellée peu de temps après et mise en examen pour assassinat. La forte consommation d’alcool de la soirée, ajoutée au valium ingurgité en substitution à l’héroïne, a sans doute rendu ses souvenirs nébuleux. Mais elle tente de raconter cette soirée au Trezh-Hir au cours de laquelle elle aurait fait entrer dans la maison de la victime son complice, William Rolland, venu pour voler argent et objets de valeur. Selon elle, les deux hommes se seraient battus à l’étage. Lorsqu’elle est montée, Jean-Jacques Le Page était au sol mais vivant. Elle aurait alors quitté les lieux dans un état second. À l’en croire, c’est son complice qui aurait ensuite tué la victime et mis le feu à la maison pour faire disparaître le cadavre. William Rolland, parti à Marseille après les faits, a été interpellé là-bas.

Des aveux mais pas d’ADN

Placé en garde à vue, il aurait fait des aveux aux enquêteurs. Des aveux sur lesquels il est revenu, dénonçant «la pression» dont il avait fait l’objet lors de l’interrogatoire. La police scientifique a retrouvé des traces de l’ADN de Laëtitia Monier mais elle n’a rien trouvé qui puisse établir la présence de William Rolland. Ce dernier a d’ailleurs été remis en liberté, voici un peu plus d’un an. La jeune femme, qui maintient ses accusations et ses déclarations d’innocence, a vécu cette libération comme une injustice. Le juge d’instruction de Brest a d’ailleurs estimé, la semaine dernière, que la détention avait assez duré, en rendant une ordonnance de mise en liberté sous contrôle judiciaire. Le parquet avait alors fait appel et c’est la chambre de l’instruction de la cour qui va maintenant décider.

Confrontation le 17 février

Pour l’avocate générale, il convient de prolonger la détention. «Il faut pouvoir continuer les investigations», a-t-elle dit. «Une expertise sur des traces de chaussures est en cours et des confrontations doivent avoir lieu rapidement». Le résultat de ces expertises, qui pourraient établir la présence sur les lieux de William Rolland, devrait être connu avant trois mois. Quant aux confrontations, la prochaine est prévue le 17 de ce mois. Selon la défense, Laëtitia Monier «porte le chapeau» et tout, dans ce dossier, concourt à établir qu’elle n’a pas tué: pas de mobile, des vêtements sans taches de sang, un couteau dont elle se serait évidemment débarrassé si elle avait tué et le fait qu’elle soit restée à Plougonvelin. Pour Me Appéré, son maintien en détention n’est dû qu’à une chose: «La justice n’aime pas reconnaître ses erreurs», a-t-il lancé en remarquant que les investigations en cours concernent uniquement William Rolland. «Il est difficile de se dire qu’on a peut-être remis le coupable en liberté».



http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/cotesarmor/meurtre-de-plougonvelin-lola-sort-de-prison-20-08-2011-1404752.php

Meurtre de Plougonvelin. Lola sort de prison


Publié le 20 août 2011
 
L'instruction n'ayant pas «démontré ce qu'il s'est réellement passé» dans la...
L’instruction n’ayant pas «démontré ce qu’il s’est réellement passé» dans la nuit du 23au 24juillet 2009, la cour d’appel a décidé de la remise en liberté de Lola. Photo archives Steven Le Roy

Incarcérée depuis deux ans dans l’affaire du meurtre de Jean-Jacques Le Page, retraité de Plougonvelin (29), Laëtitia Monier – dite Lola – va être remise en liberté. Ainsi en a décidé, hier, la chambre de l’instruction de la cour d’appel.


Le matin du 24 juillet 2009, les pompiers retrouvaient le corps calciné de Jean-Jacques Le Page dans les décombres de sa maison du Trez-Hir, à Plougonvelin, détruite par un incendie. L’autopsie devait révéler que l’homme était mort après avoir reçu un choc violent à la tête, quinze coups de couteau et un plomb de pistolet à grenaille dans l’oeil.

Médicaments alcool et confusion

Laëtitia Monier, qui avait été vue sur les lieux dans la soirée du 23, était interpellée peu de temps plus tard. La jeune femme, une employée de bar de Brest connue de la victime sous le nom de Lola, a livré un témoignage d’une grande confusion en raison des anxiolytiques et de l’alcool qu’elle avait absorbés. À l’en croire, elle se serait rendue chez Jean-Jacques Le Page, qu’elle connaissait depuis peu, en compagnie d’un ami qui devait y commettre un cambriolage. L’opération se serait mal passée, s’achevant par un pugilat au cours duquel son complice aurait tué la victime avant d’allumer l’incendie et de prendre la fuite. Elle-même est restée au Trez-Hir où elle a été retrouvée-errant sur la plage-par des baigneurs qui ont, par ailleurs, indiqué avoir aperçu un couteau rougi dans son sac à main.

Aveux et rétractation

Le complice désigné, William Rolland, avait pris le train à Brest quelques heures après l’incendie, pour se rendre à Marseille où il a été interpellé quelques jours plus tard. Interrogé durant sept heures, il a avoué le meurtre en corroborant la version nébuleuse de Laëtitia Monier. Avant de se rétracter. Les deux jeunes gens ont été mis en examen pour assassinat, et placés en détention. William Rolland devait être mis en liberté deux mois plus tard, sous contrôle judiciaire. Lola, sans doute victime de l’imprécision de son témoignage et des modifications de versions livrées aux enquêteurs, aura dû attendre deux ans.

Mystérieuse lettre anonyme

«À chaque investigation, les charges contre Mlle Monier s’affaiblissent», a plaidé, devant la cour, son avocat Pierre Tracol, en décrivant une jeune femme bien plus maladroite que manipulatrice. «Il n’y a pas de mobile et aucun élément ne la relie au crime, sauf le fait d’avoir été vue sur les lieux», porteuse d’un «couteau souillé de traces apparemment anciennes». Un couteau qui n’avait pas été retrouvé au Trez-Hir là où Laëtitia Monier avait indiqué avoir laissé son sac, mais découvert à Brest plus de 20 mois plus tard grâce à une mystérieuse lettre anonyme indiquant le lieu où il avait été caché. «On n’y a décelé aucune trace de sang, ni aucune empreinte génétique», poursuit l’avocat. «L’instruction n’a pas démontré ce qu’il s’est réellement passé», a reconnu l’avocat général en requérant néanmoins- mais sans grande conviction-le maintien en prison. Cette fois, la cour ne l’a pas suivi et a infirmé l’ordonnance de prolongation de détention prise par le juge des libertés et de la détention. Les investigations qui vont se poursuivre devront éclaircir bien des mystères avant qu’un procès puisse avoir lieu.



http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/plougonvelin/affaire-le-page-en-quete-de-verites-28-08-2011-1411813.php

Affaire Le Page. En quête de vérités


Publié le 28 août 2011 à 06h58
 
Saura-t-on jamais ce qu'il s'est réellement passé dans la nuit du 23 au 24...
Saura-t-on jamais ce qu’il s’est réellement passé dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, au sein du domicile de Jean-Jacques Le Page ? (Photo Archives Eugène Le Droff)

Plus de deux ans après le meurtre de Jean-Jacques Le Page, à Plougonvelin (29), les deux mis en examen sont libres, placés sous contrôle judiciaire et attendent désormais les suites judiciaires à cette affaire. À l’heure où l’instruction de cet incroyable dossier tire à sa fin, «Lola» et William Rolland n’en finissent plus de clamer leur innocence.


Lola

Laëtitia Monier, dite «Lola» ou encore appelée «Marie» par William Rolland est incontestablement le personnage clé de cette affaire. Cette jeune femme, aujourd’hui âgée de 27 ans, a été la première interpellée le 29 juillet 2009, cinq jours après le meurtre de Jean-Jacques Le Page. Employée au «46», un bar à hôtesses du centre-ville de Brest, elle l’avait rencontré peu de temps avant et avait accepté, ce fameux soir du 23 juillet, de le suivre dans sa résidence plougonvelinoise.

Que s’est-il passé là-bas ? Quelques certitudes : elle et lui ont mangé vers 20 h dans une cafétéria brestoise puis se sont rendus sur la côte vers 20 h 35. Dans la résidence de ce retraité, ils ont bu un verre ensemble. Des traces d’ADN appartenant à la jeune femme ont ainsi été collectées sur le verre. Il ressort également que Lola a rencontré un groupe de jeunes à la sortie d’un bar de la station balnéaire. Il est alors 23 h 30, une photo sera prise avec un téléphone portable à 23 h 57. Elle se rend ensuite dans une villa où la fête se poursuit. L’un des jeunes va voir deux couteaux dans un gros sac. Les lames seraient ensanglantées, «mais avec du vieux sang, comme le disent les témoins», corrige le nouvel avocat de Laëtitia Monier, Me Pierre Tracol.

Il apparaît encore qu’à l’heure de midi, le lendemain, Lola va aller se baigner à la plage du Curé tout habillée. Là encore, les couteaux sont vus comme ils seront vus par ceux qui vont finalement la prendre en stop jusqu’à Brest. En juin 2011, près de deux ans après les faits, la juge Mathilde Boissy reçoit une lettre anonyme lui indiquant que les couteaux et le sac se trouvent dans le quartier de Recouvrance, à Brest. Sur l’enveloppe, une trace d’ADN a été trouvée, mais pas identifiée. Les objets sont pourtant récupérés, analysés. Les lames sont souillées, «mais par aucune trace de sang humain», avance son avocat qui estime que cette piste s’essouffle et joue aujourd’hui en faveur de Lola.

Car la jeune femme a toujours nié le crime, même si ses versions sur la scène qu’elle aurait vue, puis seulement aperçue, ont varié au fil du temps. La faute, selon sa défense, à «une personnalité plastique qui épouse toujours la version de son contradicteur». Elle n’a jamais contesté s’être rendue chez Jean-Jacques Le Page mais a mis en cause tour à tour William Rolland puis un certain Habib comme responsables du meurtre. Elle assure même s’être sauvée de la maison lorsque, selon elle, une bagarre aurait éclaté entre le retraité et William Rolland qui serait venu cambrioler la maison. Mais où ? Au rez-de-chaussée de la résidence comme elle a commencé par le dire ? Ou dans la chambre à l’étage où le corps dénudé, seulement vêtu d’une ceinture herniaire, et calciné de Jean-Jacques Le Page a été retrouvé ? Là encore, ses versions divergent.

Lors d’audiences publiques, la jeune fille a montré un visage mystique, habitée par une grande foi catholique. Il a été prouvé par le biais d’une expertise qu’elle est toujours vierge. Elle n’a cessé de demander sa libération qui est finalement intervenue à la mi-août. «Six mois avant, le juge brestois Fransois avait déjà raison en la libérant», s’indigne Me Tracol.

William Rolland

Une constante : ce grand échalas lymphatique, vu errant à la reconstitution du 9 novembre 2009, a toujours été mis en cause par Lola. Aujourd’hui âgé de 24 ans, William Rolland n’a purgé que deux mois de détention provisoire à la suite d’aveux passés en garde à vue, à Marseille. Il s’est rétracté lors de sa première audition devant le juge d’instruction et depuis, il certifie ne s’être jamais rendu sur les lieux. Épaulé par Me Patrick Larvor, William Rolland met en avant des horaires incompatibles avec la commission du meurtre : son portable a déclenché une borne à Brest à 22 h 30 et son voisin l’a accueilli à 23 h 58. Il a ensuite été vu en bas de la rue de Siam, à Brest, à plus de 30 km de la scène de crime. Il lui reste donc une heure et demi pour faire l’aller-retour mais William Rolland n’a ni voiture ni permis de conduire. Aucun taxi n’a fait la route.

Contre lui, il ne reste que les versions de Lola, une trace de chaussure laissée sur la cuvette des toilettes «compatible avec la sienne mais il n’est pas certain que ce soit la sienne», dit l’expertise, et les aveux. Aveux érodés par l’expertise psychologique du jeune homme qui montre un comportement infantile et l’impossibilité de subir la pression sans craquer. Il aura aussi à expliquer pourquoi, au lendemain du crime, il a pris le train avec son voisin pour Marseille. Une coïncidence, a-t-il toujours expliqué.

La victime

Alors qui ? Lola et William Rolland ? Un des deux ? Aucun des deux ? «Je m’interroge sur le mobile et sur la présence d’un tiers», suppute aujourd’hui Pierre Tracol. Il a dans ses cartes une empreinte ADN n’appartenant à personne de connu et retrouvée sur un bouton de volet. Et il reste encore l’emploi du temps de Jean-Jacques Le Page à éclaircir. Pourquoi a-t-il téléphoné à Lola le soir fatal, à 21 h 40 ? Pourquoi a-t-il été vu en train «de chercher quelqu’un» dans un café voisin entre 20 h 30 et 21 h 45? Lola dit avoir été la dernière personne à l’avoir vu vivant, avant la rixe. Peu après, certainement, un voisin l’ayant reconnu route de la Corniche, près de chez lui. Il était alors 22 h 30…



http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/ville/brest-lola-de-nouveau-en-garde-a-vue-16-10-2011-1466595.php

Brest. « Lola » de nouveau en garde à vue


Publié le 16 octobre 2011 à 11h58
Modifié le 16 octobre 2011 à 14h47
 

Laëtitia Monier, dite « Lola », impliquée dans une rixe à la sortie d’une discothèque, au port de commerce à Brest, dans la nuit de vendredi à samedi, a été placée en garde à vue. Elle sera déférée devant le parquet de Brest, cet après-midi.


Alcoolisée, « Lola« , âgée de 27 ans a tenté de subtiliser le téléphone portable d’une jeune femme de 24 ans, à l’aide d’une bombe lacrymogène et d’un couteau dont elle aurait menacé sa victime.

« Lola » est cette ex-hôtesse d’un bar de nuit brestois, poursuivie pour l’assassinat de Jean-Jacques Le Page, un retraité retrouvé mort en juillet 2009 dans sa maison de Plougonvelin, le corps lardé de 15 coups de couteau.

Faute de preuve évidente, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes avait remis Laëtitia Monier en liberté conditionnelle en août dernier.




http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/strenanouess/plougonvelin/affaire-le-page-qui-a-ecrit-la-lettre-anonyme-10-11-2011-1494991.php

Affaire Le Page. Qui a écrit la lettre anonyme ?


Publié le 10 novembre 2011 à 19h00
Modifié le 10 novembre 2011 à 19h09
 
Affaire Le Page.  Qui a écrit la lettre anonyme ?

L’affaire Le Page rebondit encore, trois ans et demi après le meurtre de Jean-Jacques Le Page, à Plougonvelin, près de Brest. Selon nos sources, l’enquête est relancée et pourrait durer encore une bonne année. Cette actualité tient à deux faits nouveaux.


D’une part, un caméscope, partiellement calciné, aurait été retrouvé dans les décombres de la chambre de la victime. Il serait en bon état et montrerait des scènes assez chaudes, mais sans Lola.

Par ailleurs, une expertise graphologique de la lettre anonyme reçue par les juges d’instruction et qui indiquait, avant l’été, où se trouvaient un sac et des couteaux ayant peut-être servi au crime, est en cours.

Plus d’informations dans Le Télégramme de demain



http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/finistere/affaire-le-page-qui-a-ecrit-la-lettre-anonyme-11-11-2011-1495152.php

Affaire Le Page. Qui a écrit la lettre anonyme?


Publié le 11 novembre 2011
 
Dire que l’affaire Le Page rebondit encore, trois ans et demi après le meurtre initial de Plougonvelin, peut paraître surréaliste. Et pourtant! Selon nos sources, l’enquête repart pour un tour qui pourrait encore durer une bonne année. Cette actualité tient à deux faits nouveaux. D’une part, la fille de Jean-Jacques Le Page, lors d’une visite de la maison, située route de la Corniche, aurait retrouvé dans les décombres de la chambre un caméscope partiellement calciné mais dont la cassette VHS serait en bon état et montrerait des scènes assez chaudes, mais sans Lola. Ce matériel sera bien évidemment examiné avec le plus grand soin mais à cette heure, le parquet se refuse à imaginer que l’appareil ait pu être déposé postérieurement au crime de l’audioprothésiste. Pour autant, il a demandé de dater l’appareil. Dans le même ordre d’idée, sans qu’il n’y ait nécessairement de cause à effet, une expertise graphologique de la lettre anonyme reçue par les juges d’instruction et qui indiquait, avant l’été, où se trouvaient un sac et des couteaux ayant peut-être servi au crime, est en cours. Il y a deux semaines, William Rolland et Laëtitia Monnier, les deux seuls mis en examen pour l’assassinat de Jean-Jacques Le Page, ont été priés de se présenter au palais de justice pour des exercices d’écriture. Les résultats ne sont pas encore connus. Mais une question demeure. Quelqu’un, très proche de l’enquête et qui, selon nos informations, disposerait d’informations encore tenues secrètes, semble désormais tourner très près de la gigantesque nébuleuse de ce fait divers qui tient en haleine enquêteurs et machine judiciaire depuis maintenant trois ans.



http://www.letelegramme.fr/une/degradations-a-brest-lola-hospitalisee-d-office-13-01-2012-1563342.php

Dégradations à Brest. « Lola » hospitalisée d’office


Publié le 13 janvier 2012 à 09h10


Décidément, « Lola » n’a pas fini de faire parler d’elle. Mise en examen depuis juillet 2009 dans l’enquête sur l’assassinat de Jean-Jacques Le Page à Plougonvelin (29), Laëtitia Monier, dite « Lola« , a purgé deux ans de détention provisoire. Remise en liberté, sous contrôle judiciaire, en août dernier, elle a de nouveau été interpellée en octobre.

La justice lui reprochait cette fois un vol de téléphone portable avec violence ayant entraîné une incapacité de travail et un port d’arme illégal (un couteau). Pour ce délit, elle a été condamnée en décembre dernier à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel. À peine un mois plus tard, « Lola » s’est encore fait remarquer.

Mardi soir, place Guérin, à Brest, elle a été arrêtée après avoir dégradé une dizaine de véhicules en stationnement. La jeune femme n’était visiblement pas dans un état normal. Incapable d’être entendue par la police, elle a fait l’objet d’une procédure d’hospitalisation d’office.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/meurtre-de-plougonvelin-le-proces-du-28-fevrier-au-10-mars-a-quimper-03-11-2016-11279384.php

Meurtre de Plougonvelin. Le procès du 28 février au 10 mars à Quimper
 
Publié le 03 novembre 2016 à 20h17
 
Photos d'archives Steven Le Roy
Photos d’archives Steven Le Roy

Le meurtre de Jean-Jacques Le Page, en juillet 2009, à Plougonvelin (29), donnera lieu à un procès fleuve qui se tiendra du 28 février au 10 mars 2017, à Quimper.


Presque huit ans. C’est le temps qu’il aura fallu pour pouvoir audiencer le procès aux assises de Laetitia Monier, dite « Lola », et de William Rolland. Ils seront renvoyés à Quimper du 28 février au 10 mars pour le meurtre de Jean-Jacques Le Page, survenu à Plougonvelin (29), en juillet 2009.

Ils sont également mis en accusation pour la destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes. La cour s’est donc donné du temps pour plonger dans cette nuit mystérieuse où cet audioprothésiste de 68 ans a été lardé de quinze coups de couteau avant que sa résidence surplombant la mer ne soit incendiée.

Dix jours de débats

L’enquête, riche en rebondissements et controverses, permettra-t-elle d’asseoir la culpabilité des deux accusés ? Les dix jours de débat ne seront sans doute pas de trop pour parvenir à une vérité judiciaire qui sera, sans nul doute, difficile à établir.

L’accusation sera portée par l’avocat général Emmanuel Phelippeau tandis que Laetita Monier sera défendue par Mes Pierre Tracol et Pierre Rustique. William Rolland, libre depuis octobre 2009, sera pour, sa part, assisté de Mes Patrick Larvor et Thierry Fillon. Trois parties civiles seront également représentées.



http://www.letelegramme.fr/finistere/affaire-le-page-le-proces-huit-ans-apres-27-02-2017-11414583.php

Affaire Le Page. Le procès huit ans après


Publié le 27 février 2017 à 00h00
Modifié le 27 février 2017 à 05h09
 
Une reconstitution du crime avait eu lieu le 9 novembre 2009, dans la maison bourgeoise, à Plougonvelin.
Une reconstitution du crime avait eu lieu le 9 novembre 2009, dans la maison bourgeoise, à Plougonvelin.

Ce mardi, un procès hors normes s’ouvrira aux assises de Quimper. Un procès qui affole le temps, qui affole la raison, qui affolerait même les scénaristes les plus fous. Ce mardi, s’ouvrira à Quimper le procès de Lola et de William Rolland, renvoyés tous deux pour l’assassinat de Jean-Jacques Le Page, à Plougonvelin (29), il y a presque huit ans.


Les pompiers auraient dû écouter la voix de cette femme, qui les appelle dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009. Elle habite Plougonvelin, station balnéaire sur la mer d’Iroise, à une trentaine de kilomètres de Brest. De sa fenêtre, route de la Corniche, elle voit de la fumée s’échapper de la maison de Jean-Jacques Le Page. Mais par un hasard lourd de conséquences, les pompiers ne se déplacent pas ou tout au moins pas avant la matinée du lendemain. En ouvrant la porte, les flammes bondissent en trouvant de l’air et embrasent en un rien de temps la coquette villa d’un retraité de 68 ans, bien connu dans son lieu de villégiature mais également à Brest où il fut un audioprothésiste de renom. Ce sont les pompiers qui seront les premiers mis sur le gril, s’excusant de leur négligence une fois le corps calciné du propriétaire retrouvé dans des décombres brûlés puis noyés par l’eau.

Mais à l’autopsie du corps, la responsabilité des pompiers va s’évanouir illico. Avant d’être la proie des flammes, Jean-Jacques Le Page a été lardé de quinze coups de couteau. Personne ne se doute encore que s’ouvre à ce moment précis une histoire criminelle qui ne donnera jamais, quoi qu’il arrive, son intégrale vérité.

La faute à plusieurs éléments. Factuels d’abord : sur place, les gendarmes peinent à collecter des éléments fiables dans cette maison trop endommagée. Mais surtout, l’arrestation quelques jours plus tard de Laëtitia Monnier, une call-girl surnommée Lola, alors âgée de 24 ans, va faire basculer l’affaire au-delà du raisonnable, notamment en raison de la personnalité de celle qui sera dès demain, au coeur du procès.

William, Habib et les versions dissonantes


Jean-Jacques Le Page a rencontré Lola dans un bar à hôtesses de Brest, le « 43 », en plein centre-ville, quelques semaines ou mois plus tôt. Après son arrestation, Lola ne restera constante que sur deux points. Oui, elle a été chez lui ce soir-là et non, elle ne l’a pas tué. Pour le reste, elle va servir aux enquêteurs des explications aussi mouvantes que les sables. Dès le début de l’enquête, elle met en cause William Rolland, un échalas un peu mou, copain de galère de la jeune fille, sur la rive droite brestoise. Il est arrêté à Marseille, début août 2009, et avoue en garde à vue le meurtre du sexagénaire. Avant de se rétracter presque aussitôt.

Plusieurs questions se posent rapidement. Contre lui, celle de son voyage à Marseille au lendemain du meurtre. « Un hasard » répondra-t-il constamment. Pour lui, ce bornage téléphonique de la soirée du 23 juillet qui montre son impossibilité temporelle d’avoir fait le voyage Brest-Plougonvelin aller-retour. Surtout que William Rolland n’a pas de permis, pas de voiture et qu’aucun taxi n’a fait la route ce soir-là. Contre toute attente, William Rolland est remis en liberté à peine plus de deux mois après son arrestation, ne subissant qu’un contrôle judiciaire spécialement léger.

Lola mettra aussi en cause un certain Habib qui parviendra à se dédouaner sans difficulté. Mais des mois après le crime, la juge d’instruction Mathilde Boissy reçoit une lettre anonyme lui indiquant où se cachent les couteaux ayant servi au meurtre. Ils sont retrouvés dans un sac, à Recouvrance, ensanglantés mais le sang s’avérera être animal. Il s’avérera de la même manière que c’est Habib qui a écrit la lettre…

Le mystère Lola


Et il y a Lola. Catholique convaincue, brandissant devant le juge des libertés et de la détention un certificat de virginité. Lola, récupérée errant dans les rues de Plougonvelin le soir du drame par une troupe de jeunes en goguette et qui l’amèneront chez eux. Où des couteaux seront vus. Et seront revus le lendemain par une famille pique-niquant sur une petite plage dite du Curé, alors que Lola se baigne habillée.

Que s’est-il passé chez Jean-Jacques Le Page ce soir du 23 juillet 2009 ? Pourquoi le retraité a-t-il été vu rue de la Corniche vers 22 h 30, « en cherchant quelqu’un » ? Huit ans d’instruction, de navettes judiciaires et de rebondissements n’auront pas suffi à faire la lumière intégrale. Le procès d’assises permettra-t-il de lever les zones d’ombre ?



http://www.letelegramme.fr/bretagne/neuf-jours-d-audience-pour-un-stock-de-questions-27-02-2017-11414550.php

Affaire Le Page. Neuf jours d’audience pour un stock de questions


Publié le 27 février 2017 à 00h00
Modifié le 27 février 2017 à 05h07


Le procès de Lola et de William Rolland s’ouvrira demain et durera jusqu’au vendredi 10 mars. Il faudra, en effet, du temps pour éclaircir les zones mystérieuses qui planent encore sur ce dossier.

La personnalité de la victime. La personnalité de Jean-Jacques Le Page devrait aussi prendre du temps aux juges et aux jurés. Homme reconnu et apprécié, il avait toutefois un goût pour les bars à hôtesses où il avait rencontré Lola. Quelle était la nature de leur relation ?

Certaines sources proches de l’enquête affirment qu’à l’époque du printemps 2009, l’homme aurait nourri un sérieux béguin pour la jeune fille. Une époque où en parallèle, il avait reconnu une fille naturelle déjà majeure, qui sera partie civile au procès, ainsi que son fils et sa soeur.

Le mystère de la bille de plomb. Lors de l’autopsie, le médecin légiste a retiré de l’orbite de la victime une bille de plomb semblable à une grenaille tirée à l’aide d’une arme à feu. Mais aucun pistolet n’a été retrouvé… De la même façon, comment expliquer qu’un caméscope ait été retrouvé lors de la rétrocession de la maison à la famille plus d’un an après le drame ? L’appareil se trouvait en état de marche sous le lit. Et encore, cette trace de semelle de chaussure de marque Van’s sur la lunette des toilettes. « Elle est compatible avec les chaussures de William Rolland mais rien n’indique que ce soit la sienne ».

L’avant-soirée à Plougonvelin. Il est acquis qu’en début de soirée Jean-Jacques Le Page a récupéré Lola et qu’ils ont fait route ensemble de Brest vers son domicile.

Il l’a invitée à dîner dans une cafétéria puis ils sont rentrés. Après ? On sait que l’homme a été vu dans un café voisin entre 20 h et 21 h 45 « en train de chercher quelqu’un ». On sait aussi qu’il a téléphoné à Lola vers 21 h 40. Pourquoi ? Pas de réponse connue pour l’instant.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-le-page-ce-n-est-pas-clair-dans-ma-tete-01-03-2017-11417199.php

Affaire Le Page. «Ce n’est pas clair dans ma tête»


Publié le 01 mars 2017 à 00h00
Modifié le 01 mars 2017 à 05h00
 
Un témoin clé s'est fait porter pâle, hier, à une semaine de son audition, soulevant la colère de Mes Rajjou, Balan et Launay, avocats des parties civiles.
Un témoin clé s’est fait porter pâle, hier, à une semaine de son audition, soulevant la colère de Mes Rajjou, Balan et Launay, avocats des parties civiles.

Une nouvelle fois, Lola a varié dans ses explications, ce mardi, au premier jour du procès du meurtre de Jean-Jacques Le Page, en 2009, à Plougonvelin. La cour d’assises du Finistère a commencé à se pencher sur la personnalité des deux accusés.


« Je prends du valium depuis dix ans. J’ai des trous de mémoire ». Cheveux noirs tirés en arrière, Laëtitia Monier, dite Lola, a perdu de sa superbe. « À l’époque, vous étiez drôlement jolie. Ça ne veut pas dire que vous ne l’êtes plus », commente Me Balan, l’un des avocats des parties civiles. Hier, au premier jour du procès du meurtre de Jean-Jacques Le Page, tué dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, à Plougonvelin, la jeune femme qu’il avait rencontrée au « 43 », un bar à hôtesses brestois, a livré une nouvelle version des faits.

Lola a continué à crier son innocence, évoquant un projet de cambriolage imaginé par William Rolland, son coaccusé. Un projet qui aurait mal tourné, conduisant à la mort du commerçant, retraité de 67 ans. Son corps calciné, lardé de quinze coups de couteau, avait été retrouvé dans les décombres de sa maison du boulevard de la Corniche.

Selon sa nouvelle version, elle aurait été invitée à quitter les lieux par la victime qui était parvenue à désarmer son ami. Évoquant la présence d’un certain Habib -dont l’implication a été écartée au cours de l’instruction- elle décrit, de façon décousue et incohérente, avoir ramassé le couteau sur la plage pour le placer dans son sac, avant d’être appelée par la victime. L’un des deux couteaux ensanglantés vus dans la nuit par un groupe de jeunes qui l’avait prise en stop, puis par des témoins, le lendemain, sur la plage.

« Ça fait beaucoup de choses qui changent », lui fait remarquer la présidente, Claire Fouquet-Lapar. « Ce n’est pas clair dans ma tête », admet Lola.

« J’ai menti »


Une jeune femme sous le joug de sa mère qu’elle qualifie d’accaparante. Depuis ses 7 ans, les deux femmes ont longtemps vécu en vase clos. Privée de scolarité au gré de la pérégrination des deux femmes en Europe, elle évoque la prostitution de sa mère comme modèle. Elle était devenue à son tour hôtesse dans des bars brestois, « parce qu’on ne couche pas en France », insiste celle qui défend la virginité par conviction religieuse. « Ce n’est pas contradictoire ? », questionne Claire Fouquet-Lapar. « La masturbation, pour moi, ce n’est pas de la prostitution. C’est une sorte de massage », soutient Lola.

Si elle n’a jamais formellement désigné « Will » comme l’auteur des coups de couteau, la jeune femme s’est montrée encore plus prudente, hier : « Je ne pense pas qu’il ait tué le monsieur. Il a dû s’enfuir avant. Tout ce qu’il voulait, c’était l’argent ». « Lors de votre première audition, vous avez dit avoir vu Jean-Jacques Le Page avec du sang », lui rappelle la présidente. « J’ai menti », répond l’accusée.

Le témoin clé absent


« On m’a traîné dans la boue », martèle William Rolland. Le jeune homme, âgé de 29 ans, s’était rétracté devant le juge d’instruction après avoir livré des aveux qu’il dit extorqués. Pourtant décrit comme intelligent, il avait reconnu être l’auteur des coups. « William, c’était une proie facile. Je sais qu’il est innocent », défend sa tante. Un témoignage tempéré par les bagarres et une affaire d’extorsion pour laquelle il avait été condamné après sa sortie de détention provisoire. « Vous ne pensez pas que c’est de la violence d’être accusé à tort ? Il a vécu l’horreur en détention », martèle la tante.

William Rolland avait été remis en liberté grâce, notamment, à l’alibi d’un ami qui l’avait accompagné à Marseille, au petit matin du 24 juillet. Un homme, témoin clé, qui s’est fait porter pâle, hier, à une semaine de son audition, soulevant la colère des parties civiles. La cour dira, ce matin, si elle entend se passer de son audition.



http://www.letelegramme.fr/finistere/plougonvelin/affaire-le-page-la-mere-de-lola-n-a-pas-tout-dit-01-03-2017-11418456.php

Affaire Le Page.  »La mère de Lola n’a pas tout dit »


Publié le 01 mars 2017 à 19h58
 
Une reconstitution de l'affaire s'était déroulée dans les décombres  de la villa brûlée de la victime. (Photo d'archives Eugène Le Droff)
Une reconstitution de l’affaire s’était déroulée dans les décombres de la villa brûlée de la victime. (Photo d’archives Eugène Le Droff)

Appelée à témoigner devant les assises de Quimper, ce mercredi, la mère de Lola, incapable de justifier de son emploi du temps la nuit du meurtre de Jean-Jacques Le Page, s’est retrouvée sur la sellette. Son téléphone avait borné près de Plougonvelin (29), au matin des faits.


« Est-ce que votre mère était présente ce soir-là avec vous ? » Questionnée par Me Rajjou, partie civile, Lola cherche de l’aide dans le regard de ses avocats. Après un long moment d’hésitation, la jeune femme, coaccusée du meurtre de Jean-Jacques Le Page, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, à Plougonvelin (29), répond par la négative. Avant de tempérer ses explications: « Elle est incohérente ».

La deuxième journée de procès a ajouté un peu plus d’incertitudes aux débats de l’affaire Le Page, ce mercredi, devant la cour d’assises du Finistère. Appelée à témoigner de la personnalité de sa fille, la mère de Laëtitia Monier n’a pas supporté le feu des questions des parties civiles et de l’avocat général. « Je suis malade, ne me triturez pas trop », insiste le témoin, avant de s’effondrer en larmes à la barre.

À plusieurs de ses codétenues, Lola avait pourtant confié que sa mère était présente ce soir-là. « Elle aurait pu, mais elles mentent », répond l’accusée. « Elle a de l’imagination, elle peut inventer des scénarios », confiait, plus tôt, la retraitée, en réponse à une question de Me Larvor, l’avocat de William Rolland, sur la mythomanie de sa fille soulevée par le Dr Cozic, l’un des experts psychiatres.

Son téléphone tout près de la villa 

Oui mais voilà, plusieurs questions restent sans réponse, de l’avis du ministère public et des parties civiles. À commencer par son arrivée en train, dans l’après-midi du 23 juillet. Une simple coïncidence, selon la mère de Lola : « Je voulais l’éloigner de Brest ».

Elle réfute l’avoir vue ce jour-là. Entendue par les gendarmes, elle avait expliqué avoir passé la soirée aux Jeudis du port. Ce mercredi, en réponse à une question de Me Rajjou, la femme a soutenu être restée se reposer dans l’appartement de sa fille, avant de se défendre en expliquant ne plus s’en souvenir, huit ans après les faits. Une nuit au cours de laquelle son téléphone était resté muet. Avant de borner, au matin des faits, près du Conquet, à seulement quelques kilomètres de la villa de Jean-Jacques Le Page. « Je suis allée au Conquet en bus, je n’y étais pas. Je n’y suis jamais allée », insiste-t-elle après avoir parlé de « la grande maison » de la victime.

À la disposition de la justice 

Baskets aux pieds, la retraitée n’est pas davantage à l’aise quant aux enregistrements de ses conversations avec sa fille, les jours suivant. Les deux femmes parlaient par code, Lola cherchant à savoir si les gendarmes étaient venus à son appartement de Recouvrance. « Vous portez des Adidas. Il vous arrive de porter des Vans ? », questionne, à son tour, Stéphane Cantéro.

Sans le dire, l’avocat général fait référence aux traces de semelles relevées dans les toilettes de la maison incendiée. « Non… Moi, c’est du 42, je crois qu’on avait retrouvé du 43″, justifie-t-elle, conduisant l’avocat général à demander à la présidente d’acter les déclarations du témoin. Des éléments qui, pour Me Rajjou, « permettent de penser que la mère de Lola n’a pas tout dit ».

À la demande des parties civiles et du ministère public, la cour a ordonné que le témoin reste à la disposition de la justice.



http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/affaire-lola-les-dernieres-heures-de-la-victime-4831213

Affaire Lola. Les dernières heures de la victime


Modifié le 02/03/2017 à 21:56 | Publié le 02/03/2017 à 20:06
 
  • Pierre-Hector Rustique et Pierre Tracol, avocats de Lola.
    Pierre-Hector Rustique et Pierre Tracol, avocats de Lola. | Crédit photo : Thierry Creux

Mickaël LOUÉDEC.

Au tribunal ce jeudi, les experts se sont attardés sur les circonstances de la mort de Jean-Jacques Le Page, via le témoignage d’experts. Un avocat a évoqué « un acharnement ».

« Un vrai massacre. » La phrase est lâchée jeudi matin, devant la cour d’assises du Finistère, par Me Balan, avocat des parties civiles. Il commente l’expertise du Dr Saccardy, médecin légiste qui a examiné le corps « carbonisé » de Jean-Jacques Le Page, le 25 juillet 2009.

La veille, le cadavre de cet audioprothésiste réputé de la région brestoise était retrouvé dans sa villa en flammes, à Plougonvelin.


Le Dr Saccardy explique avoir noté la présence de quinze plaies au niveau du thorax de la victime. La cause du décès ? Pas sûr. « J’ai aussi constaté un saignement interne de la boîte crânienne, qui peut être dû à un traumatisme », assure la légiste.

Une analyse contredite quelques minutes plus tard par d’autres professionnels de la médecine légale. Les Dr Bouvet et Le Gueut expliquent que « ce traumatisme cérébral serait le fait de la carbonisation ».

Les trois experts s’accordent au moins sur un point : un projectile a été retrouvé dans l’orbite droit de la victime. « Un calibre 11, tiré a priori d’un pistolet à grenaille », selon Marcel Ballester, expert en balistique. Un « plomb » qui ne provient pas du pistolet retrouvé près de la victime.

Signes de lutte


Cette blessure n’aurait pas été fatale à Jean-Jacques Le Page, mais elle rajoute au calvaire qu’a pu endurer le retraité de Plougonvelin, qui présente aussi des entailles au niveau des avant-bras. Probable signe d’une lutte, selon le Dr Saccardy.

La matinée de jeudi a aussi été l’occasion, pour les avocats de Laëtitia Monier – alias Lola – une ex-call girl, de mesurer le degré d’implication possible de leurs clients. Me Rustique rappelle qu’une voisine a vu une lumière s’éteindre à 5 h du matin, dans la villa de la victime. À cette heure, sa cliente était en soirée.

« L’acharnement »


Il n’a pas non plus manqué de faire dire à l’experte qu’il fallait « une certaine force » pour sectionner un des cartilages de la victime, au niveau des côtes. Laëtitia Monier est chétive, presque frêle.

A-t-elle pu tout de même porter les coups de couteau ? A-t-elle été aidée ? William R., co-accusé, nie toujours sa participation aux faits. Le bornage de son téléphone, à Brest au moment des faits, parle pour lui.

« Aucune chance »


Lundi, l’audition des accusés devrait apporter un éclairage sur « l’acharnement » dont a été victime Jean-Jacques Le Page, dixit Me Balan. À la barre, une des expertes est lapidaire : « La victime n’avait aucune chance de s’en sortir. »

Pendant ce temps, Lola, les yeux clos, la tête penchée, semble ne plus lutter contre le sommeil. Ce vendredi, démarre le quatrième jour d’audience. Il en reste six.



http://www.letelegramme.fr/finistere/plougonvelin/affaire-le-page-le-mystere-lola-03-03-2017-11419840.php

Affaire Le Page. Le mystère « Lola »


Publié le 03 mars 2017 à 09h16
 
De gauche à droite : Me Tracol, MeLarvor et Me Rustique, les avocats de la défense.
De gauche à droite : Me Tracol, MeLarvor et Me Rustique, les avocats de la défense.

Attachée à sa virginité, elle travaillait pourtant dans un bar à hôtesses. Personnalité complexe, Lola a été décrite par les experts comme une jeune femme à l’enfance carencée, hier, lors d’une journée plus favorable à son coaccusé.


Voûtée dans le box, Laëtitia Monier a écouté, d’une oreille attentive, les experts défiler à la barre de la cour d’assises, hier, au troisième jour du procès de l’affaire Le Page. Une posture corporelle lourde de sens pour Françoise Keruzoré. L’experte psychologue avait été marquée par la tenue de la jeune femme lors de son expertise. Comme dans le box, elle portait des vêtements fermés jusqu’au menton. Une tenue tout en contradiction avec « la robe sexy portée comme tenue de travail ». Une attitude qui témoigne, de son avis, d’un rapport au corps compliqué pour cette jeune femme « à la personnalité très complexe ». Mardi, Claire Fouquet-Lapar, la présidente de la cour d’assises, avait déjà évoqué les condamnations prononcées après le meurtre de Jean-Jacques Le Page, en juillet 2009, à Plougonvelin. Notamment l’affaire d’un coup de couteau qu’elle avait porté à un homme au flirt trop poussé. « Elle a un sentiment de danger à l’idée d’effraction de son corps », estime Françoise Keruzoré. L’experte psychologue y voit la conséquence d’une enfance carencée : « Elle a été élevée dans une grande pauvreté de contacts familiaux ».

« Elle finit par se mentir à elle-même »


Cette absence de socialisation est la conséquence d’une relation qualifiée de pathologique entre Lola et sa mère. « Elles fonctionnaient sur la méfiance. Le noyau paranoïaque, c’était elles contre le reste du monde. » Qualifiée d’intelligente, « elle est fine pour obtenir ce qu’elle veut ». Des carences à l’origine des troubles de la personnalité, décrits par l’ensemble des experts. Elle se réfugiait dans l’alcool et les stupéfiants, la conduisant à des épisodes de violence mal contenue. Ou à avoir recours au mensonge : « Elle finit par se mentir à elle-même et ne plus être en mesure d’accéder à la réalité », décrit, pour sa part, le Dr Cozic. Son confrère, le Dr Masson, y voit de la psychoplasticité modifiant son discours en fonction de l’interlocuteur. « Est-ce une démarche volontaire ? », questionne Me Tracol, avocat de Lola. « En général, c’est volontaire », estime l’expert. Il émet l’hypothèse d’une amnésie défensive : « Elle s’exprime facilement sur un sujet neutre. Quand on aborde les faits, c’est différent ». Avant de tempérer son propos en réponse à une interrogation de Me Rustique, le second conseil de Lola, sur l’influence de l’alcool sur les troubles de la mémoire : « Ça peut y contribuer ».

Un revolver introuvable


La journée d’hier a été plus favorable à William Rolland. Coaccusé du meurtre et de la destruction de la villa de Plougonvelin par incendie, le jeune homme a bénéficié de l’audition des experts en médecine légale, auteurs de la deuxième autopsie de la victime. Les deux médecins ont confirmé que les quinze coups de couteau étaient bien à l’origine de la mort, balayant l’idée d’un violent coup sur la tête. Ils ont aussi qualifié d’incompréhensible l’une des expertises, à charge pour le jeune homme. Elle estimait que les blessures, qu’il évoquait comme la conséquence de chutes anciennes, étaient liées à sa présence dans un foyer d’incendie. Reste le mystère des plombs retrouvés sur le corps de la victime. De la grenaille tirée par un revolver 22 long rifle. L’arme n’a jamais été retrouvée.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-le-page-nous-attendons-la-verite-04-03-2017-11421168.php

Affaire Le Page. «Nous attendons la vérité»


Publié le 04 mars 2017 à 00h00
Modifié le 04 mars 2017 à 07h22
 
Après quatre jours de procès, le mystère reste entier quant à ce qui s'est passé il y a huit ans dans la villa du Treiz Hir, à Plougonvelin...
Après quatre jours de procès, le mystère reste entier quant à ce qui s’est passé il y a huit ans dans la villa du Treiz Hir, à Plougonvelin…

Huit ans après la mort de Jean-Jacques Le Page, sa famille attend toujours la vérité. Une vérité qui n’est pas sortie de cette première semaine de procès. Les débats reprendront lundi, à Quimper, devant la cour d’assises.


Dans le box, face aux explications du professeur Villerbu, l’expert psychologue, Laëtitia Monier s’est agacée, hier, pour la première fois depuis l’ouverture du procès du meurtre de Jean-Jacques Le Page dont le corps calciné avait été retrouvé dans les décombres de sa villa de Plougonvelin, le 24 juillet 2009. Évoquant une rage de dent, la jeune femme a quitté l’audience quelques minutes, avant de revenir. « Elle ne fait face à l’insoutenable qu’en fuyant », commente l’expert. Toujours impassible malgré les sentiments qu’elle dit avoir eus pour la victime, « Lola » n’a pas varié face aux familles.

Dignes depuis l’ouverture du procès, les enfants et le filleul du commerçant retraité se sont succédé à la barre des assises pour témoigner de la personnalité de leur père et parrain. Un homme décrit de toutes parts comme gentil, amusant et respectueux. À 67 ans, la victime n’avait pas changé, attirée depuis toujours par les femmes. « Toute sa vie, il s’est rassuré en plaisant aux femmes. Il avait de nombreuses conquêtes », reconnaît son fils.

À sa fille, le petit homme, « frêle » depuis un grave accident en 2008, avait confié son amour pour Lola, rencontrée au « Club 46 », un bar à hôtesse du centre-ville de Brest. « Il parlait de mariage ? », questionne la présidente, Claire Fouquet-Lapar. « Oui », confirme sa fille, à qui il avait dit que la jeune femme était une étudiante en médecine.

« Il n’y a qu’une personne qui a les clés »


Huit ans après les faits, les enfants de l’ancien audioprothésiste ne parviennent pas à faire leur deuil. « Nous attendons la vérité. Qu’on arrête de nous trimbaler. Ça fait huit ans qu’on nous raconte n’importe quoi », martèle le fils de la victime. Sa soeur tourne le regard vers Laëtitia Monier : « Il n’y a qu’une personne qui a les clés. Dites-nous ce qu’il s’est passé ».

Invitée par la présidente de la cour à se lever, Lola reste invariable : « La dernière fois que je l’ai vu, il m’a dit :  » prends vite un taxi  » et il a fermé la porte », soutient la jeune femme. « Vous êtes impliquée, insiste Claire Fouquet-Lapar, c’est vous qui le connaissiez, qui faites, le cas échéant, venir quelqu’un et qu’on voit avec des couteaux ». « C’est une personne que j’aimais bien. Je ne sais pas qui a fait ça… J’aurais été incapable de faire ça, surtout pas à ce monsieur ».

L’hypothèse d’aveux face à une situation compliquée


Une réponse toute faite, de l’avis du professeur Villerbu : « Elle ne cherche pas à convaincre », analyse-t-il. Face aux questions plus pressantes de la présidente, Lola évoque deux hypothèses : « Peut-être Will (son coaccusé) ou quelqu’un d’autre ».

Le jeune homme, à la personnalité qualifiée de « fragile et influençable », a bénéficié, hier, de deux expertises à nouveau favorables. Pour le Dr Chanoine, expert psychologue, William Rolland – désigné par Lola comme celui qui l’accompagnait cette nuit-là – aurait pu passer aux aveux, sous la pression de la garde à vue, pour se débarrasser d’une situation qui devenait très compliquée. « C’est assez dans sa manière de fonctionner », témoigne l’expert, auquel s’associe le professeur Villerbu.
À la lumière de ces personnalités, la cour d’assises se penchera la semaine prochaine sur les faits. Le verdict devrait être rendu jeudi soir.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-le-page-des-enqueteurs-divises-07-03-2017-11424386.php

Affaire Le Page. Des enquêteurs divisés


Publié le 07 mars 2017 à 00h00
Modifié le 07 mars 2017 à 07h42
 
Le procès des deux accusés, « Lola » et William Rolland, a repris par les auditions des enquêteurs brestois et rennais de la gendarmerie, dont les points de vue divergent.
Le procès des deux accusés, « Lola » et William Rolland, a repris par les auditions des enquêteurs brestois et rennais de la gendarmerie, dont les points de vue divergent.

La cour d’assises du Finistère a commencé à se pencher sur les faits de l’affaire Le Page, ce lundi. L’occasion d’entendre des appréciations parfois divergentes entre les différents enquêteurs.


« Quel intérêt avait Laëtitia Monier à mentir ? » L’enquêteur de la brigade de recherches de Brest est formel : « Aucun ». La réponse a fait bondir la défense de William Rolland, hier soir. Le jeune homme avait été désigné par « Lola » comme présent, le soir de la mort de Jean-Jacques Le Page, dans sa villa de Plougonvelin.

Le procès des deux accusés a repris par les auditions des enquêteurs brestois et rennais de la gendarmerie. Leurs points de vue divergent.

Le dossier paraissait pourtant « clair et limpide au départ », reconnaît le directeur d’enquête de la section de recherches de Rennes. Sur les déclarations de Lola qui reconnaissait sa présence au domicile de la victime, la nuit des faits, William Rolland avait reconnu son implication dans la mort du sexagénaire. « Il n’apportait pas d’élément corroborant ce qu’il s’est passé sur place », tempère le directeur d’enquête. « Il a fait une description de la maison. Mais des photos de la maison lui sont présentées en garde à vue », souligne-t-il, questionné par Me Fillion, l’avocat du jeune homme.

Sous le feu des questions de la défense, l’enquêteur de la brigade des recherches de Brest qui avait recueilli ses aveux reste droit dans ses bottes. Il admet avoir pu montrer des photos de l’extérieur de la maison et avoir lu quelques passages de l’audition de Lola : « Mais jamais on ne lui a dit dans quelle pièce se sont déroulés les faits, ni par où l’auteur s’est enfui », explique-t-il.

« On manquait de temps »

L’interpellation de William Rolland, à Marseille, avait pourtant placé les enquêteurs dans une position délicate, contraints de débuter leurs auditions à la dix-huitième heure de garde à vue. « On manquait de temps… On était trop court en personnel », confirme une enquêtrice de la section de recherches.

Dans ces conditions, l’enquêteur de la brigade de recherches de Brest s’était chargé seul de la dernière audition du jeune Brestois. Plus de cinq heures d’audition – après deux longues auditions durant de la nuit – au cours de laquelle il avait fini par craquer. Questionnée par la présidente de la cour d’assises, Claire Fouquet-Lapar, sur la description du gardé à vue assis sur le sol, pris de tremblements et en pleurs, la gendarme explique qu’elle aurait fait une pause. Son collègue en charge de l’audition, lui, avait qualifié l’état du jeune homme de « serein » devant la juge d’instruction. « Il était fragile », lui fait remarquer Me Larvor, son avocat. « En garde à vue pour assassinat, il n’était forcément pas à son aise », se défend l’enquêteur.

Sans arme du crime

L’officier de police judiciaire s’appuie sur des éléments techniques du dossier. À commencer par la téléphonie qui lui aurait laissé le temps de se rendre au Trez-Hir. Une théorie balayée par un troisième enquêteur de la section de recherches. « Il y a peu de probabilité qu’il ait pu commettre un tel scénario ».

Seule certitude, l’hôtesse, vue à plusieurs reprises en possession de couteaux, était bien à Plougonvelin. « Sa culpabilité ne tient que si ces couteaux sont les armes du crime ? », questionne à son tour Me Tracol, son avocat, en l’absence de l’arme du crime, jamais retrouvée. « Oui », admet le directeur d’enquête. L’analyse des vêtements des deux accusés n’a jamais permis de découvrir la moindre trace de sang, réduisant les éléments à charge. « À moins qu’ils n’en aient pas porté », corrige le directeur d’enquête.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-le-page-des-couteaux-encombrants-08-03-2017-11425744.php

Affaire Le Page. Des couteaux encombrants


Publié le 08 mars 2017 à 00h00
Modifié le 08 mars 2017 à 06h47
 
La reconstitution du meurtre de Jean-Jacques Le Page s'était déroulée le 9 novembre 2009, dans les décombres de la villa brûlée de la victime, à Plougonvelin.
La reconstitution du meurtre de Jean-Jacques Le Page s’était déroulée le 9 novembre 2009, dans les décombres de la villa brûlée de la victime, à Plougonvelin.

Dix témoins se sont succédé, ce mardi, à la barre de la cour d’assises du Finistère. Six d’entre eux ont vu Laëtitia Monier en possession d’un ou de deux couteaux, quelques heures après le meurtre de Jean-Jacques Le Page.


« Ce n’est pas banal, une fille qui se balade avec un couteau de cuisine dans son sac ». Par « pitié », le peintre en bâtiment avait accepté de transporter Lola, dans l’après-midi du 24 juillet 2009, entre Plougonvelin et Brest. Dans le fourgon, les deux ouvriers avaient vu – comme cinq autres témoins à s’être relayés à la barre, hier – le manche d’un couteau de cuisine dépasser du sac à main de la jeune femme.

« Il me semble qu’elle a dit « j’irai en prison », dans la fourgonnette. Qu’ils la prendraient pour une folle et qu’elle irait en hôpital psychiatrique… Je lui ai demandé des explications, mais elle ne m’a rien dit », témoigne l’ouvrier. Elle se serait débarrassée du ou des couteaux dans une poubelle, rue de Glasgow, à son retour à Brest. L’arme n’a jamais été retrouvée.

Hier, tout au long de la sixième journée du procès, ceux qui avaient croisé le chemin de Laëtitia Monier, durant les heures qui ont suivi le meurtre de Jean-Jacques Le Page, sont venus témoigner de leur rencontre peu ordinaire avec l’accusée.

Peu avant minuit, elle avait suivi trois jeunes hommes en camping non loin de là, invités à une soirée, dans une villa proche de la maison incendiée. Après avoir bu et s’être baignée dans la piscine, la jeune femme avait accompagné un des trois campeurs participant à la soirée sous la douche.

Un flirt à l’issue duquel le sac à main de Lola s’était renversé, laissant apparaître un couteau de boucher présentant des traces rouges. Un couteau vu par un copain du campeur dans la nuit. Puis, le lendemain matin, par l’un des deux jeunes hommes qui avaient invité le groupe à finir la soirée dans la villa. À la recherche du portefeuille de Lola, hystérique à son réveil parce qu’elle ne retrouvait pas son argent, il avait plongé la main dans le sac à main.

« J’ai sorti un couteau maculé de sang, puis un deuxième dont la lame était plus courte ».

Mémoire sélective


Menacée d’un appel à la police pour qu’elle quitte la villa où s’était passée la nuit, Lola avait réagi immédiatement en sortant de la piscine. Mais elle avait refusé de partir. Le couteau, l’accusée redit l’avoir ramassé sur la plage, abandonné, selon elle, le soir des faits, par William Rolland.

Sous le feu des questions de Me Balan, Lola peine à expliquer la raison pour laquelle elle avait mis l’arme dans son sac : « J’ai pensé que Will avait peut-être fait une connerie… Je ne sais pas quoi vous dire ».

Sang ou traces rouges ?


« Avec cette arme, vous allez faire la fête et vous vous baignez dans une piscine ? », s’étonne, à son tour, l’avocat général, Stéphane Cantéro. « Je n’ai rien à me reprocher », se défend-elle. En livrant le nom de son coaccusé, elle avait décrit des traces de sang sur le couteau. Interrogée par la présidente de la cour d’assises, la jeune femme n’en est plus aussi sûre : « Du sang ou quelque chose de ressemblant. Ce n’est pas étonnant quand on prend du valium et de l’alcool ».

Questionnée dans la foulée sur l’argent qu’elle réclamait à son réveil, l’accusée devient tout à coup prolixe, évoquant la somme de 300 € donnée par la victime pour un bain avec elle. De l’argent perdu au cours de la nuit dans la piscine, qu’elle voulait récupérer avant d’être mise dehors : « Ils m’ont jetée dehors. Je m’en souviens bien, c’est lui (NDLR : le témoin à la barre). Il avait les cheveux bouclés ».

« On peut tirer des conséquences sur ce dont vous vous rappelez ou pas », lui fait remarquer la présidente. Les derniers témoins seront entendus aujourd’hui.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/affaire-le-page-je-suis-innocente-09-03-2017-11427178.php

Affaire Le Page. «Je suis innocente»


Publié le 09 mars 2017 à 00h00
Modifié le 09 mars 2017 à 05h07
 
 
Affaire du meurtre de Jean-Jacques Le Page à Plouvonvelin en 2009 : un verdict qui ne satisfait pas dans AC ! Brest

Interrogée sur les faits, Lola a livré une nouvelle version de la nuit du 23 au 24 juillet 2009, ce mercredi, sans convaincre. Elle a toutefois fini par reconnaître avoir menti en livrant le nom de William Rolland aux gendarmes.


« Je suis innocente. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé ». Hier soir, au terme de son interrogatoire sur les faits, Laëtitia Monier a une nouvelle fois réfuté sa participation dans le meurtre de Jean-Jacques Le Page, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, à Plougonvelin. Un homicide suivi de l’incendie de la villa du Trez-Hir pour lequel la jeune femme avait livré les noms de William Rolland, son coaccusé, d’un certain Habib rapidement blanchi par l’enquête et de sa mère. Plusieurs témoins avaient également indiqué aux enquêteurs et à la juge d’instruction avoir reçu les confidences de Lola, expliquant qu’elle était l’auteur des faits. « C’est n’importe quoi », se défend l’accusée.

« Vous êtes totalement complice »


Elle a livré, hier, une nouvelle version des faits, aussi incohérente que les précédentes. « Vous ne vous rappelez pas à chaque fois de la même chose. C’est un peu gênant pour connaître la vérité », lui fait remarquer Claire Fouquet-Lapar, la présidente de la cour d’assises, devant une salle trop étroite pour accueillir un public chaque jour plus important à s’intéresser à l’affaire.

Et la jeune femme d’évoquer une nouvelle fois son arrivée dans la villa du commerçant retraité en début de soirée. Le champagne et le bain qui coule à l’étage pendant que son ami pénètre dans les lieux, selon son récit. Elle décrit William Rolland désarmant Jean-Jacques Le Page en se saisissant d’un couteau, avant d’être désarmé à son tour par le sexagénaire qui la reconduit alors à la porte. Cette fois, son coaccusé aurait réussi à prendre la fuite avant la mort du retraité. Pour la rejoindre sur la plage où elle aurait récupéré le couteau !

Questionnée par la présidente, puis par les parties civiles et l’avocat général, la jeune femme répond par un « c’est là où il y a un trou noir », à chacune de ses nombreuses incohérences.

« Ce meurtre, c’est peut-être la pire des choses. Il est totalement crapuleux. Quel que soit votre rôle, vous êtes totalement complice, vous vous rendez compte de ça ? », tente Me Balan, l’avocat de la fille de la victime. « La personne qui a fait ça, c’est très grave. Mais ce n’est pas moi », martèle Lola. Le respect qu’elle dit avoir eu pour la victime est pourtant apparu relatif au regard des SMS découverts dans le dossier « brouillon » de son téléphone portable. Elle y avait rédigé un message où elle indiquait qu’il n’avait « pas le moindre intérêt » pour elle. « C’était un autre client », réfute-t-elle.

« J’ai menti, ils voulaient une version cohérente »


Au terme de la septième journée de débats, l’explication du cambriolage imaginé par son coaccusé a été largement écornée par Laëtitia Monier elle-même, en insistant sur le fait qu’il n’était « pas déterminé que William Rolland était l’auteur des coups de couteau ».

Dès sa deuxième audition devant les gendarmes, la jeune femme avait pourtant livré le nom du jeune homme en expliquant qu’elle l’avait fait rentrer. Que sa présence rapidement découverte par Jean-Jacques Le Page avait conduit le jeune homme à contraindre la victime à monter à l’étage où elle l’avait découverte mourante. Elle avait terminé son audition en expliquant que « Will » avait décidé de mettre le feu. « J’ai menti. L’enquêteur voulait une version cohérente », a fini par admettre Laëtitia Monier, interrogée hier soir par Me Thierry Fillion, l’un des avocats du jeune homme. Et de se dédouaner aussitôt : « Ce n’est pas moi qui ai avoué le crime ».



http://www.letelegramme.fr/finistere/affaire-le-page-20-ans-requis-a-l-encontre-de-lola-09-03-2017-11428388.php

Affaire Le Page. 20 ans requis à l’encontre de Lola


Publié le 09 mars 2017 à 17h21
Modifié le 09 mars 2017 à 17h27
 
 
Photo d'archives Le Télégramme
Photo d’archives Le Télégramme


Ce jeudi après-midi, à Quimper, l’avocat général a requis une peine de 20 années de réclusion à l’encontre de Laetitia Monier, la jeune femme accusée d’avoir tué Jean-Jacques Le Page et d’avoir incendié sa maison, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, à Plougonvelin. Pour Stéphane Cantéro, la jeune femme aurait agi seule, le conduisant à requérir l’acquittement de son coaccusé, William Rolland, Le verdict sera rendu demain.



http://www.letelegramme.fr/finistere/affaire-le-page-20-ans-requis-a-l-encontre-de-lola-10-03-2017-11428549.php

Affaire Le Page. 20 ans requis à l’encontre de Lola


Publié le 10 mars 2017 à 00h00
Modifié le 10 mars 2017 à 06h43
 
L'avocat général, Stéphane Cantéro, s'entretenant ici avec Me Rajjou, l'avocat du fils de la victime, a requis, hier, à l'encontre de Laëtitia Monier, 20 ans de réclusion.
L’avocat général, Stéphane Cantéro, s’entretenant ici avec Me Rajjou, l’avocat du fils de la victime, a requis, hier, à l’encontre de Laëtitia Monier, 20 ans de réclusion.

À la veille du verdict, l’avocat général a requis la peine de 20 ans de réclusion, ce jeudi, à l’encontre de Laëtitia Monier. Au terme des débats, les parties civiles se sont jointes à ses réquisitions pour réclamer l’acquittement de William Rolland.


Très ému, le neveu de Jean-Jacques Le Page a pris la parole une dernière fois, hier matin, pour exprimer le sentiment de toute une famille. « Je trouve dégueulasse qu’on ne nous dise pas simplement la vérité ». La conséquence des mensonges répétés de Laëtitia Monier qui, souligne Me Rajjou, l’avocat du fils de la victime « n’a fait qu’inventer des scénarios tout au long de la procédure ».

Un système de défense à l’origine de la longue instruction de l’affaire, obligeant la juge à vérifier chacune des explications de la jeune femme accusée d’avoir poignardé le retraité, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, dans sa maison de Plougonvelin, avant d’y mettre le feu.

Par peur de perdre sa virginité


Ses mensonges, Stéphane Cantéro, l’avocat général, les compare volontiers à ceux de Myriam Badaoui, la mère mythomane de l’affaire d’Outreau qui avait multiplié les accusations pour couvrir les viols de ses propres enfants.

Me Balan, l’avocat de la fille du commerçant retraité, en est convaincu lui aussi : « Ce n’est qu’elle qui a pu faire ça », souligne-t-il, balayant, comme l’avocat général, toute idée de complicité.

Confortée par la téléphonie et l’ADN, la présence de Lola, la nuit des faits à Plougonvelin, avait été confirmée par les nombreux témoins qui l’avaient croisée en possession de couteaux ensanglantés dépassant de son sac à main.

Son mobile, pour l’accusation, la jeune femme, aujourd’hui âgée de 32 ans, l’avait indirectement évoqué à travers sa virginité revendiquée : « En se prostituant, elle se mettait en danger permanent parce que si elle perd sa virginité, elle perd son identité », souligne le magistrat. Cette nuit-là, la victime avait invité Lola chez lui pour une relation tarifée. « Il en veut plus que d’habitude. Se sentant en danger, elle se laisse déborder par sa fureur ». Le feu, elle l’aurait mis au lit dans la foulée, « peut-être pas pour supprimer des traces mais avec la volonté d’anéantir sa victime ».

Dangerosité


Des faits que la jeune femme a pu involontairement effacer de sa mémoire. Parties civiles et ministère public en conviennent. Dès la garde à vue, elle a pourtant commencé « à inventer des souvenirs par stratégie », dénonçant, sans scrupule, des innocents pour échapper à sa culpabilité.

« On voit rarement de tels criminels », insiste Stéphane Cantéro. Inquiet du profil de la jeune femme, il a requis une peine de 20 ans de réclusion.

« Aucun intérêt à condamner un innocent »


Comme les parties civiles, l’avocat général a, en revanche, estimé qu’il n’existait pas de charges suffisantes à l’encontre de William Rolland, le jeune homme accusé par Lola d’avoir porté les coups de couteau. Tout au long des huit journées de débats, les charges sont tombées, les unes après les autres. « Je requiers l’acquittement parce qu’il y a trop de doutes. La société n’a aucun intérêt à condamner un innocent. « Moi, je vous demande de l’acquitter en l’absence de doute », martèle Me Larvor, son avocat, évoquant les huit années de vie gâchées, pour ce jeune homme âgé de 22 ans au moment de sa garde à vue. La conséquence pour Me Fillion, son second avocat, « du crédit trop important donné par l’enquêteur aux déclarations de Laëtitia Monier ».

Le verdict sera rendu aujourd’hui, à la suite des plaidoiries des avocats de la jeune femme.



http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/affaire-le-page-lola-condamnee-a-20-ans-de-reclusion-10-03-2017-11429685.php

Affaire Le Page. Lola condamnée à 20 ans de réclusion


Publié le 10 mars 2017 à 16h31
 
(Photo François Destoc)
(Photo François Destoc)

Au terme de son délibéré et après neuf jours de procès, la cour d’assises du Finistère a condamné, ce vendredi après-midi, Laetitia Monier, alias Lola, à la peine de 20 ans de réclusion assortie d’une période de sûreté de 10 ans. La jeune femme âgée de 32 ans a été reconnue coupable du meurtre de Jean-Jacques Le Page, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009, à Plougonvelin, et de la destruction par incendie de sa maison. Accusé des mêmes faits, William Rolland a été acquitté, conformément aux réquisitions de l’avocat général.



http://www.letelegramme.fr/bretagne/assises-lola-condamnee-a-20-ans-de-reclusion-11-03-2017-11429818.php

Assises. Lola condamnée à 20 ans de réclusion


Publié le 11 mars 2017 à 00h00
Modifié le 11 mars 2017 à 09h54
 
Me Larvor (à gauche) a obtenu l'acquittement de William Rolland, tandis que Me Tracol (à droite) a tenté de démontrer l'absence de preuve de culpabilité de sa cliente, Laëtitia Monier. En vain.
Me Larvor (à gauche) a obtenu l’acquittement de William Rolland, tandis que Me Tracol (à droite) a tenté de démontrer l’absence de preuve de culpabilité de sa cliente, Laëtitia Monier. En vain.

Au terme de neuf jours de procès, Lola a été reconnue coupable du meurtre de Jean-Jacques Le Page et de la destruction de sa maison par incendie, ce vendredi. Elle a été condamnée à une peine de 20 ans de réclusion assortie de dix ans de sûreté.


Neuf jours de procès n’auront pas suffi à lever le mystère de l’affaire. Près de huit ans après le meurtre de Jean-Jacques Le Page, dont le corps calciné, lardé de coups de couteau, avait été découvert dans les décombres de sa maison de Plougonvelin, au matin du 24 juillet 2009, la cour d’assises a donné sa vérité judiciaire, hier, à défaut d’explications rationnelles de l’accusée. Elle a désigné Laëtitia Monier, l’escort girl qui avait rendez-vous ce soir-là avec la victime, comme l’auteur des 15 coups de couteau et de l’incendie qui s’en était suivi. Condamnée à 20 ans de réclusion assortie d’une peine de sûreté de 10 ans, « Lola » n’a pas laissé paraître la moindre émotion à l’énoncé du verdict. À l’inverse de son coaccusé, visiblement soulagé, en larmes à l’annonce de son acquittement par la cour d’assises.

« Aucun élément matériel »


Point par point, la défense de Laëtitia Monier s’est pourtant efforcée, dans la matinée, de démontrer l’absence de preuve de culpabilité de Lola. Une jeune femme, « jamais condamnée » avant les faits qui lui sont reprochés et dont les antécédents de violence recueillis sont balayés par la défense. « Il faut s’en tenir à sa première audition de garde à vue », martèle Me Rustique. Elle y confirmait sa présence dans la villa de Jean-Jacques Le Page, dans la soirée du 23 juillet 2009. Mais soutenait avoir quitté les lieux sans rien savoir de ce qu’il s’y était passé. La mise en cause de William Rolland ne viendra qu’à sa seconde audition. Conséquence pour Me Tracol de la plasticité de sa personnalité : « C’est tout le problème de ce dossier. Elle réagit en fonction de son interlocuteur », livrant à chaque audition, une nouvelle version. Et de balayer l’idée d’une stratégie élaborée : « Vous avez eu l’impression qu’on tentait de cacher les choses habilement pendant ces deux semaines ? », questionne l’avocat.

Le doute


Le couteau vu par de nombreux témoins en sa possession : « Aucun élément ne prouve qu’elle a l’arme du crime » jamais retrouvée. Le mobile soutenu par l’accusation qui l’aurait conduite à frapper par crainte de perdre sa virginité ? « C’est n’importe quoi, vous n’avez que des suppositions », défendent tour à tour les deux avocats de Lola. Pour la défense, après six années d’instruction, trop de questions restent sans réponse : à commencer par la disparition de la chevalière de Jean-Jacques Le Page et du revolver ayant tiré une décharge de grenaille sur la victime.

L’heure du crime en question


Mais c’est surtout l’appel de la voisine de la victime aux pompiers, à 5 h du matin, le 24 juillet, qui pose problème pour la défense. « C’est le noeud de cette affaire, preuve de l’innocence de Laëtitia Monier », estime Me Rustique évoquant les descriptions faites à l’opérateur du « 18 » : des lumières qui s’éteignent et une fenêtre qui se ferme, cinq heures après l’heure présumée du meurtre et de la mise à feu. L’oeuvre de l’incendie pour l’accusation. La preuve de la présence du meurtrier pour la défense, à l’heure où Lola participait à une fête dans une maison voisine. Laëtitia Monier a évoqué, hier, sa volonté de faire appel.




http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-le-page-la-call-girl-et-le-retraite-7787613308

L’affaire Le Page : la call-girl et le retraité


REPLAY – Qui a tué Jean-Jacques Le Page, audioprothésiste à la retraite, dans la nuit du 23 au 24 juillet 2009 ?


Jacques Pradel L’heure du crime Jacques Pradel
publié le 13/03/2017 à 11:30

L’édito de Jacques Pradel

Aujourd’hui dans l’Heure du Crime, une émission en partenariat avec le journal Ouest-France.

C’est l’histoire d’un meurtre maquillé en incendie accidentel, pour lequel une call-girl qui se trouvait chez la victime le soir du drame, en 2009, vient d’être condamnée.

La Cour d’assises du Finistère a rendu son verdict vendredi dernier. Elle condamne Laëtitia Monier, cette call-girl plus connue sous le nom de Lola, à vingt ans de réclusion criminelle, pour le meurtre d’un audioprothésiste retraité, Jean-Jacques Le Page, avec qui elle avait passé la soirée du 24 juillet 2009, à Plougonvelin, dans le Finistère.

Un jeune homme de trente ans, William Rolland, que Lola avait accusé d’avoir tué la victime ce soir-là, lors d’un cambriolage qui aurait mal tourné, a été acquitté. Il est ressorti libre du procès.

Lola a fait appel. Elle est donc présumée innocente jusqu’à l’issue de son deuxième procès. Nous revenons sur l’ensemble de l’affaire avec mes invités…

Nos invités


Mickaël Louëdec, journaliste à Ouest France, Me Jean-Vladimir Balan, avocat au barreau de Paris, avocat de la fille de Jean-Jacques Le Page, Me Patrick Larvor, avocat au barreau de Brest, avocat avec Me Thierry Fillion de William Rolland, Me Pierre Tracol, avocat au barreau de Brest, avocat avec Me Pierre Hector Rustique de Laëtitia Monier, surnommée Lola, Me David Rajjou, avocat au barreau de Brest, avocat du fils de Jean Jacques Le Page.

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l’équipe de l’émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L’Heure du Crime.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire